Dégradation des conditions de travail, patients violents... les étudiants en santé ont le moral dans les chaussettes

Dégradation des conditions de travail, patients violents... les étudiants en santé ont le moral dans les chaussettes

Sophie Martos
| 05.12.2018
  • etudiants moral

Quotidien lourd, rythme infernal... La dégradation du moral des étudiants en santé s'accentue fortement en 2018. Selon le baromètre* annuel réalisé par 360 medics, 64 % des étudiants se déclarent aujourd'hui insatisfaits de leurs conditions de travail (contre 31 % en 2017). 

Plusieurs facteurs « stresseurs » plombent le moral des jeunes. Sept étudiants sur dix ont déjà fait face au moins une fois à un comportement violent de la part d'un patient (65 % en 2017). 

Le rythme de travail est un autre facteur anxiogène et avec des répercussions directes. 86 % des sondés considèrent que ces cadences infernales impactent négativement la vie sociale, 67 % jugent que cela affecte leur vie familiale et 47 % leurs performances professionnelles.

Ce rythme de travail se répercute plus globalement sur le bien-être des jeunes. En 2018, 52 % jugent qu'il joue sur leur moral et leur condition physique. Et 41 % souffrent ou ont déjà souffert de dépression, confirmant la prévalence du burn out ou des idées suicidaires dans cette population jeune. 

Incidence sur la qualité des soins

Chez les jeunes, les raisons de l'épuisement s'expliquent dans l'ordre par le comportement des patients, le manque de reconnaissance, l'organisation du travail et la masse de travail. Et 90 % d'entre eux estiment que leur travail n'est pas reconnu à leur juste valeur !

Également sondés sur le lien entre épuisement professionnel et qualité des soins (seuls les répondants ayant connu ou connaissant un épisode de burn-out sont ici interrogés),  3 % d'entre eux affirment que cette situation de souffrance les a conduits à un incident médical de sécurité sur un patient. Et 41 % déclarent que « le risque existe ».  

* Enquête réalisée par questionnaire auto-administré en ligne entre le 1er octobre et le 4 novembre 2018 auprès de 6 195 répondants dont 5 117 professionnels de santé (médecins, pharmaciens, infirmiers, kinés, sages-femmes, aides-soignants, chirurgiens-dentistes) et 1 078 étudiants en santé (dont 51 % en médecine).

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
CERTIFICAT DECES

Certificats de décès : feu vert pour le recours aux internes et aux retraités, mais pas aux infirmiers

Comment pallier le manque de médecins pour établir rapidement des certificats de décès ? Des débats vifs ont animé l'Assemblée nationale sur le sujet mercredi soir et ont débouché sur une alternative, jugée néanmoins insuffisante... 24

La HAS détaille sa méthode pour évaluer l'homéopathie

homeopathie

La Haute Autorité de santé (HAS) a comme objectif de rendre un avis en juin prochain sur le bien-fondé du remboursement de l’homéopathie.... 1

Environ 7 200 décès attribuables à la grippe, l'épidémie touche à sa fin

grippe

L'épidémie de grippe est terminée dans 3 régions, Bourgogne-France-Comté, Corse et Ile-de-France et tire à sa fin ailleurs en métropole, a... 2

La tuberculose éradicable en 25 ans selon les experts du « Lancet »

tuberculose

Il est possible d'éradiquer la tuberculose d'ici à 25 ans avec une stratégie bien ciblée et des financements à la hauteur, estiment... 2

« Vous n'êtes pas ici entre confrères ! », « Ayez du courage » : des députés accusent Buzyn de corporatisme, la ministre garde son cap anti-coercition

BUZYN an

Examiné depuis lundi en séance publique, le projet de loi de santé a provoqué sans surprise un vif et long débat sur la question de la... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter