Améliorer la santé cardiovasculaire réduit le risque de démence, selon une étude INSERM

Améliorer la santé cardiovasculaire réduit le risque de démence, selon une étude INSERM

Charlène Catalifaud
| 21.08.2018
  • Démence cardio-vasculaire activité

    Améliorer la santé cardiovasculaire réduit le risque de démence, selon une étude INSERM

Des chercheurs de l’INSERM ont montré qu'une bonne santé cardiovasculaire est associée à un faible risque de démence et à une diminution du déclin cognitif chez des sujets âgés. Cette étude est publiée dans le « JAMA » ce 21 août. 

Au total, 6 626 personnes sans antécédent cardiovasculaire ou de démence de la cohorte des Trois Cités (Bordeaux, Dijon, Montpellier) ont été incluses, avec un âge moyen de 73,7 ans. Un diagnostic de démence au cours du suivi a été rapporté pour 745 participants.

Le niveau de santé cardiovasculaire des participants a été évalué à l'inclusion à l'aide d'un outil développé par l'American Heart Association (AHA), prenant en compte sept indicateurs : tabagisme, indice de masse corporelle (IMC), activité physique, régime alimentaire, glycémie, cholestérolémie et tension artérielle. Un score de 0 (faible), 1 (intermédiaire) ou 2 (optimal) est attribué à chaque indicateur pour quantifier le niveau de santé.

Une réduction du risque de démence de 10 % pour chaque indicateur

Les chercheurs ont montré que plus le nombre d'indicateurs de santé cardiovasculaire à un niveau optimal est élevé, plus le risque de démence est faible. Sur un suivi de 8,5 ans en moyenne dans cette étude, 13,3 personnes sur 100 ont développé une démence parmi celles qui avaient entre 0 et 2  indicateurs « optimaux » contre seulement 7,1 personnes parmi celles ayant 5 à 7 indicateurs « optimaux ».

« Pour chaque indicateur supplémentaire à niveau optimal pour la santé cardiovasculaire, le risque de démence est diminué de 10 % », résume pour le « Quotidien » Cécilia Samieri, chercheuse INSERM et première auteure de l'étude. En d'autres termes, « si tous les indicateurs sont à un niveau optimal, la réduction du risque est de 70 % ».

Agir sur certains facteurs de risque

Ces résultats confirment l'intérêt de prévenir les facteurs de risque cardiovasculaire. « Ils peuvent être utiles pour adapter les recommandations de santé publique, estime Cécilia Samieri. Les recommandations trop restrictives sont difficiles à suivre. Avec cette étude, nous montrons qu'améliorer son niveau de santé cardiovasculaire, même partiellement en agissant sur certains indicateurs mais pas nécessairement tous, est bénéfique en termes de diminution du risque de démence et du déclin cognitif associé. »

« La force de ce travail est d'avoir réalisé un suivi de 16 ans sur une cohorte de plus de 6 000 individus, mais d'autres travaux sont nécessaires pour aller plus loin, notamment pour éventuellement pondérer les facteurs qui n'ont peut-être pas tous le même poids sur le risque de démence », conclut la chercheuse.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
dpc

Le DPC... de gré ou de force ! Après des pré-inscriptions massives par des robots, l'Agence riposte et rassure

De mémoire de syndicaliste, le Dr Bernard Ortolan, cadre de la CSMF et directeur scientifique d’Evolutis DPC, n’avait jamais vu cela. En quelques heures, samedi dernier, de nombreux confrères l’ont alerté de leur pré-inscription... 11

Une avancée pour préserver la fertilité des garçons prépubères traités par chimiothérapie

chimiotherapie

Comment préserver la fertilité des garçons prépubères avant chimio- et/ou radiothérapie ? Si la congélation de sperme peut être proposée... Commenter

Feu vert au « pharmacien prescripteur », les médecins sur les nerfs

mesnier pharmaciens

Le Dr Thomas Mesnier a donc persisté et signé ! Lors de l'examen de la loi de santé, l'Assemblée nationale a autorisé les pharmaciens à... 96

Les médecins franciliens se convertissent à la prise de rendez-vous en ligne mais se méfient de la concentration du secteur

rdv en ligne

Les plateformes de rendez-vous en ligne ont la cote chez les patients autant que chez les praticiens d'Ile-de-France. Près de deux tiers... 1

Vaccination obligatoire, quel bilan un an après ? Posez vos questions au Dr Daniel Lévy-Bruhl (Santé publique France)

Vaccination obligatoire, quel bilan un an après ? Posez vos questions au Dr Daniel Lévy-Bruhl (Santé publique France)-0

L’extension de l’obligation vaccinale (de 3 à 11 vaccins) est entrée en vigueur le 1er janvier 2018. Plus d’un an après, les premiers...

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter