AP-HP : « décès inexpliqué » d'une patiente après 12 heures d'attente aux urgences

AP-HP : « décès inexpliqué » d'une patiente après 12 heures d'attente aux urgences

Martin Dumas Primbault
| 19.12.2018
  • LARIBOISIERE

    AP-HP : « décès inexpliqué » d'une patiente après 12 heures d'attente aux urgences

Une femme âgée d'une cinquantaine d'années est décédée mardi 18 décembre au petit matin dans le service d'accueil des urgences de l'hôpital Lariboisière (10e arrondissement) alors qu'elle y avait été admise la veille en fin d'après-midi.

C'est l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) qui l'a annoncé par un communiqué dans lequel sont détaillés les éléments dont l'hôpital dispose. « La patiente a été prise en charge par la brigade des sapeurs-pompiers de Paris lundi 17 décembre et amenée aux urgences de l'hôpital Lariboisière vers 18 h 45 », indique l'AP-HP. « Elle a été accueillie par l'infirmière d'accueil et d'orientation et enregistrée dans le circuit de prise en charge du service. »

Son décès n'a été constaté que le lendemain à 6 h 20, soit douze heures après son arrivée. Que s'est-il passé ? La patiente a-t-elle été vue par un praticien de l'hôpital ? Interrogé par « Le Parisien », le Dr Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes de France (AMUF) donne quelques détails. « Elle souffrait de céphalée et de fièvre, et n’avait pas réussi à trouver un médecin en ville. » Mais le médecin du SAMU de Paris l'affirme, « il est sûr en tout cas qu’elle n’a pas vu de médecin ».

Enquête ouverte

Dans un communiqué, l'AMUF exprime son soutien à la famille et son souhait de voir les enquêtes prendre en compte « la réalité du manque de moyens qui est un des éléments incontournables générateurs de ces drames ». L'association demande un rendez-vous au ministère pour trouver une solution face à la saturation des urgences en France.

L'AP-HP indique avoir avisé le procureur de la République de Paris pour faire toute la lumière sur ce « décès inexpliqué ». Contactés par « le Quotidien », ni le service d'urgences de l'hôpital Lariboisière, ni l'AP-HP n'ont souhaité communiquer davantage sur le sujet en attendant les conclusions de l'enquête ouverte par le parquet de Paris.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
psy
Focus

Journée nationale d'action le 22 janvier Abonné

Éreintée par la pénurie médicale et le manque de personnels, fragilisée par une organisation obsolète, la psychiatrie à l'hôpital public fait grise mine. Demain, ses défendeurs manifestent à Paris pour ouvrir les yeux des pouvoirs publics sur la dégradation des conditions de soins. Commenter

Organisation des ECNi : le CNG bientôt au chomâge technique ?

Alors que les épreuves classantes nationales informatisées (ECNi) sont condamnées à disparaître d'ici à quelques années, le Centre national... 2

Moins de viande, plus de fruits, de légumes et de graines : le régime qui équilibre santé et climat

viande rouge

« La civilisation est en crise. Nous ne pouvons plus nourrir la population mondiale de façon saine tout en ménageant les ressources de la pl... 2

Un urgentiste de Valenciennes condamné à un an de prison avec sursis après la mort d'une jeune fille

Un médecin urgentiste d'une polyclinique de Valenciennes a été condamné à douze mois de prison avec sursis, 3 000 euros d'amende et 150 000... 27

400 généralistes salariés ou mixtes dans les déserts : premiers recrutements d'ici à fin mars

cabinet

Du neuf du côté des 400 postes de généralistes à exercice partagé ville/hôpital ou salarié en zone sous-dense. La direction générale de... 46

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter