À Nice, des Gilets jaunes délogés d'un hôpital désaffecté

À Nice, des Gilets jaunes délogés d'un hôpital désaffecté

04.01.2019
  • Nice Saint-Roch Gilets jaunes

    À Nice, des Gilets jaunes délogés d'un hôpital désaffecté

À Nice, ce jeudi 3 janvier, un groupe de Gilets jaunes a été délogé d'un hôpital désaffecté du centre-ville par les forces de l'ordre. La police est intervenue vers 21 heures, dans le calme, en déployant un cordon de sécurité pour empêcher toute nouvelle intrusion. La dizaine de Gilets jaunes s'était installés dans l'hôpital Saint-Roch depuis le 23 décembre. 

« Nous sommes entrés dans ces lieux sans voie de faits pour en faire un lieu de débats et de conférences et pour héberger des familles qui dorment à la rue. On n'admet pas qu'ils couchent dehors avec le froid qu'il fait », a expliqué l'un des participants depuis le perron de l'hôpital. Un hôpital dont la façade arborait jeudi un gilet jaune géant floqué du sigle RIC, pour référendum d'initiative citoyenne.

Le groupe de Gilets jaunes délogés a indiqué héberger depuis quelques jours trois familles, dont deux albanaises demandeuses d'asile, qu'ils ont trouvées dormant dans les rues niçoises.

À la demande de l'hôpital

Selon la préfecture des Alpes-Maritimes, aucune famille n'était présente lorsque les forces de l'ordre sont intervenues. « Le lieu présentait un risque extrême pour la sécurité des personnes », a-elle indiqué, précisant que la police avait évacué les Gilets jaunes – qui espéraient occuper le bâtiment au moins jusqu'à la fin de la trêve hivernale – « de manière proportionnée » à la « demande du propriétaire, l'hôpital ».  

L'hôpital Saint-Roch, qui appartient toujours au CHU de Nice, n'héberge plus, dans l'une de ses ailes, que des services d'odontologie depuis la construction du nouvel hôpital Pasteur. La municipalité de Nice a prévu de transformer le bâtiment en commissariat réunissant police municipale et police nationale.

P. T. avec AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
psy
Focus

Journée nationale d'action le 22 janvier Abonné

Éreintée par la pénurie médicale et le manque de personnels, fragilisée par une organisation obsolète, la psychiatrie à l'hôpital public fait grise mine. Demain, ses défendeurs manifestent à Paris pour ouvrir les yeux des pouvoirs publics sur la dégradation des conditions de soins. Commenter

Organisation des ECNi : le CNG bientôt au chomâge technique ?

Alors que les épreuves classantes nationales informatisées (ECNi) sont condamnées à disparaître d'ici à quelques années, le Centre national... 2

Moins de viande, plus de fruits, de légumes et de graines : le régime qui équilibre santé et climat

viande rouge

« La civilisation est en crise. Nous ne pouvons plus nourrir la population mondiale de façon saine tout en ménageant les ressources de la pl... 2

Un urgentiste de Valenciennes condamné à un an de prison avec sursis après la mort d'une jeune fille

Un médecin urgentiste d'une polyclinique de Valenciennes a été condamné à douze mois de prison avec sursis, 3 000 euros d'amende et 150 000... 27

400 généralistes salariés ou mixtes dans les déserts : premiers recrutements d'ici à fin mars

cabinet

Du neuf du côté des 400 postes de généralistes à exercice partagé ville/hôpital ou salarié en zone sous-dense. La direction générale de... 46

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter