Dépistage du VIH « hors les murs » : l’arrêté publié
Brève

Dépistage du VIH « hors les murs » : l’arrêté publié

17.11.2010

Voilà plus de quatre ans que les associations le réclamaient : l’arrêté autorisant l’utilisation des tests rapides hors des lieux habituels de dépistage est enfin paru, dans le « Journal officiel » du 17 novembre. Selon le texte, qui en fixe les conditions de réalisation, les tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) de l’infection à VIH (1 et 2) peuvent être effectués, en dehors des situations d’urgence, « chez toute personne, dans son intérêt et pour son seul bénéfice, après l’avoir informée et avoir recueilli son consentement libre et éclairé ».

Parmi les personnes pouvant les réaliser, le texte inclut des non-professionnels de santé, salariés ou bénévoles intervenant dans une structure de prévention ou une structure associative impliquée en matière de prévention sanitaire, à condition qu’ils aient préalablement suivi une formation à l’utilisation des tests. Les professionnels de santé habilités sont : un médecin exerçant en cabinet libéral ; un médecin, un biologiste médical, une sage-femme exerçant dans un établissement ou dans un service de santé ; un infirmier ou un technicien de laboratoire exerçant dans un établissement ou dans un service de santé, sous la responsabilité d’un médecin ou d’un biologiste médical ; un médecin, un biologiste médical, une sage-femme ou un infirmier intervenant dans une structure de prévention ou une structure associative impliquée en matière de prévention sanitaire, à la condition que cette structure dispose de l’habilitation nécessaire. La convention d’habilitation permettant à une structure de prévention ou associative de pratiquer ces tests doit être conclue avec le directeur de l’ARS (agence régionale de santé) pour une durée de trois ans.

Ce texte vient compléter l’arrêté du 28 mai, qui avait déjà permis l’utilisation des TROD en situation d’urgence : en cas d’accident d’exposition au sang, en cas d’exposition sexuelle récente, au cours d’un accouchement et en cas d’urgence diagnostique.

Quotimed.com, le 17/11/2010

Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Journée contre l'abus de drogue : le cannabis reste le produit illicite le plus consommé en France

cannabis

À l’occasion de la journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues de ce lundi 26 juin, l'Observatoire français des drogues et... Commenter

Le nombre d’IVG continue de baisser, légèrement, en France

ivg

Le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) s’élevait à 211 900 en France en 2016, en légère baisse pour la troisième année de... Commenter

Après « la honte de l’ECNi 2017 », le Pr Bergmann prône « une solution simple et efficace »

Pr Bergmann

« Plus jamais ça ». Quelques jours après l’énorme raté des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi), obligeant plus de 8 000 étud... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter