Les femmes survivent mieux à un traumatisme grave
Brève

Les femmes survivent mieux à un traumatisme grave

21.10.2010

Une femme victime d’un traumatisme violent a 14 % de plus de chance de survivre qu’un homme blessé de la même façon. Selon une équipe de l’université Johns Hopkins (Baltimore), il faudrait y voir une action délétère des androgènes. Adil H. Haider et coll. ont analysé les données nationales des traumatisés, soit plus de 48 000 cas survenus entre 2001 et 2005, vus aux urgences en hypotension et hypovolémie. Ils ont séparé ces accidentés en trois catégories : moins de 12 ans, 13-64, 65 ans et plus.

Dans les deux groupes extrêmes, les plus jeunes et les plus âgés, c’est-à-dire ceux aux taux d’hormones sexuelles les plus bas, il n’existe pas de différence de survie entre hommes et femmes. En revanche, chez les adultes soumis à une pression hormonale, les femmes se sont montrées avantagées par estrogènes et progestérone.

Une hypothèse thérapeutique en est née. Peut-être lors d’un traumatisme important serait-il utile de traiter les hommes par des inhibiteurs des androgènes, de façon temporaire. Des tests antérieurs réalisés sur des souris confortent cette option.

« Journal of Trauma », septembre 2010.

Quotimed.com, le 21/10/2010

 Dr G. B.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Live chatRéforme du système de santé : posez vos questions à Agnès Buzyn

Buzyn live chat

Tiers payant généralisé, recertification, fin du numerus clausus, création des assistants médicaux, délégation de tâches, réforme de la... 2

La dépression a touché près de 10 % des Français en 2017

depression femmes

Je déprime, tu déprimes, elle nous « fait » une petite dépression… À force d’être utilisé dans le langage courant, le terme « dépression »... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter