EDEN : premier préservatif remboursé par la Sécurité sociale

EDEN : premier préservatif remboursé par la Sécurité sociale

Hélia Hakimi-Prévot
| 27.11.2018
  • eden preservatifs

    EDEN : premier préservatif remboursé par la Sécurité sociale

Médecins spécialistes, généralistes et sages-femmes peuvent désormais accroître leur marge de manœuvre en matière de prévention des infections sexuellement transmissibles en prescrivant un préservatif pris en charge par l'Assurance-maladie.

Baptisé EDEN, le premier préservatif remboursé par la Sécurité sociale vient d'être lancé par les laboratoires Majorelle. « Aujourd'hui, les professionnels de santé ne sont pas assez impliqués dans la prévention des infections sexuellement transmissibles (IST). Le médecin doit redevenir l'acteur principal de cette prévention en pouvant, désormais prescrire le préservatif. Nous souhaitons, par ce biais, remédicaliser un produit qui était davantage devenu un gadget sexuel », souligne Guillaume El Glaoui, président des laboratoires Majorelle. De fait, 70 % des préservatifs sont, aujourd'hui, achetés en supermarché et les industriels communiquent, le plus souvent, sur le plaisir associé à l'utilisation de ce produit.

Améliorer l'accessibilité du préservatif

Le préservatif EDEN, quant à lui, est exclusivement disponible en pharmacie. « Il s'agit d'un préservatif en latex d'une grande qualité – disponible en format classique ou XL – dont le prix est largement inférieur à ses concurrents : la boîte de 12 préservatifs de la marque EDEN coûte 2,60 euros [également disponible en boîte de 6 préservatifs à 1,30 euros et 24 préservatifs à 5,20 euros]. Lorsqu'il est prescrit, le préservatif EDEN est remboursé à 60 % par la Sécurité sociale, le reste pouvant être pris en charge par les mutuelles », note Guillaume El Glaoui.

D'après une enquête récente menée par l'institut ELABE, 75 % des jeunes affirment qu'ils utiliseraient davantage le préservatif s'il était remboursé. « Cela montre que le préservatif n'est pas assez accessible financièrement. Le fait de pouvoir l'acheter discrètement en supermarché n'améliore pas ce point. En revanche, nous pensons que le fait de pouvoir l'obtenir de façon systématique chez le médecin – et de permettre son remboursement – permettra d'améliorer largement son accessibilité et donc son utilisation », confie Guillaume El Glaoui.

Diminuer l'incidence des IST

Le constat est, aujourd'hui, alarmant : un jeune sur deux ayant une activité sexuelle ne se protège pas et l'incidence des IST a fortement augmenté depuis une vingtaine d'années. « Entre 1981 (début de l'épidémie sidéenne) et le milieu des années 90, les populations à risque éprouvaient une telle terreur vis-à-vis du sida qu'elles avaient changé leurs comportements en diminuant notamment le multi-partenariat et en utilisant davantage le préservatif. Puis, vers la fin des années 90, les statistiques ont montré une augmentation d'un certain nombre d'IST (gonocoques, Chlamydiae, syphilis). Le nombre d'IST déclarées a été multiplié par 3 entre 2012 et 2016. Ce qui est catastrophique », indique le Dr Jean-Marie Bohbot, infectiologue andrologue, directeur médical à l’Institut Fournier, à Paris.

Si l'amélioration du dépistage et du diagnostic des IST explique, en partie, l'augmentation du nombre d'IST recensés en France, cette recrudescence est également due à l'abandon du préservatif. « Les 15/25 ans sont le cœur de cible des IST dont certaines (telles que le papillomavirus ou les hépatites) peuvent engendrer de graves conséquences pour la santé. Face à ce fléau, il est urgent d'agir, notamment en améliorant l'accès et l'information sur le port du préservatif  », conclut le Dr Bohbot.

D'après la conférence de presse de présentation d'EDEN

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
evenement
Focus

Faute de temps, les soignants négligent leur hygiène de vie Abonné

C'est une des plus vastes enquêtes jamais réalisées sur la santé des acteurs du soin. Les chiffres évoquent des médecins plus souvent malades que la population et plus insatisfaits de leur travail. Un constat alarmant. 5

18 polémiques santé en 2018 : votre avis nous intéresse !

18 polémiques santé en 2018 : votre avis nous intéresse !-0

L’année qui s’achève a été riche en polémiques de toutes sortes touchant le système de soins. « Le Quotidien du Médecin » a retenu les 18... 2

Urgences : l'IGAS veut remplacer le 15, le 17 et le 18 par un 112 unique

112

Verra-t-on disparaître le 15, le 17 et le 18 au profit d'un numéro unique d'urgences ? C'est ce qui semble ressortir du rapport... 7

Un pédiatre écope d'un avertissement ordinal pour non-déclaration de ses liens d'intérêts

C'est une sanction disciplinaire lourde de symbole. Pour la première fois, un médecin interrogé dans les médias grand public se voit... 7

Brevet du sofosbuvir : les ONG européennes ne désarment pas

hep c

Six ONG ont fait appel mercredi de la décision de l’Office européen des brevets (OEB), prise en septembre, de maintenir le brevet sur le... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter