Algérie, Tunisie : les futurs médecins en colère contre la qualité de leurs études

Algérie, Tunisie : les futurs médecins en colère contre la qualité de leurs études

13.03.2018
  • algerie

C'est un mouvement de mécontentement qui dure. En grève depuis près de quatre mois, les médecins en formation de spécialisation en Algérie ont appelé ce lundi au boycott des prochains examens de fin d'études, au risque d'une « année blanche ».

Pour justifier ce mot d'ordre, le collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA) évoque le refus du ministère de l'Enseignement supérieur de reporter le calendrier de rattrapage des examens du diplôme d'études médicales supérieures (DEMS), sanctionnant la fin du cursus de spécialisation. Cette session a été prévue du 18 mars au 12 avril.

Si cet appel est suivi, aucun résident de dernière année (entre 1 800 et 2 000 résidents) ne sera diplômé, au risque de limiter les places ouvertes au prochain concours de spécialisation pour les diplômés de médecine générale. 

Problème de délivrance du diplôme

Même mécontentement dans le pays voisin. En Tunisie, plus de 1 500 étudiants en médecine et internes ont manifesté pour protester contre une réforme qui repousse de plusieurs années la délivrance d'un diplôme.

« Sans diplôme, on ne peut pas faire de stage ou de formations à l'étranger. Or en Tunisie, dans un certain nombre de spécialités comme la radiothérapie ou la médecine nucléaire, on exerce avec des méthodes des années 1990 », a déploré Aymen Bettaieb, de l'Organisation tunisienne des jeunes médecins (OTJM).

Ce dernier réclame aussi la régularisation de la situation pour la promotion des internes qui achèvent leurs études de médecin généraliste cette année, ne s'orientant pas vers une spécialisation.

En effet, la réforme gouvernementale envisagée n'a pas prévu de délivrance de diplôme à ces internes. « En décembre, toute une promotion va se retrouver sans diplôme, au chômage », a déclaré Aymen Bettaieb.

Avec l'AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
dpc

Le DPC... de gré ou de force ! Après des pré-inscriptions massives par des robots, l'Agence riposte et rassure

De mémoire de syndicaliste, le Dr Bernard Ortolan, cadre de la CSMF et directeur scientifique d’Evolutis DPC, n’avait jamais vu cela. En quelques heures, samedi dernier, de nombreux confrères l’ont alerté de leur pré-inscription... 9

Une avancée pour préserver la fertilité des garçons prépubères traités par chimiothérapie

chimiotherapie

Comment préserver la fertilité des garçons prépubères avant chimio- et/ou radiothérapie ? Si la congélation de sperme peut être proposée... Commenter

Feu vert au « pharmacien prescripteur », les médecins sur les nerfs

mesnier pharmaciens

Le Dr Thomas Mesnier a donc persisté et signé ! Lors de l'examen de la loi de santé, l'Assemblée nationale a autorisé les pharmaciens à... 57

Les médecins franciliens se convertissent à la prise de rendez-vous en ligne mais se méfient de la concentration du secteur

rdv en ligne

Les plateformes de rendez-vous en ligne ont la cote chez les patients autant que chez les praticiens d'Ile-de-France. Près de deux tiers... 1

Vaccination obligatoire, quel bilan un an après ? Posez vos questions au Dr Daniel Lévy-Bruhl (Santé publique France)

Vaccination obligatoire, quel bilan un an après ? Posez vos questions au Dr Daniel Lévy-Bruhl (Santé publique France)-0

L’extension de l’obligation vaccinale (de 3 à 11 vaccins) est entrée en vigueur le 1er janvier 2018. Plus d’un an après, les premiers...

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter