Bras de fer judiciaire autour de l'anticancéreux Thiotépa

Bras de fer judiciaire autour de l'anticancéreux Thiotépa

14.03.2018
  • thiotepa

Sept ans après le début du scandale du Thiotépa, un anticancéreux périmé administré à de nombreux patients, dont des enfants, le fabricant allemand du produit Riemser et son distributeur français Genopharm se livrent à un bras de fer devant la justice.

Ce 5 mars, à Paris, Genopharm a porté plainte, avec constitution de partie civile pour tromperie aggravée à l'encontre du fabricant allemand. Genopharm accuse Riemser d'être à l'origine d'un défaut de fabrication du produit. Au total, 96 829 flacons non conformes avaient été distribués, principalement en France, entre février 2007 et septembre 2011.

Une affaire potentiellement « gravissime »  

C'est en mars 2011 qu'a éclaté l'affaire du Thiotépa, utilisé dans la lutte contre les cancers de l'ovaire, de la vessie et du sein, mais également pour certains cancers de l'enfant, quand Riemser a averti les autorités sanitaires que des flacons périmés circulaient sur le marché. Des analyses ultérieures de l'AFSSAPS avaient révélé également qu'ils ne contenaient « plus la dose de principe actif exigée ». L'affaire avait été jugée potentiellement « gravissime » par l'ancien ministre de la Santé Xavier Bertrand et plusieurs lots avaient retirés du marché.

En août 2016, deux personnes ont été mises en examen, dont Valéry Monin, patron de Genopharm. Visant cette fois le laboratoire helvétique Alkopharma, une enquête a aussi été menée en Suisse. Riemser fournissait le Thiotépa au laboratoire suisse chargé de son conditionnement avant de le transmettre à Genopharm, qui le commercialisait ensuite dans les hôpitaux français. 

Les investigations ont révélé qu'à l'époque le laboratoire Alkopharma avait des problèmes pour écouter son stock. La responsable de la logistique, Cathy Kopec, avait alors falsifié la date de péremption de certains lots pour les vendre malgré tout. Dans un jugement de juin 2016, dont l'AFP a eu connaissance, elle et le patron d'Alkopharma, Alain Bouaziz, jugé pour défaut de surveillance de son employée, sont condamnés à de simples amendes. La mise en danger de la santé des patients n'est pas retenue par le tribunal helvétique et un appel est en cours pour cette raison.

Pas de lien de cause à effet

L'affaire a-t-elle fait des victimes ? A ce jour, aucun expert n'a imputé une évolution négative d'un cancer directement au Thiotépa, notamment parce qu'il était toujours administré conjointement à d'autres produits, ce qui ne permet pas d'établir un éventuel lien de causalité. Selon le jugement suisse, « Valéry Monin n'est pas responsable d'avoir écoulé des produits périmés », souligne son avocate, Me Ingouf, qui espère qu'il va bénéficier d'un non-lieu. 

Comment expliquer que les flacons ne contenaient plus la dose de principe actif nécessaire pour que le traitement soit efficace ? Une expertise de 2013 n'a pas trouvé de lien de cause à effet entre la péremption des lots et leur sous-dosage, souligne l'avocate. Des analyses ont montré qu'« on ne peut expliquer le sous-dosage par une migration d'une partie du produit actif vers le caoutchouc du flacon », relève-t-elle. Une thèse défendue par Riemser. Pour elle, le fait que ce médicament soit sous-dosé ne peut donc s'expliquer que par « un défaut de fabrication imputable au laboratoire allemand », d'où sa plainte déposée début mars.

« Cette démarche n'a pour but que de créer un contre-feu », estime au contraire Eric Weil, avocat de Riemser, rappelant qu'une première plainte sur les mêmes motifs a été classée sans suite il y a sept ans, faute d'éléments probants. Selon lui, la question n'est pas là. « Le scandale est d'avoir vendu un produit parfois trois ans après sa date de péremption. Et sur ce point, Genopharm a au minimum manqué à son devoir de vigilance en ne vérifiant pas que les produits étaient périmés », affirme-t-il.

Avec AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Lycéens de 2018, médecins de demainYasmine Bouhadi, la médecine, elle ne la connait que trop bien...

Bouhadi

Emie, Noa, Yasmine, Déborah et d'autres encore, sont ces néo-bacheliers prêts à devenir les professionnels de santé de demain. "Le... 2

Info ou intox ? Idées reçues sur les médecins« Sans liberté d’installation, pas d’exercice médical possible »

IDEE RECUE LIBERTE INSTALATION

Les médecins français tiennent à leur liberté d’installation comme à la prunelle de leurs yeux. À tel point qu’on pourrait s’imaginer que... 24

Vos anecdotes de consultationTrouver le bon conseil...

15-glucose

Le colloque singulier réserve parfois quelques surprises. Pendant l’été, des médecins, lecteurs du « Quotidien », racontent comment ils ont... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter