Médecine du travail : le directeur général du travail s’emploie à calmer les inquiétudes
Brève

Médecine du travail : le directeur général du travail s’emploie à calmer les inquiétudes

29.09.2010

Nul ne cherche à porter atteinte à l’indépendance de la médecine du travail, assure ce mercredi dans les colonnes de « La Tribune » le directeur général du travail (DGT), Jean-Denis Combrexelle.

Le projet de loi sur les retraites, examiné depuis lundi en commission du Sénat, prévoit plusieurs transformations du secteur, via des amendements du gouvernement et de l’UMP déposés lors de l’examen à l’Assemblée, qui ont fait réagir syndicats et professionnels. Ces derniers s’inquiètent notamment d’un article du texte prévoyant que les directeurs des services de santé au travail inter-entreprises (SSTI), nommés par les employeurs, deviennent « garants de l’indépendance du médecin du travail ».

« Il n’est dans l’intention d’aucun responsable public de porter atteinte d’une quelconque façon, directe ou indirecte, à l’indépendance du médecin du travail, garantie par le code de déontologie et par la protection dont bénéficie tout médecin du travail pour toute mesure concernant sa carrière », écrit Jean-Denis Combrexelle dans le quotidien économique. « La reconnaissance de l’autorité administrative de l’employeur sur l’organisation des services autonomes dans les grandes entreprises n’affecte bien évidemment pas la mission du médecin et donc son indépendance », ajoute-t-il.

Il explique que « les dispositions législatives concernant la médecine du travail » ont été ajoutées par voie d’amendement au projet de loi sur les retraites, parce que « les conditions de travail étaient dorénavant au centre des problématiques nouvelles s’articulant autour des questions de pénibilités, de travail des seniors et de gestion des âges, et donc de retraites ».

Le directeur général du travail souligne « l’urgence qu’accordait le gouvernement au dossier ». Selon lui, « la vraie menace qui porte sur la médecine du travail y compris sur son indépendance » est « le maintien d’un statu quo qui empêcherait les médecins du travail de répondre aux défis nombreux auxquels ils sont confrontés ».

Quotimed.com, le 29/09/2010

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Environ 25 % de dépenses d'assurance-maladie inutiles, selon Agnès BuzynPertinence des soins : où sont les marges ?

Abonné
PERTINENCE

Actes inutiles, examens redondants, gaspillages, mauvaises pratiques : érigée en priorité, la pertinence des soins est l'un des principaux... 5

À 89 775 euros, hausse timide du revenu moyen des médecins libéraux en 2016

revenus impots

Le cru 2016 des revenus nets des médecins libéraux (BNC, après charges et avant impôt) s'est révélé très moyen, détaille la Caisse autonome... 5

Bientôt un numéro d'appel unique pour aider les médecins qui souffrent

ENTRAIDE

Repérer les médecins en souffrance, prévenir les suicides, les aider à se soigner voire à se reconvertir : tel est l'esprit de la... 9

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter