Admiratif de l'hôpital, Tapie veut que des chômeurs deviennent « sous aides-soignants » pour donner un coup de main

Admiratif de l'hôpital, Tapie veut que des chômeurs deviennent « sous aides-soignants » pour donner un coup de main

Anne Bayle-Iniguez
| 30.11.2018
  • tapie

    Admiratif de l'hôpital, Tapie veut que des chômeurs deviennent « sous aides-soignants » pour donner un coup...

Invité au 20 heures de France 2 ce jeudi, Bernard Tapie, soigné à l'hôpital public pour un double cancer de l'estomac et de l'œsophage, a longuement vanté les mérites des médecins hospitaliers qui l'ont accompagné dans son parcours de soins. 

« Personne ne peut se rendre compte à quel point on leur est redevable,  appuie l'ancien ministre. Ce sont des gens qui consacrent vraiment toute leur vie à ça [aux soins, NDLR]. C'est même pas un métier, c'est un sacerdoce ! Parfois, ils travaillent dans des conditions pas faciles, en sous-effectif. Je les ai admirés. Ils donnent la vie, ils nous accompagnent tout au long de notre existence, ils méritent franchement un peu plus de considération qu'ils en ont. »

Bernard Tapie, 75 ans, assure avoir choisi l'hôpital public – en l'occurrence l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris – pour « éviter » d'être traité comme un patient privilégié. « Et même si je l'avais souhaité, ce n'est pas dans le style des médecins de dire : “celui-là, il est comme ci, celui-là il est comme ça !” », jette-t-il. 

Parrain d'honneur de la promotion

Le long combat de l'ancien patron de l'OM contre le cancer lui a permis de côtoyer le monde hospitalier au plus près, d'en voir les forces mais aussi les « nombreuses défaillances ». La pénurie de personnel est « épouvantable » à ses yeux. « Quand on voit quatre heures d'attente moyenne dans les services d'urgences, quand on voit une infirmière ou un aide-soignant qui est là toute la nuit pour cinq étages, quand on appuie sur la sonnette […], ça répond pas toujours… C'est pas possible ! »

Depuis la semaine dernière, Bernard Tapie est parrain d'honneur de la nouvelle promotion de la faculté de médecine de Nice. S'il apprécie le travail des praticiens hospitaliers, Bernard Tapie a plaidé auprès des carabins pour une médecine plus humaniste, moins technicienne. « On a besoin que le médecin nous raconte, non pas ce qu'on a forcément, mais [nous parle], ne serait-ce que pour nous motiver, pour nous dire : “voilà, c'est un combat. À partir d'aujourd'hui, c'est vous ou lui [le cancer] qui gagnez. Il faut qu'ils nous aident à avoir cette volonté de se battre.” »

 

Donner le goût d'être utile

Parce qu'il « ne peut pas [s']empêcher de [se] mêler de ce qui ne [le] regarde pas », Bernard Tapie propose des solutions maison pour relever l'hôpital public. 

Il suggère la création d'un nouveau métier de santé : le « sous aide-soignant ». Cet agent serait formé pendant une année pour « pouvoir donner un coup de main » au personnel hospitalier. « Quand vous arrivez aux urgences, il faut que quelqu'un vous parle, ne serait-ce que pour vous demander votre âge, ce que vous faites dans la vie […], argumente-t-il. Un jeune qui est au chômage, il a la sensation qu'il est inutile. Là, il va être utile. On va lui donner le goût d'être utile et pourquoi pas le goût d'une passion nouvelle. » Bernard Tapie travaille sur cette idée avec « cinq ou six » professeurs de médecine. Il sera en mesure de présenter ces idées « dans deux mois ». 

« Les plus riches » contre la pénurie de médicaments

Autre cheval de bataille de l'homme d'affaires : les « incompréhensibles » pénuries de médicaments. Pour que cela cesse, Bernard Tapie juge que « les plus riches de France » doivent accepter « d'aider en faisant un vrai laboratoire qui prendra les molécules qui sont passées dans le domaine public pour les faire à prix coûtant ». Lui-même a l'intention de parler à « Arnaud [Lagardère], Bolloré et Xavier Niel » pour les convaincre de mettre la main au pot. « Ça permettra d'éviter d'avoir notre sort et notre santé entre les mains des Chinois qui, de temps en temps, ne nous vendent des médicaments que quand ils en ont envie. »

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
internes

48 heures par semaine maximum ? 50 % des internes de médecine générale dépassent le temps de travail réglementaire

Surcharge de travail, pression des médecins seniors : un interne en médecine générale sur deux (en première, deuxième ou troisième année), dépasse le temps de travail hebdomadaire réglementaire, révèle une enquête* d'envergure de... 5

Le nombre de cas de rougeole a bondi de 50 % en 2018, selon l'OMS

rougeole

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur un bond d'environ 50 % des cas signalés de rougeole en 2018 par rapport à 2017. À la... 2

Dépistage organisé du cancer du sein : de bonnes performances malgré une légère baisse de la participation

depistage cancer sein

Malgré un taux de participation en légère baisse, les indicateurs de performance du dépistage organisé du cancer du sein « attestent de la... 1

Téléconsultation : des syndicats et l'Ordre s'inquiètent de « dérives commerciales »

teleconsult

Cinq mois jour pour jour après la généralisation de la téléconsultation, MG France s'alarme ce vendredi de « dérives commerciales » non... 4

Après un ressenti négatif en consultation, 60 % des patients ont déjà cherché un nouveau médecin

experience negative

Près d'un patient sur deux estime que leur médecin n'est pas assez attentif en consultation, selon une étude en ligne* réalisée auprès d'un... 6

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter