400 généralistes salariés ou mixtes dans les déserts : premiers recrutements d'ici à fin mars

400 généralistes salariés ou mixtes dans les déserts : premiers recrutements d'ici à fin mars

Anne Bayle-Iniguez
| 18.01.2019
  • cabinet

Du neuf du côté des 400 postes de généralistes à exercice partagé ville/hôpital ou salarié en zone sous-dense. La direction générale de l'offre de soins (DGOS, ministère de la Santé) a annoncé que cette mesure d'urgence du plan Ma santé 2022 serait concrétisée par l'envoi d'une instruction aux agences régionales de santé (ARS) dès février, avec application immédiate. Les premiers recrutements auront lieu « à la fin du premier trimestre ».  

Ces 400 postes médicaux seront de deux natures. Les jeunes médecins intéressés par l'exercice mixte pourront proposer leur service pour des postes à 50 % du temps payé par l’hôpital, à 50 % du temps rémunéré par une structure ambulatoire. « C'est un statut souple et confortable offert aux jeunes médecins, assure la DGOS. En ville, les cabinets libéraux, les maisons et les centres de santé installés en zone sous-dense pourront profiter de ces postes. » Statutairement, il s'agira de postes d'assistant partagé, indiquait en novembre Cécile Courrèges, directrice de la DGOS, au « Quotidien ». 

Un statut attractif

Deuxième option : des postes de médecins généralistes 100 % salariés d'un hôpital ou d'un centre de santé, dont « l'amorçage et le recrutement » seront soutenus financièrement par l'État. Ces praticiens feront de la médecine généraliste ambulatoire avec suivi de la patientèle, accès à des soins non programmés, etc.  

La rémunération – sur la partie salariée – de ces 400 postes est pour l'instant inconnue. « Nous en avons discuté. L'idée est d'avoir un statut un peu attractif » pour inciter les professionnels à aller exercer en zone sous-dense, indique la DGOS au « Quotidien ».

À titre d'exemple, le président du conseil départemental de Saône-et-Loire, André Accary, vient de recruter plusieurs généralistes dans son centre de santé multisite, qui perçoivent de 4 000 à 6 000 euros net par mois à temps plein, selon leur expérience.  

Le nombre de 400 postes n'est pas définitif. « Si les médecins se bousculent au portillon, nous pourrons faire un effort », prévient la DGOS. 

 

 

 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
fichage gilets jaunes 2

Fichage nominatif à l'AP-HP ? Un Gilet jaune porte plainte, l'Ordre saisit la DGS et la CNIL

Un Gilet jaune blessé lors d'une manifestation en février devait déposer plainte ce vendredi, soupçonnant un possible fichage « illicite » par l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), a annoncé à l'AFP Me Arié Alimi,... 1

Le collectif « HPV maintenant » dénonce le retard à passer au test HPV pour le dépistage du cancer du col de l'utérus

hpv

Si tout le monde se félicite du lancement du dépistage organisé (DO) du cancer du col de l'utérus, les modalités ne font pas l'unanimité. «... Commenter

Grève aux urgences de l'AP-HP : manifestation des soignants, Hirsch et Buzyn tentent de calmer le jeu

APHP

Entre le personnel des services d'urgences de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et la direction du CHU, le torchon brûle. Ce... 2

Ordonnances et vaccins non remboursables : la caisse de Strasbourg sanctionne des médecins puis recule

vaccins non rembourses

« Il n'y a eu aucun enrichissement des médecins. Ils ne doivent pas payer les vaccins car ils ont voulu protéger leurs patients ». Le Dr Bri... 7

Fin du changement d'heure : les chronobiologistes contre l'heure d'été permanente

chgt heure

En mars, le Parlement européen s'est positionné en faveur de la fin du changement d'heure saisonnier d'ici à 2021. Chaque pays devra alors... 7

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter