Des journaux à comité de lecture encouragent la publication des résultats négatifs

Des journaux à comité de lecture encouragent la publication des résultats négatifs

Sophie Coisne
| 25.10.2018
  • revues

    Des journaux à comité de lecture encouragent la publication des résultats négatifs

La publication scientifique souffre d’un véritable biais : les études présentant un résultat positif – autrement dit celles qui ont prouvé une de leurs hypothèses – sont considérablement plus nombreuses à être publiées que celles qui aboutissent à un résultat négatif. C’est ce qu’on appelle le biais de publication. Certains journaux à comité de lecture cherchent à lutter contre ce phénomène en proposant un « pré-enregistrement » du protocole des études, avant leur réalisation. Aujourd’hui, des chercheurs de l’université de Cardiff (Grande-Bretagne) montrent que les études passées par ce processus ont davantage de chances de faire état d’un résultat nul. Ce qui rend la science plus transparente et robuste.

Éviter la censure et la falsification

Il est urgent d’agir car le biais de publication s’accentue avec le temps, au point que de nombreux scientifiques parlent désormais de « crise de la publication ». La proportion de résultats positifs dans la littérature scientifique serait ainsi passée de 70,2 % en 1990-1991 à 85,9 % en 2007. Plusieurs raisons à cela : d’une part, les revues scientifiques à comité de lecture publient plus volontiers des études qui apportent des résultats positifs. Elles sont plus faciles à mettre en avant, davantage lues et souvent reprises par les journalistes.

D’autre part, les chercheurs eux-mêmes s’autocensurent : sachant qu’ils n’apporteront pas un résultat positif et qu’un grand nombre de revues ne publieront pas leur étude, ils ne les présentent tout naturellement pas. Or l’absence de résultats négatifs biaise les méta-analyses qui reposent alors sur un nombre anormalement grand de résultats positifs. Pire, cela accentue les risques de fraude, certains scientifiques corrigeant leur hypothèse de départ lorsqu’ils s’aperçoivent que les résultats obtenus ne vont pas dans le sens espéré.

141 journaux concernés

De nombreuses initiatives ont été prises pour injecter de la transparence dans la façon dont la science se fait. L’une d’elle est portée par 141 journaux à comité de lecture : ils poussent les équipes de recherche à pré-enregistrer leur étude, ce qui consiste à soumettre leur protocole à un comité de pairs avant même que la collecte des données commence. Si le protocole est approuvé, le journal s’engage à en publier le résultat, quel qu’il soit. À l’heure actuelle, 130 études passées par ce processus ont été publiées.

Cela augmente-t-il la publication des résultats négatifs ? C’est ce qu’ont cherché à comprendre les psychologues Chris Allen et David Mehler de l’université de Cardiff, en Grande-Bretagne. Ces derniers ont analysé 113 protocoles pré-enregistrés en psychologie et en recherche biomédicale. Ils posaient en tout 296 hypothèses. 61 % d’entre elles ont abouti à un résultat nul et malgré tout publié. C’est bien plus que la proportion de résultats nuls publiés dans la littérature scientifique (qui varie entre 5 et 20 % selon les auteurs). Reste à voir si cela poussera les plus prestigieuses revues à comité de lecture – Nature, New England journal of medicine, Cell… – à s’engager dans cette voie.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
pesticides ev
Focus

Une nébuleuse de molécules, un éventail d'effets potentiels Abonné

La responsabilité des pesticides ne fait plus débat pour des pathologies graves chez les agriculteurs (Parkinson, lymphome non hodgkinien, myélome, cancer de la prostate) et chez les enfants exposés in utero (malformations, leucémies, tumeurs cérébrales, croissance pondérale). L'éventail des présomptions est bien plus large, mais les études font défaut. Un manque en train de se combler. 3

Réforme des modes de financement et rémunération : les pistes décoiffantes du rapport Aubert

remuneration

Sur les cinq chantiers lancés par le Premier ministre Édouard Philippe en février lors de l'annonce de la stratégie de transformation du... 23

DPC 2018 : enveloppe épuisée, liste d'attente ouverte, consternation des syndicats

dpc

Depuis le 7 novembre, l'enveloppe de 87,7 millions d'euros allouée aux actions de DPC des médecins libéraux a été totalement consommée.... 2

Euthanasie : l'Ordre se prononcera « début 2019 » sur les médecins qui transfèrent leurs patients français en Belgique

euthanasie

Le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) se prononcera « début 2019 » sur la possibilité pour un médecin français d’emmener un... 7

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter