Des augmentations, pas de punitions : au Québec, les spécialistes remportent leur bras de fer

Des augmentations, pas de punitions : au Québec, les spécialistes remportent leur bras de fer

Marie Foult
| 12.02.2018

Les médecins spécialistes québécois ont remporté une bataille sur leur rémunération, après deux mois de négociations intenses. Ils ont conclu avec le gouvernement du Québec un « accord de principe » entérinant des hausses de revenus sous réserve d'améliorer l'accès aux soins spécialisés, mais sans mesure coercitive. 

Le montant financier de cet accord reste confidentiel, précise le journal canadien « La Presse », jusqu'à son approbation par la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), qui représente à la fois les hospitaliers et les libéraux.

Au-delà du conflit autour des rémunérations, les spécialistes redoutaient l'application de deux lois punitives : l'une devait imposer aux médecins un nombre de patients minimum à prendre en charge sous peine de sanctions financières allant jusqu'à 30 % de la rémunération ; l'autre prévoyait de réduire l'autonomie des spécialistes en donnant plus de pouvoir aux hôpitaux pour contrôler les obligations de présence et de productivité. Ces sanctions ont été suspendues pour l'instant.

Le Premier ministre québécois Philippe Couillard a toutefois assuré que des avancées « jamais vues » avaient été obtenues au bénéfice des patients en termes d'accessibilité aux spécialistes. Les représentants des praticiens ont également salué l'accord. « Cette entente confirme que les deux parties s'engagent de façon très concrète à améliorer l'accessibilité aux services et aux soins en médecine spécialisée », analyse dans un communiqué la FMSQ, qui regroupe plus de 10 000 médecins spécialistes détenant une certification dans l'une des 59 spécialités médicales reconnues.

Doute

Sur les réseaux sociaux, certains patients et partisans du Parti québécois semblent peu convaincus, faute de connaître les détails de l'accord.

 

Délais d'attente 

La problématique de l'accès aux soins est particulièrement forte au Québec. Selon les chiffres du Commonwealth Fund, une fondation privée qui publie régulièrement des données sur les systèmes de santé, seuls 36 % des Québécois ont attendu moins de quatre semaines pour voir un médecin spécialiste (toutes spécialités confondues). En parallèle, le temps d'attente moyen aux urgences est de 13 heures (2017).

La rémunération moyenne des spécialistes au Québec (qui exercent à 70 % à l'hôpital) est bien supérieure à celles de leurs homologues français, à hauteur de 420 000 dollars canadiens par an (un peu plus de 270 000 euros).

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

130 ans après sa naissance, l'institut Pasteur ouvre son 33e institut à l'international

pasteur

L'Institut Pasteur fête son 130e anniversaire ce mercredi. Le 14 novembre 1888, l'inauguration en grandes pompes de l'Institut Pasteur* de... Commenter

DPC 2018 : enveloppe épuisée, liste d'attente ouverte, consternation des syndicats

dpc

Depuis le 7 novembre, l'enveloppe de 87,7 millions d'euros allouée aux actions de DPC des médecins libéraux a été totalement consommée.... Commenter

Euthanasie : l'Ordre se prononcera « début 2019 » sur les médecins qui transfèrent leurs patients français en Belgique

euthanasie

Le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) se prononcera « début 2019 » sur la possibilité pour un médecin français d’emmener un... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter