La schizophrénie pas si bien connue des médecins, selon un Baromètre Opinionway

La schizophrénie pas si bien connue des médecins, selon un Baromètre Opinionway

Dr Irène Drogou
| 15.03.2018
  • skizo

La schizophrénie reste une maladie stigmatisée et mal connue du grand public, confirme, à l'occasion des Semaines de l'information sur la santé mentale (12-25 mars), un Baromètre Opinionway 2018 réalisé en partenariat avec les laboratoires Janssen, les associations PromesseS et UNAFAM, et la fondation Pierre Deniker auprès d'un échantillon représentatif de 1 102 personnes.

Mais la nécessité d'une prise de conscience touche aussi les professionnels de santé, y compris les médecins, révèle l'enquête menée également auprès de 7 cibles spécifiques, dont 100 généralistes, 100 pharmaciens, 100 infirmiers et 100 psychiatres.

Avec plus de 600 000 personnes atteintes (1 % de la population), la schizophrénie est fréquente. Cette prévalence élevée n'est pas connue du grand public, ni des médecins généralistes (85 % l'ignorent) et, à un moindre degré, des psychiatres interrogés (39 %).

Importance de l'environnement

La schizophrénie est le résultat d'une interaction de la génétique (40 %) et de facteurs environnementaux (drogue, stress, infections materno-fœtales), a rappelé lors d'une conférence de presse le Dr Pierre de Maricourt, psychiatre à l'hôpital Sainte-Anne (Paris). « Ce n'est pas seulement une maladie génétique, a-t-il expliqué. D'autres facteurs environnementaux entrent en jeu. C'est l'interaction des facteurs qui entraînent la vulnérabilité à la maladie. »

Or si la consommation de drogues est bien identifiée comme facteur déclencheur, l'environnement (ex : familial, violences) ne l'est pas, pour 35 % des médecins généralistes et pour 38 % des psychiatres. Près de 70 % des généralistes et des psychiatres ne décrivent pas la maladie comme étant liée au stress psychologique et environnemental.

« La psychothérapie et les thérapies cognitivo-comportementales font partie intégrante du traitement avec les médicaments antipsychotiques », a pourtant souligné le Dr Maricourt. Existe-t-il un frein de la part des médecins à informer et à proposer de la psychoéducation aux patients ? Est-ce que seul est dissuasif le manque criant de moyens et de structures dédiés ? Peut-être pas. Le Baromètre suggère que l'information circule mal. Si la psychoéducation est connue comme traitement de la schizophrénie par plus de 90 % des psychiatres et 66 % des médecins généralistes, elle l'est par seulement la moitié des premiers concernés, les patients.

Des idées fausses

Deux symptômes de la schizophrénie sont peu connus des médecins : les troubles de la mémoire et la perte d'énergie. Près de 60 % des médecins, généralistes et psychiatres, ne citent pas les troubles de la mémoire comme correspondant à la schizophrénie et près de 70 % des médecins généralistes ne listent pas la perte d'énergie.

À l'inverse, des idées fausses sont attribuées à la schizophrénie par les médecins, 46 % des généralistes citent les troubles alimentaires et la bipolarité et 21 % des psychiatres les troubles du comportement alimentaire. Un quart des médecins généralistes et psychiatres citent les troubles obsessionnels compulsifs.

Alors que « les patients schizophrènes sont avant tout dangereux pour eux-mêmes, avec 10-15 % de mort par suicide », a souligné le Dr de Maricourt, 77 % des médecins généralistes perçoivent la schizophrénie comme dangereuse pour les autres. Dans l'enquête, un médecin généraliste sur deux rapporte ne pas se sentir assez informé sur la pathologie. La fondation Pierre Deniker va lancer en mai 2018 une large campagne d'information et de déstigmatisation avec des spots TV (France Télévisions) et Web (réseaux sociaux).

Conférence de presse organisée par les laboratoires Janssen, les associations UNAFAM, Promesses et la fondation Pierre Deniker

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
Michel Bignant

Gilets jaunes, violences : « C'est épuisant, physiquement et psychologiquement », lance le médecin chef des pompiers de Paris

À la veille d'un cinquième samedi de mobilisation de certains Gilets jaunes, le Dr Michel Bignand, 51 ans, médecin chef de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) détaille au « Quotidien » l'organisation de ses équipes dan... 20

Une alimentation à base de maïs OGM ne montre « aucun d'effet délétère » chez le rat

OGM MAIS

Il n'est pas possible de distinguer par leur métabolisme ou leur état de santé des rats nourris de maïs OGM de rats nourris au maïs... 3

La prostatectomie radicale améliore la survie des patients atteints de cancer de la prostate localisé

prostatectomie

Face à un patient atteint d'un cancer de la prostate localisé, la prostatectomie améliore la survie de près de 3 ans, comparés à une... 5

Gradation des soins, financement, synergie avec l'université : à Poitiers, Buzyn et Vidal écoutent les CHU mais ne tranchent pas

chu

Poitiers n'est certainement pas le plus grand des centres hospitalo-universitaires (CHU) français mais c'est ici que se discutait l'avenir... Commenter

Un Français sur trois a le sentiment qu’un examen ou un acte médical superflu lui a été prodigué

urgences

Sept Français sur dix n'ont jamais entendu parler des 130 services d'urgences des cliniques de médecine, chirurgie et obstétrique. C'est... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter