Douleurs chroniques : l'Académie de médecine s'inquiète d'un manque de médecins spécialisés

Douleurs chroniques : l'Académie de médecine s'inquiète d'un manque de médecins spécialisés

Charlène Catalifaud
| 16.10.2018

Alors que la Journée mondiale de lutte contre la douleur a eu lieu le 15 octobre, l'Académie nationale de médecine publie ses recommandations « pour une meilleure prise en charge des patients ». Elle préconise notamment de « consolider l'existence des 273 structures spécialisées douleur chronique (SDC) », mises en place au cours des 20 dernières années.

Ce rapport est le fruit d'un groupe de travail multidisciplinaire, comprenant notamment des médecins spécialistes de la douleur, des neurologues et des pédiatres, qui s'est réuni plusieurs fois entre 2015 et 2018.

Des difficultés à recruter de nouveaux médecins

Plus d'un tiers de la population adulte française souffre de douleurs chroniques résistantes aux traitements standards. Ces douleurs rebelles, qui ont des répercussions sur la vie personnelle et professionnelle, sont prises en charge au sein des SDC. Selon les recommandations de la Haute autorité de santé (HAS) de 2008, toujours en vigueur, les lombalgies et les sciatalgies représentent le motif de consultation de SDC le plus fréquent avec 26 % des patients.

Avec ses trois plans de lutte contre la douleur (1998-2000, 2002-2005 et 2006-2010), la France a été pionnière dans la prise en charge de la douleur chronique. Toutefois, l'Académie estime que la situation actuelle « fait apparaître de réelles menaces sur la prise en charge des malades douloureux chroniques ». Elle s'inquiète d'une pénurie potentielle de médecins spécialisés après les départs à la retraite à venir des médecins à l'origine des SDC et des difficultés à en recruter de nouveaux. Une situation qui s'accompagne d'une demande croissante de consultations, liée en partie au vieillissement de la population et à une meilleure survie des patients souffrant de pathologies cancéreuses.

La moitié des médecins retraités sur la période 2015-2025

Une enquête de la Société française d'étude et de traitement de la douleur (SEFTD) illustre cette inquiétude : 50,2 % des équivalents temps plein de médecins de la douleur sont ou seront retraités au cours de la période 2015-2025. Toujours selon cette enquête, 16 SDC risqueraient de fermer en cas de non-remplacement de ces médecins de la douleur.

L'Académie de médecine recommande ainsi de « veiller au renouvellement des équipes des SDC par des médecins ayant reçu une formation spécialisée transversale (FST) "Médecine de la douleur", en plus de leur DES d’origine, et par d’autres soignants ayant bénéficié d’une formation "douleur" ». Mise en place en 2020, la FST « Médecine de la douleur » devrait « permettre le renouvellement des effectifs nécessaires à la pérennisation des 273 SDC existantes ».

Dans un souci d'amélioration de la formation de la médecine de la douleur, l'Académie souhaite désigner un « coordinateur universitaire douleur » au sein de chaque unité de formation et de recherche (UFR). Elle veut également promouvoir les « nouvelles approches non médicamenteuses, technologiques et psychosociales » en facilitant l'accès des médecins à des formations complémentaires en plus de la formation initiale de tout soignant à la douleur chronique.

Enfin, l'Académie appelle la recherche fondamentale et clinique française à « accroître sa visibilité internationale ». Elle estime que « des choix stratégiques, organisationnels et politiques sont nécessaires pour soutenir une recherche translationnelle en un temps où la pharmacopée, ancienne, s’accompagne d’un ratio bénéfice/risque insatisfaisant pour lutter avec efficacité contre les douleurs chroniques rebelles, très handicapantes pour les patients et très coûteuses pour la société ». 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
ev sommeil

Cardiométabolisme, troubles de l'humeur, immunitéLe sommeil, un levier de prévention des maladies Abonné

Après avoir été longtemps négligé, le sommeil reprend sa place en médecine. Une urgence alors que le temps de sommeil des Français est passé sous la barre des 7 heures par nuit, selon une étude récente de Santé Publique France (SPF). La journée du sommeil le 22 mars est l'occasion de rappeler que mal dormir favorise la survenue de nombreuses maladies et qu'un sommeil réparateur est un levier de... Commenter

Certificats de décès : feu vert pour le recours aux internes et aux retraités, mais pas aux infirmiers

CERTIFICAT DECES

Comment pallier le manque de médecins pour établir rapidement des certificats de décès ? Des débats vifs ont animé l'Assemblée nationale... Commenter

Psychiatrie : des soignants se mobilisent ce jeudi pour redonner du sens au secteur

psy

Les annonces de rallonge budgétaire par la ministre de la Santé et d’« initiative d’ampleur », par le président de la République, n’auront... Commenter

Les députés retoquent l'obligation d'un stage dans les déserts médicaux pour les carabins

stage etudiant

Rétropédalage des députés ! L'obligation, introduite en commission, de faire un stage en zone sous-dotée pour les étudiants en médecine,... 14

Papillomavirus : 50 organisations médicales réclament une vaccination universelle

HPV

Un appel pour un dépistage et une vaccination universelle contre le papillomavirus (HPV) vient d'être lancé par 50 organisations médicales,... 6

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter