Report de la réforme des études médicales : pour l'instant il n'en est pas question, assure l'ANEMF

Report de la réforme des études médicales : pour l'instant il n'en est pas question, assure l'ANEMF

Anne Bayle-Iniguez
| 20.02.2019
  • ecn

    Report de la réforme des études médicales : pour l'instant il n'en est pas question, assure l'ANEMF

Les propos sur un possible report d'un an de la réforme des ECN, tenus mardi par Frédérique Vidal aux Contrepoints de la santé, ne sont pas passés inaperçus dans le secteur, et notamment chez les carabins. « S'il faut reculer d'une année, on reculera d'une année, avait confessé la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Cela fait partie des discussions. Je ne suis pas arc-boutée sur un calendrier, mais je suis arc-boutée sur le fait que les études [de santé] doivent changer. […] C'est compliqué de tout faire en même temps. C'est pourquoi il faut respirer sur la question du calendrier. Oui, il faut aller vite, et il faut que la transformation [des études de santé] démarre. Mais c'est compliqué et c'est difficile. »

Cette éventuelle modification du calendrier de la refonte des études médicales ne convient pas à l'Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF), très engagée dans les discussions et favorable au maintien des délais – application de la réforme du deuxième cycle et de la suppression des ECN pour les étudiants qui entrent en quatrième année en septembre 2019 et nouvel accès au premier cycle (fin du numerus clausus et de la PACES) dès 2020. 

« Il ne s’agit pas d’une annonce d’un report, (r)assure ce mercredi l'ANEMF sur son site Internet. En effet, il est toujours prévu de mettre en place la réforme du deuxième cycle pour la rentrée 2019, comme cela est mentionné dans l’article 2 de la loi de santé qui est actuellement en examen à l’Assemblée Nationale. Les travaux aux niveaux national et local continuent avec comme objectif la rentrée 2019. »

Retard à l'allumage

Les carabins insistent : il n'est pas question aujourd'hui de repousser la réforme mais d'« affiner » les propositions sur la table « en attente d’un arbitrage officiel de la part des ministères ». Dans l'intervalle, les facultés de médecine ont commencé à se mettre en ordre de bataille afin d'anticiper les changements nécessaires.

Tout comme les doyens, très inquiets du calendrier, l'ANEMF ne verse pas pour autant dans l'angélisme. Le début des travaux « semble en retard » dans certaines universités, qui peinent à entamer leur aggiornamento. Un état des lieux de l’avancement de la réforme est engagé « afin de s’assurer de la mise en place des changements indispensables dans chaque faculté et des difficultés rencontrées », rappelle l'association.

Et de conclure tout de même : « Si la mise en place de la réforme devenait impossible dans de bonnes conditions, l’ANEMF demandera un report. Cependant, l’état actuel des travaux ne montre pas un tel retard. C’est pourquoi nous soutenons la mise en place de la réforme dès 2019 mais un accompagnement et un investissement plus fort des ministères et des doyens devient nécessaire. »

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
csmf sml

Assistants médicaux, CPTS : malgré leurs critiques, la CSMF et le SML disent banco, signature officielle jeudi prochain !

Deux semaines après MG France, les cadres de la CSMF et du SML, réunis en assemblée générale respectivement samedi et dimanche, ont à leur tour donné à une très large majorité (entre 74 % et 94 %) mandat à leurs présidents pour... 4

Premier bilan du vaccin contre la grippe : des études en vie réelle pour évaluer son efficacité

vaccin anti grippe

La composition du vaccin contre la grippe étant actualisée chaque année, son efficacité doit être évaluée annuellement. À l’hôpital Cochin,... 1

Spécial jeunesQuand la génération Y refait le monde médical

Debat jeunes

Conditions de travail, démographie, accès aux soins, numérique… Invités à un débat exceptionnel du « Quotidien » en partenariat avec... 1

Focus « Risque cardiovasculaire » : après un infarctus, la prévention secondaire repose sur une approche individualisée du patient

post infarctus

« La prise en charge d'un patient en post-infarctus doit être individualisée », indique le Dr Pierre Attali, cardiologue aux hôpitaux univer... 1

ECNi 2019 : première journée sans accroc, des messages de soutien sur les réseaux

ECNI

Ce lundi, 9 336 candidats ont démarré les épreuves classantes nationales informatisées (ECNi). Instaurées depuis 2004, les ECN clôturent... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter