Un test de génétique plus précis pour identifier les tumeurs malignes de la thyroïde

Un test de génétique plus précis pour identifier les tumeurs malignes de la thyroïde

Damien Coulomb
| 08.11.2018
  • thyroide

Parvenir à distinguer efficacement les nodules thyroïdiens qui évolueront effectivement en cancer de la thyroïde constitue un problème fréquent en endocrinologie. On estime que 2 tiers des adultes sont porteurs de nodules visibles à l'échographie, et que 20 % des ponctions à l'aiguille fine de la thyroïde présentent une cytologie indéterminée (classe III ou IV sur la classification de Bethesda).

Un test génomique, le ThyroSeq actuellement dans sa 3e version, propose de rechercher, dans 112 gènes préspécifiés, les mutations, fusions de gènes et altérations de l'expression génétique associées à l'oncogenèse. Cette technique diagnostique vient d'être validée dans une étude de cohorte prospective dont les résultats viennent d'être publiés dans le « JAMA Oncology ».

Les 286 nodules inclus dans l'analyse, d'une taille médiane de 2,4 cm, provenaient de 256 patients (âge médian de 53 ans). Tous ont tous été sélectionnés car leur cytologie est difficile à interpréter. Au final, il s'est avéré que 72 % des tumeurs étaient bénignes, que 24 % étaient malignes et que 4 % se sont révélés être des cancers papillaires et folliculaires de la thyroïde. Une chirurgie était nécessaire dans 28 % des cas.

94 % de sensibilité

Dans 90 % des cas, le résultat du test était interprétable. Le ThyroSeq a déterminé que 61 % des prélèvements classés Bethesda III ou IV à la cytologie provenaient de tumeurs béguines, et 39 % provenaient de tumeurs malignes. La valeur prédictive positive du test est de 94 %, et sa valeur prédictive négative de 82 %. Selon les auteurs, les lésions non diagnostiquées par ThyroSeq étaient tous des tumeurs à faible risque.

« Un autre avantage de ce test, est qu'il fournit aux cliniciens le profil moléculaire du patient, ce qui peut être utile pour affiner les modalités du traitement », ajoute les auteurs. Ainsi la présence de la mutation V600E du gène BRAF est typique d'un carcinome papillaire de la thyroïde, avec un fort risque de métastase dans les ganglions lymphatiques régionaux. Des altérations de la voix de signalisation RAS sont plus fréquemment associées à un cancer folliculaire de la thyroïde.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
ivg

« Grève des IVG » : des militantes réclament des sanctions

La condamnation par le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) de la menace de « grève des IVG » proférée par le Syngof, le premier syndicat des gynécologues et obstétriciens, n’est pas jugée suffisante par certaines... 10

Tiers payant intégral, moratoire sur les fermetures de lits et coercition : les communistes élaborent leur propre loi de santé

communistes

Quatre-vingt-six mesures dont 37 de première urgence. C'est ce que contient la proposition de loi de santé alternative que députés et... 10

La diversification alimentaire protège contre les maladies inflammatoires

Diversification alimentaire

Les recommandations sur la diversification alimentaire vont-elles encore bouger ? C'est ce que laisse penser une étude française publiée... Commenter

Le report d'un an de la fin des ECN désole les carabins de l'ANEMF qui réclament des gages

ECNI

Mauvaise passe parlementaire pour les carabins !  Après avoir lancé une pétition – qui frôle les 20 000 signataires – en riposte aux... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter