Nette augmentation de la prévalence de l’autisme aux États-Unis

Nette augmentation de la prévalence de l’autisme aux États-Unis

Fabienne Rigal
| 27.04.2018
  • autisme

Une étude menée par les centres de prévention et de contrôle des maladies (CDC) des États-Unis montre une forte augmentation de la prévalence des troubles du spectre autistique (TSA). Les précédentes données, datant de 2014, montraient une prévalence de 1 enfant de 8 ans atteint sur 68. Ceux de ce dernier rapport signalent un enfant concerné sur 59.

Ce rapport se base sur les données recueillies pour 325 483 enfants qui avaient 8 ans en 2014, dans 11 sites des États-Unis (Arizona, Arkansas, Colorado, Géorgie, Maryland, Minnesota, Missouri, New Jersey, Caroline du Nord, Tennessee, Wisconsin). Les auteurs soulignent qu’elles ne peuvent être étendues à l’ensemble du pays car elles ne sont pas représentatives. Elles montrent cependant une tendance nette à l’augmentation.

Prévalence variable selon l’ethnie et le sexe

Cette évaluation de la prévalence a débuté dans ces 11 sites depuis 2000. À cette date, les données montraient qu’un enfant de 8 ans sur 150 était atteint de TSA. Puis, en 2007 (pour les données datant de 2006), un enfant sur 110 était atteint. En 2012 (pour les données 2008), c’était un enfant sur 88 (soit une augmentation de 150 % depuis 2000). La prévalence varie selon les sites, entre 13,1 et 29,3 cas pour 1 000 enfants.

Les auteurs notent qu’un décalage a toujours été observé entre garçons et filles. Ce dernier rapport montre un taux de 1 garçon atteint sur 38 (2,7 %), contre une fille atteinte sur 52 (0,7 %), ce qui correspond à environ quatre fois plus de cas chez les garçons que chez les filles.

Un autre décalage avait déjà été observé auparavant, qui tend à se combler aujourd’hui. Il s’agit de celui entre les ethnies. La prévalence chez les enfants blancs est ainsi supérieure de 7 % à celle chez les enfants noirs (alors que la différence s’élevait à 20-30 % dans les précédents rapports), et de 22 % supérieure à celle chez les enfants hispaniques (à nouveau avec des variations selon les sites).

Les auteurs envisagent cette meilleure identification des TSA chez les enfants noirs et hispaniques (par rapport aux rapports précédents) comme une possible explication partielle de l’augmentation de la prévalence. Mais ils proposent aussi une prise de conscience de la pathologie et un meilleur dépistage comme facteurs de l'augmentation. Ils insistent par ailleurs sur la nécessité de mener des recherches sur les facteurs de risque non génétiques (et potentiellement environnementaux) de l’autisme. 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Trop de prunes dans le Val-de-Marne : l'Ordre fait le forcing pour que les médecins en visite stationnent gratuitement

stationnement

Les verbalisations intempestives des médecins généralistes du Val-de-Marne en visite devraient bientôt cesser. La préfecture et l'Ordre... Commenter

Pollution de l'air : les conséquences sur le fœtus pourraient s'expliquer par des modifications épigénétiques dans le placenta

pollution

La pollution atmosphérique induirait des modifications épigénétiques dans le génome du placenta, avec des risques pour le fœtus, selon des... 1

Sida : coup d'envoi de la 20 e édition de Solidays

solidays

Le festival de musique mis sur pied par Solidarité Sida fête ses vingt ans dans la joie, mais ne baisse pas la garde et continue de... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter