Grève des urgences : la mobilisation tient bon et engrange les soutiens

Grève des urgences : la mobilisation tient bon et engrange les soutiens

Martin Dumas Primbault
| 17.05.2019
  • URGENCES

    Grève des urgences : la mobilisation tient bon et engrange les soutiens

Initié à la mi-mars dans les établissements de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), le mouvement de grève qui touche les services d'urgences partout en France persiste et gagne des soutiens.

Grève depuis deux semaines à Angers, où la direction faisait état de 80 % de grévistes jeudi 16 mai, mais aussi depuis le début de la semaine dans des établissements à Bordeaux, Brest, Beauvais ou Besançon… Au total, une quarantaine de services (sur 645 structures adultes) sont désormais mobilisés, indique l'AFP, citant la CGT et le collectif inter-urgences. À l'AP-HP, la direction fait état d'un taux de grévistes stable autour de 35 %. Fin avril, la CGT avait déposé un préavis de grève national pour soutenir les différents mouvements.

Ce vendredi 17 mai, les comités d'Île-de-France de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité ont eux aussi apporté leur « soutien plein et entier aux personnels des urgences ».

Lundi 13 mai, trois syndicats de praticiens hospitaliers ont fait de même. Le Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes-réanimateurs élargi (SNPHARe) et SAMU-Urgences de France (SUDF) alertent d'une même voix contre « l'explosion générale qui se préfigure ». L'Association des médecins urgentistes de France (AMUF) appelle même les urgentistes à « s'y associer localement en fonction des situations des établissements ».

Rencontre nationale

Le collectif inter-urgences, créé par des paramédicaux de l'hôpital Saint-Antoine (AP-HP) − premier service d'urgences à se mettre en grève le 18 mars − organise une rencontre nationale à Paris le 25 mai prochain. Il prévoit par ailleurs une action sur le parvis de l'hôtel de ville de Paris ce dimanche 19 mai en début d'après-midi. La pétition qu'il a lancée recueille aujourd'hui plus de 30 000 signatures.

Interrogée sur le sujet ce mercredi lors des questions au gouvernement, Agnès Buzyn évoquait la « désorganisation » dont souffrent les urgences. Elle garantit que la réforme Ma santé 2022, dont le projet de loi sera discuté au Sénat à partir du 3 juin, permettra d'apporter une réponse à ce problème.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
csmf sml

Assistants médicaux, CPTS : malgré leurs critiques, la CSMF et le SML disent banco, signature officielle jeudi prochain !

Deux semaines après MG France, les cadres de la CSMF et du SML, réunis en assemblée générale respectivement samedi et dimanche, ont à leur tour donné à une très large majorité (entre 74 % et 94 %) mandat à leurs présidents pour... 32

Premier bilan du vaccin contre la grippe : des études en vie réelle pour évaluer son efficacité

vaccin anti grippe

La composition du vaccin contre la grippe étant actualisée chaque année, son efficacité doit être évaluée annuellement. À l’hôpital Cochin,... 5

Spécial jeunesQuand la génération Y refait le monde médical

Debat jeunes

Conditions de travail, démographie, accès aux soins, numérique… Invités à un débat exceptionnel du « Quotidien » en partenariat avec... 2

Focus « Risque cardiovasculaire » : après un infarctus, la prévention secondaire repose sur une approche individualisée du patient

post infarctus

« La prise en charge d'un patient en post-infarctus doit être individualisée », indique le Dr Pierre Attali, cardiologue aux hôpitaux univer... 1

ECNi 2019 : première journée sans accroc, des messages de soutien sur les réseaux

Ce lundi, 9 336 candidats ont démarré les épreuves classantes nationales informatisées (ECNi). Instaurées depuis 2004, les ECN clôturent... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter