Volumes d'actes supplémentaires, horaires : avant la négo sur les assistants médicaux, le conseil de l'UNCAM fixe déjà ses « contreparties »

Volumes d'actes supplémentaires, horaires : avant la négo sur les assistants médicaux, le conseil de l'UNCAM fixe déjà ses « contreparties »

Loan Tranthimy, Cyrille Dupuis
| 08.01.2019
  • buzyn uncam

Après le cadrage politique serré d'Agnès Buzyn, c'est au tour du conseil de l’Union nationale des caisses d'assurance-maladie (UNCAM, où siègent les partenaires sociaux), d'énoncer ses « contributions » toniques aux négociations conventionnelles sur les assistants médicaux d'une part et sur le financement des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) d'autre part, round qui s'ouvrira mi-janvier.

Dans le document de quelques pages que « le Quotidien » s'est procuré, le conseil de l'UNCAM muscle la feuille de route fixée par Agnès Buzyn sur les assistants médicaux en insistant sur les « obligations et les contreparties » à respecter par les médecins qui bénéficieront de l'aide financière de l'Assurance-maladie (que le gouvernement veut dégressive).

Zéro effet d'aubaine

Pas question de délivrer des chèques en blanc à la profession. Pour le conseil, les négos devront définir dans les champs « administratif » et « clinique » un « socle de fonctions des assistants médicaux », profession à part entière différente du secrétariat médical et des auxiliaires médicaux.

Le recrutement de ces professionnels devra se faire « en complément des personnels salariés », et non en substitution des emplois existants. Clairement, il faut à tout prix « éviter l'effet d'aubaine qui mettrait à la charge de l'Assurance-maladie des coûts supplémentaires, sans contrepartie d'augmentation de l'activité médicale et d'amélioration des prises en charge ». 

Sur ce point, le message du conseil de l'UNCAM est clair et net : non seulement les médecins devront prendre en charge eux-mêmes « une partie » de la rémunération de l'assistant médical recruté mais ils devront s'engager à « augmenter leur patientèle ou à mettre en œuvre de nouvelles actions améliorant la qualité ou l'efficience ». Comment ?

Pour bénéficier de l'aide au recrutement, le conseil de l'UNCAM cite plusieurs conditions dont des « obligations d'activité » comme « le volume d'actes supplémentaires (par rapport à l'historique) et l'élargissement des horaires de consultation », notamment en première partie de soirée et en fin de semaine. Autres prérequis plus attendus : des exigences relatives à la « formation » de l'assistant et une « obligation » pour les bénéficiaires de participer à un exercice coordonné ou de le rejoindre dans un délai maximum de deux ans. Une évaluation complète est réclamée (quantitative et qualitative) mesurant l'effet sur le temps médical et l'évolution des pratiques.   

Remboursement si l'engagement n'est pas respecté !

Côté financement, ce sera donnant/donnant. La négociation devra fixer « le montant à la charge de l'Assurance-maladie selon la rémunération supplémentaire permise par l'accroissement d'activité induite ». Une formule qui risque de faire bondir les syndicats dénonçant déjà une « pression » à la productivité en contrepartie de l'aide financière au recrutement des assistants. Une évolution de l'intéressement via la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) est également envisagée. 

Pour les partenaires sociaux toujours, la négociation sur les assistants doit « prioriser » les médecins des zones fragiles. Le conseil souhaite à cet égard que, dans les zones très tendues, les généralistes ou spécialistes « en exercice isolé » puissent aussi bénéficier de ces recrutements « sous réserve qu'ils s'engagent à adhérer à horizon proche (2 ans, donc) à un dispositif d'exercice coordonné (avec remboursement si l'obligation n'est pas respectée) ».

Enfin, pas question pour le conseil de l'UNCAM d'ouvrir les assistants « aux spécialités techniques comme la radiologie et la biologie médicale » ni aux praticiens en établissements. Le directeur de l'Assurance-maladie, Nicolas Revel, qui conduit directement les négociations avec les syndicats de médecins est prévenu... 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
fichage gilets jaunes 2

Fichage nominatif à l'AP-HP ? Un Gilet jaune porte plainte, l'Ordre saisit la DGS et la CNIL

Un Gilet jaune blessé lors d'une manifestation en février devait déposer plainte ce vendredi, soupçonnant un possible fichage « illicite » par l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), a annoncé à l'AFP Me Arié Alimi,... 1

Le collectif « HPV maintenant » dénonce le retard à passer au test HPV pour le dépistage du cancer du col de l'utérus

hpv

Si tout le monde se félicite du lancement du dépistage organisé (DO) du cancer du col de l'utérus, les modalités ne font pas l'unanimité. «... Commenter

Grève aux urgences de l'AP-HP : manifestation des soignants, Hirsch et Buzyn tentent de calmer le jeu

APHP

Entre le personnel des services d'urgences de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et la direction du CHU, le torchon brûle. Ce... 2

Ordonnances et vaccins non remboursables : la caisse de Strasbourg sanctionne des médecins puis recule

vaccins non rembourses

« Il n'y a eu aucun enrichissement des médecins. Ils ne doivent pas payer les vaccins car ils ont voulu protéger leurs patients ». Le Dr Bri... 7

Fin du changement d'heure : les chronobiologistes contre l'heure d'été permanente

chgt heure

En mars, le Parlement européen s'est positionné en faveur de la fin du changement d'heure saisonnier d'ici à 2021. Chaque pays devra alors... 7

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter