Médecine du travail : le directeur général du travail s’emploie à calmer les inquiétudes
Brève

Médecine du travail : le directeur général du travail s’emploie à calmer les inquiétudes

29.09.2010

Nul ne cherche à porter atteinte à l’indépendance de la médecine du travail, assure ce mercredi dans les colonnes de « La Tribune » le directeur général du travail (DGT), Jean-Denis Combrexelle.

Le projet de loi sur les retraites, examiné depuis lundi en commission du Sénat, prévoit plusieurs transformations du secteur, via des amendements du gouvernement et de l’UMP déposés lors de l’examen à l’Assemblée, qui ont fait réagir syndicats et professionnels. Ces derniers s’inquiètent notamment d’un article du texte prévoyant que les directeurs des services de santé au travail inter-entreprises (SSTI), nommés par les employeurs, deviennent « garants de l’indépendance du médecin du travail ».

« Il n’est dans l’intention d’aucun responsable public de porter atteinte d’une quelconque façon, directe ou indirecte, à l’indépendance du médecin du travail, garantie par le code de déontologie et par la protection dont bénéficie tout médecin du travail pour toute mesure concernant sa carrière », écrit Jean-Denis Combrexelle dans le quotidien économique. « La reconnaissance de l’autorité administrative de l’employeur sur l’organisation des services autonomes dans les grandes entreprises n’affecte bien évidemment pas la mission du médecin et donc son indépendance », ajoute-t-il.

Il explique que « les dispositions législatives concernant la médecine du travail » ont été ajoutées par voie d’amendement au projet de loi sur les retraites, parce que « les conditions de travail étaient dorénavant au centre des problématiques nouvelles s’articulant autour des questions de pénibilités, de travail des seniors et de gestion des âges, et donc de retraites ».

Le directeur général du travail souligne « l’urgence qu’accordait le gouvernement au dossier ». Selon lui, « la vraie menace qui porte sur la médecine du travail y compris sur son indépendance » est « le maintien d’un statu quo qui empêcherait les médecins du travail de répondre aux défis nombreux auxquels ils sont confrontés ».

Quotimed.com, le 29/09/2010

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
Assemblée Nationale
Focus

Enquête sur la nouvelle effervescence parlementaire Abonné

Des députés francs-tireurs qui proposent des lois en dehors de leurs groupes et qui obtiennent la création de commissions d’enquête ou de missions d’information inquisitoriales ; des lanceurs d’alerte qui interpellent bruyamment le gouvernement ; des parlementaires qui déposent inlassablement et par centaines des questions écrites pour mettre la pression sur la ministre. À gauche comme à droite,... 2

L'UFML reproche à la Sécu de « jouer au docteur » avec PRADO et SOPHIA

secu-medecin chacun son metier

Désormais constituée en syndicat, l’Union française pour une médecine libre (UFML), présidée par le Dr Jérôme Marty, repart au front contre... 33

Les praticiens hospitaliers beaucoup moins payés que les remplaçants : le SNPHARe met les pieds dans le plat

praticiens hospitaliers

La diffusion par l’agence régionale de santé (ARS) Occitanie d’un document détaillant les différentes modalités légales de rémunérer un... 14

Grogne sociale : le Syndicat de la médecine générale appelle la profession à participer aux caisses de grève

manif

Cheminots, hospitaliers, étudiants, retraités… les mouvements sociaux actuels ne laissent pas de marbre le Syndicat de la médecine générale... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter