Douleurs chroniques : l'Académie de médecine s'inquiète d'un manque de médecins spécialisés

Douleurs chroniques : l'Académie de médecine s'inquiète d'un manque de médecins spécialisés

Charlène Catalifaud
| 16.10.2018

Alors que la Journée mondiale de lutte contre la douleur a eu lieu le 15 octobre, l'Académie nationale de médecine publie ses recommandations « pour une meilleure prise en charge des patients ». Elle préconise notamment de « consolider l'existence des 273 structures spécialisées douleur chronique (SDC) », mises en place au cours des 20 dernières années.

Ce rapport est le fruit d'un groupe de travail multidisciplinaire, comprenant notamment des médecins spécialistes de la douleur, des neurologues et des pédiatres, qui s'est réuni plusieurs fois entre 2015 et 2018.

Des difficultés à recruter de nouveaux médecins

Plus d'un tiers de la population adulte française souffre de douleurs chroniques résistantes aux traitements standards. Ces douleurs rebelles, qui ont des répercussions sur la vie personnelle et professionnelle, sont prises en charge au sein des SDC. Selon les recommandations de la Haute autorité de santé (HAS) de 2008, toujours en vigueur, les lombalgies et les sciatalgies représentent le motif de consultation de SDC le plus fréquent avec 26 % des patients.

Avec ses trois plans de lutte contre la douleur (1998-2000, 2002-2005 et 2006-2010), la France a été pionnière dans la prise en charge de la douleur chronique. Toutefois, l'Académie estime que la situation actuelle « fait apparaître de réelles menaces sur la prise en charge des malades douloureux chroniques ». Elle s'inquiète d'une pénurie potentielle de médecins spécialisés après les départs à la retraite à venir des médecins à l'origine des SDC et des difficultés à en recruter de nouveaux. Une situation qui s'accompagne d'une demande croissante de consultations, liée en partie au vieillissement de la population et à une meilleure survie des patients souffrant de pathologies cancéreuses.

La moitié des médecins retraités sur la période 2015-2025

Une enquête de la Société française d'étude et de traitement de la douleur (SEFTD) illustre cette inquiétude : 50,2 % des équivalents temps plein de médecins de la douleur sont ou seront retraités au cours de la période 2015-2025. Toujours selon cette enquête, 16 SDC risqueraient de fermer en cas de non-remplacement de ces médecins de la douleur.

L'Académie de médecine recommande ainsi de « veiller au renouvellement des équipes des SDC par des médecins ayant reçu une formation spécialisée transversale (FST) "Médecine de la douleur", en plus de leur DES d’origine, et par d’autres soignants ayant bénéficié d’une formation "douleur" ». Mise en place en 2020, la FST « Médecine de la douleur » devrait « permettre le renouvellement des effectifs nécessaires à la pérennisation des 273 SDC existantes ».

Dans un souci d'amélioration de la formation de la médecine de la douleur, l'Académie souhaite désigner un « coordinateur universitaire douleur » au sein de chaque unité de formation et de recherche (UFR). Elle veut également promouvoir les « nouvelles approches non médicamenteuses, technologiques et psychosociales » en facilitant l'accès des médecins à des formations complémentaires en plus de la formation initiale de tout soignant à la douleur chronique.

Enfin, l'Académie appelle la recherche fondamentale et clinique française à « accroître sa visibilité internationale ». Elle estime que « des choix stratégiques, organisationnels et politiques sont nécessaires pour soutenir une recherche translationnelle en un temps où la pharmacopée, ancienne, s’accompagne d’un ratio bénéfice/risque insatisfaisant pour lutter avec efficacité contre les douleurs chroniques rebelles, très handicapantes pour les patients et très coûteuses pour la société ». 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
pesticides ev
Focus

Une nébuleuse de molécules, un éventail d'effets potentiels Abonné

La responsabilité des pesticides ne fait plus débat pour des pathologies graves chez les agriculteurs (Parkinson, lymphome non hodgkinien, myélome, cancer de la prostate) et chez les enfants exposés in utero (malformations, leucémies, tumeurs cérébrales, croissance pondérale). L'éventail des présomptions est bien plus large, mais les études font défaut. Un manque en train de se combler. 3

Réforme des modes de financement et rémunération : les pistes décoiffantes du rapport Aubert

remuneration

Sur les cinq chantiers lancés par le Premier ministre Édouard Philippe en février lors de l'annonce de la stratégie de transformation du... 23

DPC 2018 : enveloppe épuisée, liste d'attente ouverte, consternation des syndicats

dpc

Depuis le 7 novembre, l'enveloppe de 87,7 millions d'euros allouée aux actions de DPC des médecins libéraux a été totalement consommée.... 2

Euthanasie : l'Ordre se prononcera « début 2019 » sur les médecins qui transfèrent leurs patients français en Belgique

euthanasie

Le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) se prononcera « début 2019 » sur la possibilité pour un médecin français d’emmener un... 7

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter