Le Dr Emmanuel Cauchy raconte le sauvetage hors norme de l'alpiniste Élisabeth Revol

Le Dr Emmanuel Cauchy raconte le sauvetage hors norme de l'alpiniste Élisabeth Revol

Damien Coulomb
| 29.01.2018
  • revol

    Le Dr Emmanuel Cauchy raconte le sauvetage hors norme de l'alpiniste Élisabeth Revol

Ce week-end, les internautes français étaient tenus en haleine sur les réseaux sociaux par le sauvetage hors norme de l'alpiniste Élisabeth Revol, récupérée par des alpinistes polonais après 4 jours d'enfer. Le Dr Emmanuel Cauchy, urgentiste spécialisé dans la médecine de montagne et fondateur de l'IFREMMONT (Institut de formation et de recherche en médecine de haute montagne), a suivi l'affaire de plus près que n'importe qui d'autre. Et pour cause : il a assuré le télésuivi de la prise en charge de la jeune drômoise de 37 ans, depuis son premier appel de détresse, vendredi, à son transfert, dimanche après midi dans un hôpital d'Islamabad, la capitale pakistanaise.

Alors qu'elle redescendait du Nanga Parbat, un géant himalayen de 8 126 m, la patiente s'est mise à souffrir de sévères gelures aux orteils et aux mains. « Elle était déjà en perdition, avait passé 2 nuits en bivouac avec des gelures graves et allait très mal », raconte le Dr Cauchy.

Un traitement à administrer dans les 6 heures

Les médecins français de l'IFREMMONT avaient publié un protocole dans lequel ils préconisent une perfusion d'iloprost, un analogue de la prostacycline, un puissant vasodilatateur. « L'équipe polonaise qui l'a secourue ne disposait pas de ce médicament, mais, par chance, elle disposait d'un produit similaire : la prostavasine, relate le Dr Cauchy. Le protocole est similaire, il a simplement fallu adapter la posologie. » Le produit est connu pour bien prévenir les conséquences des engelures s'il est administré dans les 6 premières heures qui suivent leur apparition. « Dans ce cas précis, il a fallu attendre 12 à 24 heures que l'on puisse la secourir, s'inquiète le Dr Cauchy. De plus ce sont des engelures de haute montagne, de plus mauvais pronostic. »

L'héliportage d'Élisabeth Revol vers la basse vallée a été réalisé le plus rapidement possible. Le Dr Cauchy explique que cette évacuation est importante, afin d'augmenter la pression artérielle, l'oxygénation et la perfusion des tissus. « Il existe des alternatives comme des caissons de recompression portables, utilisables par n'importe quel secouriste », précise le Dr Cauchy. Dans 3 jours, une scintigraphie osseuse permettra de dresser un bilan final sur les conséquences des engelures sévères.

Pour s'échapper des pentes du Nanga Parbat, Élizabeth Revol a dû laisser derrière elle son équipier Tomasz Mackiewicz, atteint de graves troubles oculaires et pulmonaires. Le Dr Cauchy n'a que peu d'éléments sur les pathologies qui ont touché l'alpiniste polonais de 47 ans. « On ne saura sans doute jamais vraiment ce qui lui est arrivé », reconnait-il. Il précise toutefois au « Quotidien » que les atteintes oculaires en haute montagne peuvent avoir plusieurs origines : « Les ophtalmies des neiges sont des brûlures liées aux UV, les gelures de cornée liées au froid ou encore la rétinopathie d'altitude, c’est-à-dire des microhémorragies causées par l'altitude », détaille-t-il. Quant aux problèmes respiratoires, le Dr Cauchy rappelle que « l'œdème pulmonaire est une complication classique du mal des montagnes ».

Une plate-forme de télésuivi spécialisée dans la montagne

Le Dr Cauchy a été mobilisé par la plate-forme de conseil médical « SOS MAM » (mal aigu des montagnes) mise au point il y a plusieurs années au sein de l'IFREMMONT. Cette plate-forme rassemble 12 médecins français et suisses, joignables 24h sur 24. « De nombreux alpinistes, explorateurs et guides de haute montagne sont inscrits à ce dispositif qui forme aussi des correspondants », explique le Dr Cauchy.

Si les médecins de la plate-forme avaient déjà travaillé avec des équipes de Katmandou disposant d'une solide expérience dans le domaine des gelures, c'est la première fois qu'ils ont eu à composer avec leurs collègues d'Islamabad. « Les échanges en anglais n'ont pas toujours été simples », reconnaît le Dr Cauchy. Le rapatriement d'Élisabeth Revol vers les hôpitaux du Pays du Mont-Blanc est en cours d'organisation. Il devrait intervenir d'ici à mercredi soir.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
internes

48 heures par semaine maximum ? 50 % des internes de médecine générale dépassent le temps de travail réglementaire

Surcharge de travail, pression des médecins seniors : un interne en médecine générale sur deux (en première, deuxième ou troisième année), dépasse le temps de travail hebdomadaire réglementaire, révèle une enquête* d'envergure de... 13

Le nombre de cas de rougeole a bondi de 50 % en 2018, selon l'OMS

rougeole

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur un bond d'environ 50 % des cas signalés de rougeole en 2018 par rapport à 2017. À la... 8

Dépistage organisé du cancer du sein : de bonnes performances malgré une légère baisse de la participation

depistage cancer sein

Malgré un taux de participation en légère baisse, les indicateurs de performance du dépistage organisé du cancer du sein « attestent de la... 5

Téléconsultation : des syndicats et l'Ordre s'inquiètent de « dérives commerciales »

teleconsult

Cinq mois jour pour jour après la généralisation de la téléconsultation, MG France s'alarme ce vendredi de « dérives commerciales » non... 5

Après un ressenti négatif en consultation, 60 % des patients ont déjà cherché un nouveau médecin

experience negative

Près d'un patient sur deux estime que leur médecin n'est pas assez attentif en consultation, selon une étude en ligne* réalisée auprès d'un... 10

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter