Au Brésil, le « Dr Popotin », chirurgien et star d'Instagram en fuite après la mort d'une patiente

Au Brésil, le « Dr Popotin », chirurgien et star d'Instagram en fuite après la mort d'une patiente

18.07.2018
  • Dr Popotin

Difficile de passer inaperçu quand on est suivi par plus de 650 000 internautes sur Instagram. Pourtant, le Dr Denis Furtado, star de la chirurgie plastique au Brésil, est en fuite depuis dimanche après le décès d'une de ses patientes.

Celui qui se fait appeler « Dr Popotin » (« Dr Bumbum » en portugais) avait l'habitude d'opérer dans son appartement d'un quartier chic de Rio de Janeiro. Ce jour-là, il recevait Lilian Quezia Calixto, une employée de banque originaire de Cuiaba, à 2000 kilomètres de là.

Technique controversée

Pour mériter ce surnom, le Dr Furtado s'était spécialisé dans l'augmentation des fesses avec une technique controversée, l'injection de polyméthacrylate de méthyle (PPMA). Une pratique que n’a pas supportée Lilian Quezia Calixto. Victime d'un malaise lors de l'opération, elle a été transférée à l'hôpital où elle est décédée après quatre arrêts cardiaques.

Sans attendre, le médecin carioca s'est évanoui dans la nature alors que sa petite amie a été incarcérée. Accusé d'homicide et association de malfaiteurs, il est désormais recherché depuis mardi par les autorités brésiliennes.

Selon le site d'information brésilien « G1 », le « Dr Popotin » aurait déjà été inculpé à quatre reprises pour exercice illégal de la médecine et crime contre le consommateur. Son avocate, Me Naira Baldanza, cherche à relativiser. « Toute conclusion sur la mort de Lilian et sur la responsabilité éventuelle de mon client est prématurée », a-t-elle déclaré au média brésilien.

Deuxième pays de chirurgie esthétique

Interrogée par l'AFP, la Société brésilienne de chirurgie esthétique (SBPC) a dénoncé les pratiques clandestines, trop répandues dans le deuxième pays du monde en matière de chirurgie esthétique (derrière les États-Unis). « Beaucoup de gens vendent une illusion, une fantaisie, dépourvue de toute éthique, à des personnes fragiles attirées par de bas prix », a indiqué son président.

Selon lui, l'augmentation des fessiers par injection de bio-polymères, également appelée bioplastie, présente de nombreux risques et a causé la mort de dizaines de femmes en Amérique latine, notamment au Venezuela.

(Avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
cassation

Arrêt maladie : pas de voyage sans autorisation, rappelle la Cour de cassation

Le salarié en arrêt maladie doit respecter un certain nombre de règles du code de la sécurité sociale, comme le fait d'être présent à son domicile à certains horaires de la journée. Une autre de ces règles, moins connue, est... 1

Approvisionnement en corticoïdes : un retour progressif à la normale, annonce l'ANSM

corticoides

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) annonçait le 7 mai dernier de fortes tensions... Commenter

Pour la première fois en France, deux cœurs ont été greffés sans cesser de battre

Organ Car System

À l’Institut Cœur Poumon du CHRU de Lille, deux patients ont, pour la première fois en France, bénéficié d'une greffe d'un cœur qui n'a pas... Commenter

Loi de santé : les futurs médecins fixent leurs attentes et leurs lignes rouges

loi santé senat

Que faut-il espérer de la future loi de santé, qui sera examinée par les sénateurs en séance publique à partir du 3 juin ? Lors d'une table... Commenter

AP-HP : grève des personnels peu suivie, rassemblement devant le siège

aphp greve

Une centaine de personnes se sont rassemblées ce vendredi 24 mai devant le siège de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) pour... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter