Bac S avec mention, milieu favorisé et volonté d'être utile : portrait-robot des néo-bacheliers en PACES

Bac S avec mention, milieu favorisé et volonté d'être utile : portrait-robot des néo-bacheliers en PACES

Sophie Martos
| 11.06.2018
  • paces rennes

    Bac S avec mention, milieu favorisé et volonté d'être utile : portrait-robot des néo-bacheliers en PACES

Le profil type de l'étudiant en PACES se dégage : bac S avec mention, parent exerçant dans le secteur de la santé, vocation assez précoce et information solide sur le cursus à venir, détaille une vaste enquête* corédigée par l'université de Bretagne Occidentale et de Rennes 1.

En 2016, les deux facs ont suivi 955 néo-bacheliers ayant opté pour une PACES afin de comprendre l'attrait puissant pour cette formation malgré la sélectivité du concours. Avant le début d'année universitaire, les auteures ont étudié les déterminants du choix, les conditions dans lesquelles s'effectue l'orientation et les intentions professionnelles des étudiants.

98 % de bac S, orientation choisie

La quasi-totalité des participants à l'étude sont issus d'un bac scientifique. 28 % ont obtenu une mention « très bien », 27 % une mention « bien » et 26 % « assez bien ».

Ces lycéens tentés par la PACES sont issus de milieux favorisés : 41 % des sondés ont un père appartenant à la catégorie « cadres, professions intellectuelles supérieures, professions libérales » et un tiers ont une mère de cette même catégorie. Une majorité de lycéens déclarent avoir un proche – parents, frères et sœurs, grands-parents, oncles et tantes ainsi que cousins et cousines – dans le milieu de la santé.

97,5 % des étudiants avaient placé la PACES comme premier vœu pour leurs études supérieures témoignant d'une orientation choisie et étudiée au préalable. Un tiers seulement a formulé d'autres vœux. Les bacheliers ayant formulé un vœu unique en PACES sont plus souvent des bacs avec mention TB ou B, spécialité physique-chimie ou mathématiques, et issus de milieux sociaux favorisés. 

Vocation précoce, chirurgie en pointe

Autre résultat : 31 % des sondés ont choisi dès le collège de faire une PACES. 14,1 % ont même déclaré vouloir cette orientation « depuis toujours » et seuls 19,7 % se sont décidés plus tardivement, en terminale.

Interrogés sur leurs aspirations professionnelles, huit néo-bacheliers sur dix entrant en PACES avaient une idée précise du métier souhaité. Ainsi, 21,3 % veulent devenir chirurgien, 20 % pédiatre et 18,6 % généraliste. Sont cités ensuite les métiers de sage-femme (13 %), kinésithérapeute (11 %), urgentiste (10 %) et neurologue (7%). « La projection dans un avenir professionnel est très variable selon le genre, le niveau scolaire et le milieu social d'origine », peut-on lire. Une femme sur quatre cite prioritairement la profession de pédiatre tandis que les hommes citent en premier médecin généraliste.

Se sentir utile avant un revenu confortable

Les motivations (voir tableau) des néo-bacheliers ont été passées au peigne fin (plusieurs réponses possibles) : 90 % veulent d'abord exercer un métier de la santé pour se sentir utile, 68 % ont un intérêt pour le relationnel et 57 % pour le soin. La moitié des bacheliers marquent leur intérêt pour les matières scientifiques. Seuls 27 % citent le revenu confortable et l'emploi assuré comme des déterminants dans leur choix.

Leur niveau d'information sur les études de santé semble très correct (score de 7 sur 10). Plus de 85 % des néo-bacheliers savaient qu'ils assisteraient à des cours retransmis en amphi, connaissaient le nombre d'heures de cours par semaine (hors travail personnel) et avaient conscience qu'ils avaient droit à une seconde chance. Le taux de réussite est bien assimilé pour trois-quarts d'entre eux. En revanche, le numerus clausus reste nébuleux pour 55 % !

Les lycéens associent la PACES au travail intensif (76 %), à l'organisation et aux méthodes de travail (66 %), à la mémorisation (39 %) et à la compétition (21,4 %). Un tiers des sondés estiment qu'il faut fournir entre 46 et 60 heures de travail personnel. En revanche, pour réussir, les jeunes estiment qu'il faut d'abord des capacités d'organisation (73 %) associées à une bonne capacité de mémorisation (56 %). 

Taux de réussite de 13,9 %

Les néo-bacheliers ont un optimisme chevillé au corps : huit étudiants PACES sur 10 pensent avoir une chance de réussir du premier coup le concours, tout en connaissant son extrême sélectivité.

Finalement, 133 étudiants (sur les 955 sondés) ont été admis à un concours santé dès la première tentative. Tous sont titulaires d'un bac S et les trois quarts ont obtenu une mention très bien au bac (21% une mention bien). Les auteures notent (parmi les candidats ayant réussi) une « surreprésentation des garçons, des lycéens issus de milieux sociaux favorisés socialement et culturellement ainsi qu'une surreprésentation des lycéens ayant déjà au moins un parent travaillant dans le domaine de la santé ».

En revanche, « vouloir faire des études de santé depuis très longtemps n'est pas gage de réussite ». Les bacheliers s'étant décidés sur le tard ont un peu plus souvent été admis... 

* Enquête réalisée par Cécile Creac'h et Mariette Blanc. Les questions ont été envoyées par mail. Après trois relances, 955 néobacheliers 2016 ont participé. Une prochaine étude s'intéressera au devenir des doublants qui ont suivi leur deuxième PACES en 2017-2018.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
pesticides ev
Focus

Une nébuleuse de molécules, un éventail d'effets potentiels Abonné

La responsabilité des pesticides ne fait plus débat pour des pathologies graves chez les agriculteurs (Parkinson, lymphome non hodgkinien, myélome, cancer de la prostate) et chez les enfants exposés in utero (malformations, leucémies, tumeurs cérébrales, croissance pondérale). L'éventail des présomptions est bien plus large, mais les études font défaut. Un manque en train de se combler. 3

Réforme des modes de financement et rémunération : les pistes décoiffantes du rapport Aubert

remuneration

Sur les cinq chantiers lancés par le Premier ministre Édouard Philippe en février lors de l'annonce de la stratégie de transformation du... 22

DPC 2018 : enveloppe épuisée, liste d'attente ouverte, consternation des syndicats

dpc

Depuis le 7 novembre, l'enveloppe de 87,7 millions d'euros allouée aux actions de DPC des médecins libéraux a été totalement consommée.... 2

Euthanasie : l'Ordre se prononcera « début 2019 » sur les médecins qui transfèrent leurs patients français en Belgique

euthanasie

Le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) se prononcera « début 2019 » sur la possibilité pour un médecin français d’emmener un... 7

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter