60 personnalités signent un appel pour un secrétariat d’État à la santé publique

60 personnalités signent un appel pour un secrétariat d’État à la santé publique

Marie Foult
| 08.01.2019

Soixante personnalités de la santé et de la société civile (médecins, experts, économistes, etc.) ont signé une tribune dans « le Parisien » qui reprend les axes du programme de l'Institut Santé, think tank dirigé par l'économiste Frédéric Bizard. Parmi les signataires, Alain Coulomb, ex-directeur de la Haute Autorité de santé (HAS) ; le Dr Philippe Cuq, coprésident du syndicat Le BLOC ; le Pr Alain Deloche, co-fondateur de Médecins du monde ; le Pr René Frydman, gynécologue-obstétricien ; le Dr Gérald Kierzek, médecin urgentiste et chroniqueur sur Europe 1 ou encore le Dr Jean-Philippe Masson, président de la Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR).

La note de l'Institut Santé, publiée en novembre, préconisait d'établir un « nouvel ordre médical » articulé autour des pathologies chroniques et de la santé publique (plutôt qu'un système centré sur le curatif). Elle plaidait pour la réorganisation des soins de ville, avec « une vraie décentralisation », et pour une nouvelle gouvernance territoriale, composée de professionnels de santé et de citoyens, à l’échelle de bassins de vie et responsable d'un cahier des charges précis (accès aux soins, PDS, formation des internes, fonctionnement de pôles médicaux de proximité). Une refonte de l'hôpital, resitué au sein d'un maillage régional, était réclamée.

Émiettement 

Face à l'« émiettement mortifère »  des institutions de santé publique, le cercle de réflexion proposait surtout de créer un secrétariat d’État à la Santé publique avec une double tutelle (Premier ministre et ministre de la Santé). En lieu et place des agences et hauts conseils actuels, un Institut pour la qualité et l’équité en santé (IQES) était proposé, « bras armé de l’État » pour définir une stratégie nationale de santé. 

L’UNCAM (Union nationale des caisses d'assurance-maladie), de son côté, piloterait totalement les trois secteurs du soin – ville, hôpital et médico-social. La détermination des règles de tarification des établissements (publics et privés), une des prérogatives de l'État, serait ainsi dévolue à l'assurance-maladie.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
buzyn estivale

Urgences cet été : « Pas de trous dans les lignes de garde », promet Buzyn, grève reconduite, Pelloux sermonne la médecine libérale

Comme chaque année à l'approche de l'été, le ministère de la Santé s'affaire en prévision de potentiels épisodes caniculaires et pour anticiper les tensions dans les services hospitaliers. Mais l'exercice 2019 est... 38

Arthrite de Lyme post-infectieuse, la persistance d'un antigène bactérien articulaire ouvre de nouvelles pistes

lyme

Pourquoi une oligo-arthrite de Lyme peut-elle persister dans certains cas après traitement antibiotique ? Des chercheurs américains... Commenter

Une mutation génétique à l'origine d'une hépatite A fulminante a été identifiée

Le cas d'une enfant de 11 ans, hospitalisée à Paris et décédée à la suite d'une hépatite A fulminante, a permis à une équipe... Commenter

Colloque « Transhumanismes » à l’Académie de médecine : penser les limites de la vie, de la santé et du pathologique

Acadmie

Le Grand Amphithéâtre de l’Académie de médecine accueille le 21 juin la 3e édition du colloque « Transhumanismes » de la revue « Passages... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter