Pénurie médicale au CHU de Nice : le maire Christian Estrosi convoque une réunion de « crise »

Pénurie médicale au CHU de Nice : le maire Christian Estrosi convoque une réunion de « crise »

Martin Dumas Primbault
| 06.12.2018
  • estrosi

    Pénurie médicale au CHU de Nice : le maire Christian Estrosi convoque une réunion de « crise »

La pénurie médicale est loin d'être l'affaire des petits centres hospitaliers. Le CHU de Nice en sait quelque chose. Ce jeudi 6 décembre, Christian Estrosi, maire Les Républicains de la ville, réunira à 16 heures les membres du conseil de surveillance de l'hôpital − dont il est président − et de la commission médicale d'établissement (CME) pour tenter de trouver une issue à la « crise » que traverse son CHU. 

Dans un courrier en date du 30 novembre adressé à l'ensemble du personnel, le maire de Nice pointe « dix reports opératoires quotidiens auxquels les patients sont confrontés depuis le 1er novembre » causés par la pénurie de médecins, en particulier en anesthésie, spécialité en difficulté. 15 postes seraient actuellement vacants. L'édile niçois indique avoir alerté l'agence régionale de santé ainsi qu'Agnès Buzyn. « Le CHU de Nice est un grand CHU et doit rester un grand CHU », clame-t-il.

Toute la médecine touchée

En septembre déjà, le manque de moyens et de personnel avait été dénoncé dans les services de chirurgie orthopédique et traumatologique. Le chef de service et son adjoint avaient alors pris la décision d'arrêter purement et simplement de prendre en charge les opérations qui ne relevaient pas de l'urgence pour alerter la direction.

Mais pour le Pr Eric Rosenthal, la crise ne se limite pas à ces pôles, elle est globale. « Ce n'est que la partie visible de ce que traverse l'hôpital actuellement, toute la médecine est également touchée. »

Le PUPH explique mener depuis un an un combat contre sa direction pour obtenir des moyens humains et financiers dans son service de médecine interne. En vain. « Nous sommes allés jusqu'à alerter le médiateur national mais la direction a refusé de le recevoir », explique le praticien de 60 ans. En arrêt maladie depuis deux mois pour épuisement professionnel, il met en cause directement la direction. « Si aujourd'hui on n'a pas les moyens, c'est à cause de la gouvernance qui est sourde à toutes les demandes des médecins », dénonce le praticien.

De leur côté, contactées par « le Quotidien », ni la direction, ni la mairie n'ont souhaité communiquer davantage sur le sujet avant la tenue de la rencontre.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
evenement
Focus

Faute de temps, les soignants négligent leur hygiène de vie Abonné

C'est une des plus vastes enquêtes jamais réalisées sur la santé des acteurs du soin. Les chiffres évoquent des médecins plus souvent malades que la population et plus insatisfaits de leur travail. Un constat alarmant. 6

18 polémiques santé en 2018 : votre avis nous intéresse !

18 polémiques santé en 2018 : votre avis nous intéresse !-0

L’année qui s’achève a été riche en polémiques de toutes sortes touchant le système de soins. « Le Quotidien du Médecin » a retenu les 18... 2

Urgences : l'IGAS veut remplacer le 15, le 17 et le 18 par un 112 unique

112

Verra-t-on disparaître le 15, le 17 et le 18 au profit d'un numéro unique d'urgences ? C'est ce qui semble ressortir du rapport... 7

Un pédiatre écope d'un avertissement ordinal pour non-déclaration de ses liens d'intérêts

C'est une sanction disciplinaire lourde de symbole. Pour la première fois, un médecin interrogé dans les médias grand public se voit... 7

Brevet du sofosbuvir : les ONG européennes ne désarment pas

hep c

Six ONG ont fait appel mercredi de la décision de l’Office européen des brevets (OEB), prise en septembre, de maintenir le brevet sur le... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter