Souffrance au travail, intérim médical, horaires à rallonge : des médecins témoignent de la « situation explosive » des urgences

Souffrance au travail, intérim médical, horaires à rallonge : des médecins témoignent de la « situation explosive » des urgences

Martin Dumas Primbault
| 17.04.2019
  • URGENCES

    Souffrance au travail, intérim médical, horaires à rallonge : des médecins témoignent de la « situation exp...

Excédés par la « tension » récurrente dans une grande partie des services d'urgences français, le Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes-réanimateurs élargi (SNPHARe) et SAMU-Urgences de France (SUDF) ont rendu public ce mercredi 17 avril les résultats d'une enquête nationale sur les conditions de travail (ressenties) des médecins urgentistes à l'hôpital public. Lancée en janvier 2019, elle compile les réponses de 1 092 praticiens à 77 questions portant aussi bien sur l'organisation que l'activité ou les conditions de travail dans leur service.

Ainsi, les deux organisations font le constat du sous-dimensionnement des équipes. Dans 85 % des cas, les médecins interrogés déclarent une équipe incomplète. Une situation qui conduit au non-respect du temps de travail des médecins − 83 % assurent travailler au-delà des 48 heures hebdomadaires fixées par la réglementation européenne − et au recours important à l'intérim médical − 62 % des médecins en témoignent. À noter que dans les SAMU-Centres 15 aussi la pénurie se fait sentir. Dans 50 % des cas, il n'y a qu'un seul médecin régulateur par nuit, ce qui est insuffisant pour 65 % des interrogés.

En conséquence de quoi la surcharge de travail est mal vécue par les praticiens. « Deux tiers des médecins assurent plus de six gardes par mois et 46 % des urgentistes travaillent trois jours de week-end par mois, voire quatre dans 31 % des cas », peut-on lire.

C'est principalement le manque de lits d'aval qui est accusé d'emboliser les urgences. « Chaque matin en arrivant aux urgences, six praticiens sur dix constatent entre 5 et 20 patients en attente sur un brancard », écrit l'étude qui pointe aussi le fait que deux tiers des sondés se disent confrontés quotidiennement à la recherche de lits d'aval.

À Lens, « les urgences, c'est le Titanic »

SUDF et le SNPHARe dénoncent « une situation explosive » déjà vécue de plein fouet par l'hôpital de Lens. Les urgences de l'établissement du Pas-de-Calais devraient en effet connaître d'ici à l'été une vague de démissions parmi la communauté médicale. « La moitié des 17 urgentistes, dont plusieurs piliers du service, en burn-out, ont annoncé leur départ au cours de l'hiver, sans même se concerter », témoigne à l'AFP le secrétaire adjoint Force Ouvrière de l'établissement.

Et pour cause, les urgences de Lens présentent plusieurs des symptômes pointés par l'étude. À commencer par le sous-effectif : « Cinquante patients pour trois médecins », témoigne un aide-soignant. « Il n'est pas normal qu'en fin de garde, des collègues partent en larmes ! Que chaque nuit, dix ou vingt personnes, âgées et malades, dorment dans un couloir et restent 48 heures ! », abonde un urgentiste démissionnaire après de nombreuses années de service.

Car le manque de solutions d'aval aussi est flagrant à Lens, « notamment depuis son regroupement avec trois autres établissements au sein du GHT de l'Artois », écrit l'AFP. En raison du virage ambulatoire, « l'hôpital, qui comptait autrefois 1 000 lits, s'est réduit à 700 et table maintenant sur 571 ».

« Un tiers des adultes nécessitent une hospitalisation alors que le nombre de lits diminue constamment dans les services. Résultat : les patients stagnent aux urgences et elles explosent », résume le syndicaliste. Et de conclure : « Aux urgences, c'est le Titanic : on voit l'iceberg et on saute tous à l'eau ! »

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
cassation

Arrêt maladie : pas de voyage sans autorisation, rappelle la Cour de cassation

Le salarié en arrêt maladie doit respecter un certain nombre de règles du code de la sécurité sociale, comme le fait d'être présent à son domicile à certains horaires de la journée. Une autre de ces règles, moins connue, est... 1

Approvisionnement en corticoïdes : un retour progressif à la normale, annonce l'ANSM

corticoides

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) annonçait le 7 mai dernier de fortes tensions... Commenter

Pour la première fois en France, deux cœurs ont été greffés sans cesser de battre

Organ Car System

À l’Institut Cœur Poumon du CHRU de Lille, deux patients ont, pour la première fois en France, bénéficié d'une greffe d'un cœur qui n'a pas... Commenter

Loi de santé : les futurs médecins fixent leurs attentes et leurs lignes rouges

loi santé senat

Que faut-il espérer de la future loi de santé, qui sera examinée par les sénateurs en séance publique à partir du 3 juin ? Lors d'une table... Commenter

AP-HP : grève des personnels peu suivie, rassemblement devant le siège

aphp greve

Une centaine de personnes se sont rassemblées ce vendredi 24 mai devant le siège de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) pour... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter