Urgences : dans la Manche, des médecins se mobilisent contre la suppression d'une ligne de SMUR

Urgences : dans la Manche, des médecins se mobilisent contre la suppression d'une ligne de SMUR

Sophie Martos
| 19.03.2018
  • smur

Une centaine de médecins du département de la Manche tire la sonnette d'alarme après que la direction du centre hospitalier d'Avranches-Granville a annoncé son souhait de supprimer la ligne de SMUR secondaire dès avril.

« La direction évoque des raisons financières et un manque de personnel », explique au « Quotidien » le Dr Frédérique Sarazin, dermatologue et membre du collectif.

Le département dispose actuellement de sept équipes de SMUR primaire (Cherbourg, Valognes, Saint-Lô, Coutances, Granville, Avranches, Saint-Hilaire) dont la mission est d'intervenir à la demande du SAMU centre 15 pour toute suspicion d'urgence vitale. Composé d'un urgentiste et d'un paramédical, le SMUR secondaire, lui, assure les transports interhospitaliers 24 heures sur 24.

Saturation du SMUR primaire

Avec la disparition du SMUR secondaire de Granville, les médecins craignent une dégradation de la prise en charge des patients. Ils ont déjà essuyé la suppression d'un autre SMUR secondaire à l'hôpital de Saint-Lô en 2016. « 15 jours après la fermeture, certains patients n'ont pas pu être pris en charge. Un SMUR de Fougères d'Ille-et-Vilaine est venu nous apporter de l'aide. Aujourd'hui, une nouvelle équipe composée d'un infirmier a été mise sur pied mais ce n'est pas suffisant lors de la prise en charge de patients lourds. Il faut un médecin », raconte le Dr Sarazin.

Le SMUR secondaire de Granville réalise 700 interventions annuelles, d'après les chiffres du collectif. Ses membres s'inquiètent aussi du possible goulot d'étranglement qui guette le SMUR primaire. Il devra assurer lui-même les transferts et ne sera donc « plus opérationnel pour une urgence vitale dans son secteur », argue-t-il.

Les praticiens de la région estiment que ce coup de grâce entachera l'attractivité de cette spécialité auprès des jeunes urgentistes. « Il sera dangereux pour eux de venir s’installer dans un département où il existe un manque de moyens par rapport à un département voisin où il existe pléthore d’effectifs et de plateaux techniques, souligne le collectif. Ces décisions de fermeture de services indispensables à une médecine de qualité ne peuvent ainsi qu'aggraver la désertification médicale. » 

Mobilisation du corps médical

Une pétition a l'intention de la ministre de la Santé et du président de la République (entre autres) a été lancée par le collectif de médecins. Elle a recueilli près de 2000 signatures. 

Les protestataires envisagent aussi un recours administratif si la direction de l'hôpital d'Avranches-Granville maintient son idée de fermeture de la ligne secondaire. Un rassemblement est prévu demain à 13 h 45 devant l'établissement.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Des sociétés savantes vont déposer un recours au Conseil d'État contre le déremboursement des médicaments anti-Alzheimer

alzheimer medicaments

Plusieurs sociétés savantes vont déposer, dans les jours qui viennent, un recours contentieux devant le Conseil d'État à l'encontre de... 7

Chirurgie ambulatoire : la croissance n'est pas à la hauteur des attentes

Chir ambulatoire

En 2017, le taux de chirurgie ambulatoire a progressé, mais sa croissance n'est pas suffisante pour atteindre l'objectif fixé par le... 3

C à 35 euros dans les déserts, conventionnement sélectif : le rapport Vigier souffle le chaud et le froid

Philippe Vigier

Après plus de 30 auditions et pas moins de 121 personnes interrogées, la commission d'enquête sur l'égal accès aux soins des Français a... 58

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter