Vaccins pédiatriques obligatoires : les usagers réclament un remboursement intégral

Vaccins pédiatriques obligatoires : les usagers réclament un remboursement intégral

Coline Garré
| 19.01.2018
  • vaccins

Restaurer la confiance et augmenter la couverture vaccinale grâce à l'extension de l'obligation vaccinale, des 3 aux 11 vaccins pédiatriques ? Les 80 associations d'usagers rassemblées au sein de France Assos santé sont partagées, mais d'une même voix, elles insistent sur l'importance d'accompagner cette stratégie. 

Pour ce faire, elles indiquent six mesures, à commencer par le remboursement à 100 % par l'assurance-maladie des vaccinations obligatoires. Aujourd'hui, seul le ROR est pris en charge à 100 %, les autres l'étant à hauteur de 60 ou 70 %. « Tous les parents n'ont pas forcément d'assurance complémentaire pour permettre le remboursement intégral. Le gouvernement indique qu'il leur reste la possibilité de s'adresser aux centres de vaccination ou aux PMI, mais ces dispositifs sont inégalement répartis sur le territoire », note France Assos. 

L'Union réclame ensuite une information publique indépendante, compréhensible par toutes les populations, élaborée à l'aide des représentants de la société ; et insiste sur le rôle des professionnels de santé, qui doivent contribuer à restaurer la confiance. 

Les associations demandent un financement public de la recherche, notamment sur les potentiels effets secondaires et les adjuvants aluminiques. L'insuffisance des crédits de recherche avait été mise en lumière lors de la polémique autour des travaux du Pr Gherardi. 

Lever l'obligation dans 5 ans ?

Elles souhaitent un meilleur suivi des vaccinations, grâce à la mise en place d'un carnet de vaccination électronique, et d'un observatoire sur l'immunisation, qui permette le suivi et l'analyse des vaccinations et de leurs possibles effets secondaires, et puisse améliorer la gestion des stocks. 

Elles appellent à la création d'un système d'indemnisation des préjudices dédié à la vaccination. Et elles insistent sur le renforcement de la protection vaccinale pour les populations particulièrement vulnérables, via un meilleur accès aux vaccins contre les infections à papillomavirus humains (HPV), recommandé, ou contre l'hépatite B (obligatoire). « Il apparaît nécessaire de mettre en œuvre des actions spécifiques afin de permettre un rattrapage vaccinal pour ces populations » lit-on. 

En conclusion, France assos Santé estime souhaitable la levée de l'obligation vaccinale dès que le taux de couverture vaccinale sera au-delà des 90 % pour l'ensemble des vaccins, comme le recommande l'Organisation mondiale de la santé. 

« Si ce niveau n'était pas atteint dans un délai de 5 ans, cela signifierait que la confiance de la population ne serait pas restaurée. Une autre stratégie devrait être envisagée », concluent les usagers.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
PATRICK F Médecin ou Interne 15.02.2018 à 20h21

Lremboursement integral est un faux argument .........APRES 40 ds le metier ........Toujours les memes querelles.....c EST DESOLANT

Répondre
 
jacques T Médecin ou Interne 20.01.2018 à 11h07

Ce qui m'effraie , c'est que beaucoup de Français continuent à penser que les soins devraient être gratuit !
C'est déjà fait pour ceux qui bénéficient de la CMU ou de l'ACS , pour les autres il y a Lire la suite

Répondre
 
CYRILLE V Médecin ou Interne 20.01.2018 à 15h23

Pourtant le vaccin contre la grippe est gratuit pour les médecins...

Répondre
 
dominique d Autre Professionnel Santé 20.01.2018 à 15h42

Et pour les plus de 65 ans.

Répondre
 
CYRILLE V Médecin ou Interne 19.01.2018 à 23h02

Le remboursement intégral, c'est tout à fait logique.
Lever l'obligation vaccinale dans cinq ans, c'est réouvrir la porte à ceux qui ne veulent faire que les vaccins obligatoires, donc baisser le Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 28

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 25

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter