La médecine bio-électronique au service des nerfs

La médecine bio-électronique au service des nerfs

10.10.2018

Une avancée se profile pour traiter les lésions sévères des nerfs périphériques. Des chercheurs ont conçu un dispositif implantable, biorésorbable, pouvant stimuler électriquement un nerf lésé après sa réparation chirurgicale. Une stimulation une heure par jour pendant 6 jours améliore la régénération du nerf chez le rat.

Malgré les progrès de la microchirurgie et la rééducation, les lésions traumatiques sévères des nerfs périphériques laissent souvent des séquelles sensitivo-motrices.

« Actuellement, une stimulation électrique peropératoire réalisée en salle d'opération au moment de la réparation du nerf offre un bénéfice ; mais une fois l'opération terminée, cette fenêtre d'intervention se ferme », explique au « Quotidien » le Dr Wilson Zack Ray, professeur en neurochirurgie, ingénierie biomédicale et chirurgie orthopédique à l'Université médicale de Washington à St Louis (MO). « Nous avons développé un implant biorésorbable qui administre une stimulation électrique monophasique au nerf et nous avons démontré pour la première fois qu’une stimulation post-opératoire, réalisée une heure par jour pendant six jours, améliore la régénération nerveuse dans un modèle rongeur. »

Le dispositif électronique sans fil, fabriqué en collaboration avec l’équipe du Pr John Rogers à l’Université Northwestern d’Evanston (IL), comprend d’une part un fin ruban électrode destiné à entourer le nerf lésé afin de le stimuler, et d’autre part une antenne réceptrice de radiofréquence, pas plus grande qu’une pièce de 1 centime, qui est implantée a proximité en sous-cutané. L’ensemble du dispositif se résorbe naturellement dans les 4 à 8 semaines après implantation tissulaire. Ce dispositif est alimenté et contrôlé à distance grâce à un transmetteur externe.

Les chercheurs ont évalué ce dispositif bio-électronique chez des rats dont un nerf sciatique a été sectionné puis réparé par suture. Des stimulations électriques post-opératoires administrées une heure par jour pendant une durée variable (1, 3 ou 6 jours) ont été comparées à l’absence de stimulation, en observant la récupération au cours des 10 semaines suivantes.

Cette étude chez le rat montre que l’électrostimulation peut accélérer et améliorer la régénération nerveuse ainsi que la récupération fonctionnelle des muscles cibles (masse et force), avec le meilleur résultat pour une stimulation de 6 jours. Par ailleurs, le dispositif est bien toléré, sans effet indésirable.

« Avant de mener cette étude, nous n'étions pas certains qu'une stimulation plus longue puisse changer quelque chose ; maintenant, nous pouvons commencer à chercher quelle est la durée idéale de la stimulation pour optimiser la récupération. Si nous avions administré une stimulation pendant 12 jours par exemple, aurions-nous pu obtenir un bénéfice thérapeutique encore plus grand ? C’est ce que nous examinons actuellement », précise le Dr Ray.

Les chercheurs sont capables de contrôler la durée de vie du dispositif en variant la composition et l’épaisseur des matériaux qui se dégradent naturellement.

L’étude montre aussi que le dispositif, avec quelques modifications, peut fonctionner comme un pacemaker cardiaque temporaire ou peut stimuler d’autres tissus et organes, comme la moelle épinière, le cerveau et les muscles squelettiques.

Ainsi, selon les auteurs, ces premiers exemples de « médecine bio-électronique » pourraient avoir des applications bien plus larges, non limitées à améliorer la cicatrisation des nerfs périphériques lésés.

Nature Medicine, 9 octobre 2018, Koo et coll.

 

Dr Véronique Nguyen
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
Michel Bignant

Gilets jaunes, violences : « C'est épuisant, physiquement et psychologiquement », lance le médecin chef des pompiers de Paris

À la veille d'un cinquième samedi de mobilisation de certains Gilets jaunes, le Dr Michel Bignand, 51 ans, médecin chef de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) détaille au « Quotidien » l'organisation de ses équipes dan... 5

Une alimentation à base de maïs OGM ne montre « aucun d'effet délétère » chez le rat

OGM MAIS

Il n'est pas possible de distinguer par leur métabolisme ou leur état de santé des rats nourris de maïs OGM de rats nourris au maïs... Commenter

La prostatectomie radicale améliore la survie des patients atteints de cancer de la prostate localisé

prostatectomie

Face à un patient atteint d'un cancer de la prostate localisé, la prostatectomie améliore la survie de près de 3 ans, comparés à une... 1

Gradation des soins, financement, synergie avec l'université : à Poitiers, Buzyn et Vidal écoutent les CHU mais ne tranchent pas

chu

Poitiers n'est certainement pas le plus grand des centres hospitalo-universitaires (CHU) français mais c'est ici que se discutait l'avenir... Commenter

Un Français sur trois a le sentiment qu’un examen ou un acte médical superflu lui a été prodigué

urgences

Sept Français sur dix n'ont jamais entendu parler des 130 services d'urgences des cliniques de médecine, chirurgie et obstétrique. C'est... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter