Le député Mesnier veut faire du 15 le numéro unique de santé car il est « le plus connu »

Le député Mesnier veut faire du 15 le numéro unique de santé car il est « le plus connu »

Martin Dumas Primbault
| 15.06.2018
  • thomas Mesnier

Auteur d'un rapport sur les soins non programmés, le député (LREM) et urgentiste Thomas Mesnier arpentait ce vendredi les allées du congrès Urgences 2018. Lors d'une table ronde, il est revenu sur sa volonté de mettre en place un numéro unique pour toutes les urgences sanitaires.

Devant les Drs Agnès Ricard-Hibon, présidente de la Société française de médecine d'urgence (SFMU) et François Braun, président de SAMU-Urgences de France, le député de la majorité a évoqué la possibilité de faire du 15 le numéro unique. « Le 15 est quand même le numéro d'urgence le plus connu, il me semble logique, pour que les gens l'intègrent plus facilement, qu'on le garde comme numéro unique. »

La proposition du député Mesnier serait de centraliser « le 15 tel qu'on le connaît avec SOS Médecins, le 116 117 [censé être le numéro harmonisé de permanence des soins ambulatoires] et tous les numéros locaux de régulation ». Une mesure qui s'accompagnerait d'une hausse des moyens alloués permettant l'augmentation du nombre de médecins (urgentistes et généralistes) et des assistants de régulation médicale (ARM) mieux formés. Le député évalue à 200 millions d'euros le coût de cette nouvelle régulation centralisée.

Le rapport Mesnier est loin de faire l'unanimité. Sur la régulation, les libéraux craignent de perdre leur identité dans la prise en charge des soins non programmés s'ils fusionnent au sein d'un numéro unique santé. Les syndicats (SML, CSMF, MG France et FMF) restent attachés au 116 117 mis en place par la loi de santé de Marisol Touraine.

Mais face à cette inquiétude, le député Mesnier se veut rassurant : « Les généralistes ont toute leur place dans ce numéro unique. D'ailleurs, il ne pourra fonctionner correctement qu'avec eux. »

Quant à la proposition de SOS Médecins consistant à interconnecter les différents numéros plutôt que de les fusionner, le député s'avoue circonspect. « Je considère que si l'on veut une vraie bonne régulation des appels, il faut passer par une plateforme unique », a-t-il déclaré.

 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
CERTIFICAT DECES

Certificats de décès : feu vert pour le recours aux internes et aux retraités, mais pas aux infirmiers

Comment pallier le manque de médecins pour établir rapidement des certificats de décès ? Des débats vifs ont animé l'Assemblée nationale sur le sujet mercredi soir et ont débouché sur une alternative, jugée néanmoins insuffisante... 24

La HAS détaille sa méthode pour évaluer l'homéopathie

homeopathie

La Haute Autorité de santé (HAS) a comme objectif de rendre un avis en juin prochain sur le bien-fondé du remboursement de l’homéopathie.... 1

Environ 7 200 décès attribuables à la grippe, l'épidémie touche à sa fin

grippe

L'épidémie de grippe est terminée dans 3 régions, Bourgogne-France-Comté, Corse et Ile-de-France et tire à sa fin ailleurs en métropole, a... 2

La tuberculose éradicable en 25 ans selon les experts du « Lancet »

tuberculose

Il est possible d'éradiquer la tuberculose d'ici à 25 ans avec une stratégie bien ciblée et des financements à la hauteur, estiment... 2

« Vous n'êtes pas ici entre confrères ! », « Ayez du courage » : des députés accusent Buzyn de corporatisme, la ministre garde son cap anti-coercition

BUZYN an

Examiné depuis lundi en séance publique, le projet de loi de santé a provoqué sans surprise un vif et long débat sur la question de la... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter