Big bang des études médicales : la conférence des doyens s'inquiète des délais serrés

Big bang des études médicales : la conférence des doyens s'inquiète des délais serrés

Sophie Martos
| 05.12.2018
  • etudes medicales

    Big bang des études médicales : la conférence des doyens s'inquiète des délais serrés

Avec trois grandes réformes des études médicales sur les bras – de la première à la sixième année – et un calendrier serré, la conférence des doyens ne sait plus ou donner de la tête. Lors d'un colloque à l'initiative de l'Association des Sciences Po Alumni, le patron de la conférence des doyens des facultés de médecine, le Pr Jean Sibilia, a certes défendu la nécessité de réformer la formation initiale mais a jugé « compliqué » de mener à bien tous ces chantiers tant un délai aussi « court ».

De fait, les doyens sont sur tous les fronts. Ils gèrent déjà le déploiement de la réforme du nouveau troisième cycle, opérationnelle depuis 2017, et planchent désormais sur l'aménagement programmé du second cycle (de la 4e à 6e année) et sur l'architecture du nouveau premier cycle des études de santé (de la 1er à 3e année). Un casse-tête.

Le temps presse. La réforme législative de l'accès aux études de santé est attendue au premier trimestre 2019. La feuille de route est très claire : suppression du numerus clausus et de la première année commune aux études de santé (PACES) effective dès 2020 ! Le nouveau second cycle, lui, est attendu l'an prochain. « Nous voulions faire une réforme globale, et pas des petits pas par-ci par-là, argumente le Pr Sibilia. Nous travaillons avec les autres doyens des études de santé mais le timing politique est très serré. » Si l'on ajoute la réforme du baccalauréat, pour la session 2021, qui aura aussi des incidences sur l'entrée dans les études supérieures, on mesure l'ampleur des défis. 

Urgence

Les réunions s'enchaînent à un rythme effréné et des interrogations émergent sur la faisabilité de la refonte du premier cycle santé en quelques mois. « Nous travaillons déjà sur le contenu, l'accès aux études de santé et les modalités de contrôle des connaissances. On devra peut-être recommencer avec la réforme du bac prévue en 2021, ne faut-il pas mettre en phase ces deux réformes ? », interroge le Pr Sibilia.

La formation médicale initiale devra favoriser l'ambulatoire et l'interprofessionnalité et mieux intégrer le numérique. « Le sujet est complexe et tout est fait dans l'urgence », alerte le patron des doyens.

L'Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) se montre plus optimiste. Contactée par « le Quotidien », Clara Bonnavion, présidente de la structure  jeune, juge que la réforme de l'accès aux études de santé ne peut plus attendre. « Il faut être ambitieux, ça paraît court comme délai, mais c'est possible ! Les modèles envisagés sont en cohérence avec la future réforme du bac ».

La fin du redoublement

Par quoi remplacer la PACES et le numerus clausus ? Le rapport sur la réforme du premier cycle, rédigé par le Pr Jean-Paul Saint-André, ex-doyen de l'UFR d'Angers, sera remis le 11 décembre. Selon « L'Obs », le nouveau modèle (portail santé) sélectionnerait une majorité d'étudiants (jusqu'à 70 %) dès la fin de la 1re année. Le redoublement serait interdit et les jeunes en échec seraient réorientés vers d'autres filières. Mais par le jeu des passerelles entrantes, les étudiants collés pourraient retenter leur chance après l'obtention d'une 2e ou 3e année de licence.

Pour diversifier les profils, l'AlterPACES constituerait la seconde grande voie d'entrée dans les métiers de la santé. Ce schéma permet l'accès en deuxième année des études de santé d'étudiants ayant validé une L2 ou L3 d'un tout autre parcours universitaire (biologie, sciences de la vie, physique chimie, droit, autre licence, voire CPGE).

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
CERTIFICAT DECES

Certificats de décès : feu vert pour le recours aux internes et aux retraités, mais pas aux infirmiers

Comment pallier le manque de médecins pour établir rapidement des certificats de décès ? Des débats vifs ont animé l'Assemblée nationale sur le sujet mercredi soir et ont débouché sur une alternative, jugée néanmoins insuffisante... 1

La HAS détaille sa méthode pour évaluer l'homéopathie

homeopathie

La Haute Autorité de santé (HAS) a comme objectif de rendre un avis en juin prochain sur le bien-fondé du remboursement de l’homéopathie.... Commenter

Environ 7 200 décès attribuables à la grippe, l'épidémie touche à sa fin

grippe

L'épidémie de grippe est terminée dans 3 régions, Bourgogne-France-Comté, Corse et Ile-de-France et tire à sa fin ailleurs en métropole, a... Commenter

La tuberculose éradicable en 25 ans selon les experts du « Lancet »

tuberculose

Il est possible d'éradiquer la tuberculose d'ici à 25 ans avec une stratégie bien ciblée et des financements à la hauteur, estiment... Commenter

« Vous n'êtes pas ici entre confrères ! », « Ayez du courage » : des députés accusent Buzyn de coporatisme, la ministre garde son cap anti-coercition

BUZYN an

Examiné depuis lundi en séance publique, le projet de loi de santé a provoqué sans surprise un vif et long débat sur la question de la... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter