Antiépileptiques et grossesse : 5 substances épinglées par l'ANSM en plus du valproate

Antiépileptiques et grossesse : 5 substances épinglées par l'ANSM en plus du valproate

Dr Irène Drogou
| 25.04.2019
  • grossesse

Le valproate (Dépakine) est l'antiépileptique (AE) le plus à risque de malformations et de troubles neuro-développementaux pendant la grossesse, confirme l'Agence du médicament (ANSM) dans un nouveau rapport étendu à l'ensemble des AE.

Pour le risque de malformations, il ressort de cette revue de la littérature que cinq autres substances présentent à ce jour un risque élevé par rapport à la fréquence observée dans la population générale : le topiramate, le phénobarbital, la primidone, la carbamazépine et la (fos) phénytoïne.

Par ailleurs, l'agence appelle « à la vigilance sur l'utilisation de la prégabaline (Lyrica et génériques) étant donné le risque malformatif potentiel et sa prescription importante en France », est-il indiqué. A contrario, les données sont rassurantes pour la lamotrigine et le lévétiracétam, en ne montrant pas d'augmentation de la fréquence des malformations.

Zones d'ombre pour les troubles neuro-développementaux

Pour les troubles neuro-développementaux, le risque est avéré pour la prise de valproate en cours de grossesse mais « les données restent actuellement limitées pour les autres AE et ne permettent pas, à ce stade, de conclusion définitive », est-il rapporté.

Afin de faire évoluer les connaissances, l'ANSM a mis en place un formulaire complémentaire de pharmacovigilance en cas d'exposition d'enfants à des AE au cours de la grossesse. Ce formulaire, disponible sur le portail des signalements, a été élaboré en lien avec l'APESAC (Association des Parents d'Enfants souffrant du syndrome de l'Anti-Convulsivant) et le Réseau Français des Centres Régionaux de Pharmacovigilance.

C'est à partir des données préliminaires de cette analyse que l'Agence du médicament a actualisé, fin 2018, ses recommandations de prise en charge des femmes épileptiques. Dans la fiche mémo mise à jour de la Haute Autorité de santé (HAS), il est spécifié que « les spécialités (à base de valproate) ne doivent pas être prescrites chez les filles, adolescentes, femmes en âge de procréer et femmes enceintes, sauf en cas d’inefficacité ou d’intolérance aux alternatives médicamenteuses existantes ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
cassation

Arrêt maladie : pas de voyage sans autorisation, rappelle la Cour de cassation

Le salarié en arrêt maladie doit respecter un certain nombre de règles du code de la sécurité sociale, comme le fait d'être présent à son domicile à certains horaires de la journée. Une autre de ces règles, moins connue, est... 10

Approvisionnement en corticoïdes : un retour progressif à la normale, annonce l'ANSM

corticoides

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) annonçait le 7 mai dernier de fortes tensions... 1

Pour la première fois en France, deux cœurs ont été greffés sans cesser de battre

Organ Car System

À l’Institut Cœur Poumon du CHRU de Lille, deux patients ont, pour la première fois en France, bénéficié d'une greffe d'un cœur qui n'a pas... 1

Loi de santé : les futurs médecins fixent leurs attentes et leurs lignes rouges

loi santé senat

Que faut-il espérer de la future loi de santé, qui sera examinée par les sénateurs en séance publique à partir du 3 juin ? Lors d'une table... 1

AP-HP : grève des personnels peu suivie, rassemblement devant le siège

aphp greve

Une centaine de personnes se sont rassemblées ce vendredi 24 mai devant le siège de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) pour... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter