Violences à l'hôpital : psychiatrie et urgences en première ligne, forte hausse des établissements concernés

Violences à l'hôpital : psychiatrie et urgences en première ligne, forte hausse des établissements concernés

Loan Tranthimy
| 31.05.2018
  • violence

    Violences à l'hôpital : psychiatrie et urgences en première ligne, forte hausse des établissements concernés

L'Observatoire des violences en milieu de santé (ONVS, rattaché au ministère), a dévoilé, à l'occasion du salon Paris Healthcare Week, les premiers résultats (non exhaustifs) des signalements des atteintes aux personnes et aux biens déclarés dans les établissements hospitaliers et médico-sociaux en 2017 (rapport 2018).  

Les établissements hospitaliers et médico-sociaux déclarent de plus en plus les violences et incivilités, « ce qui ne signifie pas que la violence augmente dans les structures », nuance l'observatoire. En 2017, 446 établissements (+25 %, la plus forte augmentation depuis 2012) ont fait remonter exactement 22 048 événements dont 80 % concernent des atteintes aux personnes (violences verbales, physiques, menaces, incivilités, etc.) et 20 % des atteintes aux biens. Fait marquant l'an passé : les violences verbales (insultes, injures, etc.) sont majoritaires parmi les atteintes aux personnes (51,3 %).

Un quart des signalements en Ile-de-France  

Comme l'an passé, les hôpitaux publics (CHU, CH, hôpitaux psychiatriques) sont les plus nombreux à signaler (20 250). L'Ile-de-France concentre plus du quart des déclarations (25,8 % des signalements). Et selon Vincent Terrenoir, délégué pour la sécurité générale à la DGOS, 70 % des établissements ayant déclaré des signalements appartiennent à l'AP-HP.

Les services de psychiatrie (20 % des déclarations), les urgences (16 % des signalements, soit 3 % de hausse par rapport à 2016), et les unités de soins de longue durée (USLD) et EHPAD (11 %) sont les trois secteurs les plus concernés par les signalements. « Ce sont les mêmes tendances que l'an passé, commente Vincent Terrenoir. Cela ne veut pas forcément dire qu'il y a plus de violence dans ces services, sans doute ont-ils été davantage sensibilisés à signaler. » 

Le personnel soignant visé 

En 2017, l'organisme a recensé 36 288 « victimes » de ces violences et incivilités dont  81 % sont des personnels des établissements. Parmi eux, 94 % sont des personnels de santé (dont 46 % d'infirmiers et 10 % des médecins) et 6 % des personnels administratifs. De fait, en cas de tension ou d'événement de violence, le personnel hospitalier soignant est très souvent en première ligne pour intervenir (dans 50 % des cas, loin devant la police, 7 %).

Les autres victimes sont principalement les patients (9 %), les agents de sécurité (7 %), ou encore les visiteurs (1 %).

Comme en 2016, les auteurs d'actes de violence sont majoritairement des patients (71 %) ou des visiteurs accompagnants (20 %), les personnels n'étant impliqués que dans 3 % des cas. Les motifs de violence les plus fréquents sont le « reproche relatif à une prise en charge » (59 %), un « temps d'attente jugé excessif » (13 %), une « alcoolisation » (12 %) ou un « refus de prescription » (4 %).

L'ONVS encourage une fois encore les établissements à déclarer systématiquement ces faits et à former leur personnel à la gestion de l'agressivité physique et verbale. Tous les signalements transmis à l'organisme sont anonymes. « Il ne s'agit pas de stigmatiser les établissements mais de les analyser pour les aider à déclarer », explique Vincent Terrenoir.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
ABATTAGE

6 patients à l'heure ? 100 généralistes pétitionnent contre « l'abattage »

La polémique sur les contreparties au financement des assistants médicaux (en nombre de patients ou de consultations supplémentaires) rebondit. Après que les syndicats de médecins libéraux ont dénoncé le modèle « productiviste »... 14

Chez le nourrisson, l'anesthésie générale ne provoque pas de surrisque de trouble neurologique

anesthesie nourrisson

L'exposition à une anesthésie générale de courte durée chez des tout-petits ne semble pas associée à un risque accru de troubles... Commenter

Effic'Asthme, l'appli pour apprendre aux parents à gérer les crises d'asthme de l'enfant

Efficasthme02

Respiration sifflante, soulèvement alterné du thorax et de l'abdomen… pas de doute : ce jeune enfant virtuel de 2 ans est en train de faire... Commenter

La CARMF torpillée par le système universel ?Retraites des médecins libéraux : les risques de la réforme Macron

Abonné
carmf

Extinction de la CARMF, menace sur la solidarité professionnelle, étatisation de la gouvernance, incertitude sur les réserves… Un rapport... 4

Incitation à l'installation : au congrès de l'ISNAR-IMG, les internes de médecine générale dépités par le CESP

cesp

Retard de paiement, manque d'accompagnement des tutelles sanitaires, problème de zonage… Le contrat d'engagement de service public (CESP)... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter