Un surrisque de démence et de dépendance en cas de perte de l'audition liée à l'âge non corrigée

Un surrisque de démence et de dépendance en cas de perte de l'audition liée à l'âge non corrigée

Coline Garré
| 07.02.2018
  • surdite

    Un surrisque de démence et de dépendance en cas de perte de l'audition liée à l'âge non corrigée

De nouvelles données scientifiques confirment un surrisque de dépression, de démence, et de dépendance chez les sujets âgés ayant une perte de l'audition, et son absence chez les personnes appareillées. 

L'équipe du Pr Hélène Amieva (épidémiologiste l'université de Bordeaux et directrice de l'unité INSERM psychoépidémiologie du vieillissement et des maladies chroniques) avait déjà montré dans une étude publiée en 2015, que les personnes de plus de 65 ans avec une perte auditive connaissaient un déclin cognitif accéléré. Il s'agissait d'une étude épidémiologique auprès de la cohorte Paquid, 3 777 personnes de 65 et plus vivant en Gironde ou en Dordogne, représentative de la population générale, suivie sur 25 ans. Le score au mini mental state examination (MMSE) était significativement moindre (-1,5 point) pour les personnes avec perte, et non appareillées, que pour les personnes sans troubles auditifs. En revanche, les personnes appareillées avaient des résultats semblables au groupe contrôle. « Ces résultats nous ont conduits à nous demander si la perte d'audition avait un impact au-delà de la cognition », explique au « Quotidien » le Pr Amieva. 

Cette deuxième étude, publiée dans « Journals of gerontology » à partir des données de la cohorte Paquid, mesure l'impact de la perte auditive (déclarée) à d'autres conséquences du vieillissement : la dépression (qui touche 20 % des âgés), la démence (10 % des plus de 65 ans, 20 % des plus de 80 ans), la dépendance et le décès. 

Risque majoré de 17 % de démence

Les résultats attestent d'un surrisque de 22 % pour les personnes avec troubles auditifs non appareillées de développer une démence, par rapport aux sujets sans perte auditive, d'un risque majoré de 17 % de verser dans la dépendance dans les activités instrumentales, d'un surrisque de 33 % de dépendance dans les activités basiques, et d'un risque majoré de dépression de 43 % chez les hommes. En revanche, aucun surrisque significatif pour les trois items n'a été démontré chez les sujets appareillés.

Ni le déficit auditif ni l'appareillage n'ont d'effet sur le décès. 

Ces résultats, qui pourraient être confortés par un essai clinique randomisé, plaident pour un appareillage des sujets avec perte auditive, conclut l'étude, présentée ce 7 février lors d'une conférence de presse organisée par le Syndicat national des audioprothésistes (UNSAF).

Reste à charge de près de 1 000 euros 

Or, en France, si deux millions de personnes portent un appareil, un million renoncent à s'équiper, notamment à cause du reste à charge, qui s'élève à 958 euros pour une oreille (l'audioprothèse coûte 1 535 euros en moyenne, la Sécu rembourse 120 euros, et les complémentaires, en moyenne 457 euros). Les experts estiment qu'au moins 650 000 personnes supplémentaires pourraient être appareillées.  

D'un point de vue économique, le remboursement intégral des audioprothèses coûterait moins cher à l'Assurance-maladie et aux départements que la prise en charge des démences et de la dépendance, ont calculé les économistes de la santé Jean de Kervasdoué et Laurence Hartmann. « Chaque euro investi dans les soins auditifs permettrait de générer 10 euros gagnés pour la société grâce aux gains en qualité de vie », assurent-ils. 

L'UNSAF, qui participe aux discussions autour du reste à charge zéro avec l'Assurance-maladie et les complémentaires, plaide pour une amélioration de la prise en charge obligatoire de l'audioprothèse, et la mise en place de forfaits afin de garantir un suivi des patients. 

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
Isabelle D Infirmier 11.02.2018 à 22h11

Parfaitement d’accord avec les commentaires et j’ajouterais un autre problème : chez les seniors invalides, nécessitant des transports spécifiques (ambulance couchée), il y a un énorme problème ! Ces Lire la suite

Répondre
 
g6d Médecin ou Interne 09.02.2018 à 13h03

La prévention est toujours le parent pauvre et la variable d'ajustement des politiques de santé.

Répondre
 
olish98 Médecin ou Interne 07.02.2018 à 23h37

Encore faut il que les patients puissent bénéficier de quelques séances d'orthophonie pour s'adapter à leurs prothèses.

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 28

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 25

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter