Falsification vaccinale : le Conseil d’État confirme la radiation d’un médecin

Falsification vaccinale : le Conseil d’État confirme la radiation d’un médecin

Fabienne Rigal
| 02.01.2018
  • Carnet de santé (vaccins)

    Falsification vaccinale : le Conseil d’État confirme la radiation d’un médecin

Au moment du passage à l’obligation vaccinale pour 11 vaccins, c’est un signal fort. Le Conseil d’État vient de confirmer la radiation d’un médecin généraliste ayant « porté des mentions mensongères sur le carnet de santé » d’un enfant, certifiant l’avoir vacciné, alors que ça n’était pas le cas.

L’histoire commence en 2012, quand le médecin indique sur le carnet de santé d’une fillette née en juin avoir administré à trois reprises dans l’année une dose de Pentavac, puis un rappel en 2013. Le père de l’enfant, « séparé de la mère, et inquiet pour sa fille », indique la décision de la chambre disciplinaire du Conseil national de l’Ordre, demande des sérologies qui révèlent une absence d’anticorps pour le tétanos, la poliomyélite, la diphtérie et la coqueluche. Il porte plainte le 16 septembre 2014 devant la chambre disciplinaire de première instance du CROM de Rhône-Alpes, laquelle radie le médecin le 27 juillet 2015, décision confirmée en appel le 27 octobre 2016 par la chambre disciplinaire nationale.

« Église mormone, défavorable aux vaccins »

Le CROM de Rhône-Alpes indiquait dans sa décision que la mère de l’enfant appartenait « à l’église mormone, défavorable aux vaccins », ce qui a nourri la suspicion du père et l’a conduit à accuser le médecin « d’avoir falsifié, à la demande de la mère, le carnet de santé de sa fille ». Le médecin avait contesté les accusations du père et argué « qu’il arrive que certains patients ne produisent pas d’anticorps à la suite d’une vaccination » et que « le traitement homéopathique qu’il lui a prescrit, en parallèle, afin d’atténuer les effets indésirables de celle-ci, a pu masquer les effets du vaccin ». De son côté, le père de l’enfant a pu faire réaliser les vaccins au cours de l’année 2014, et une analyse sanguine a par la suite confirmé la présence d’anticorps spécifiques.

« Il apparaît que le numéro de lot qu'il a indiqué sur le carnet de santé correspondait, non à du « Pentavac », mais à du « Revaxis », spécialité destinée à un rappel de vaccination chez l’adulte, et non à une primo-vaccination chez l’enfant. Le médecin a délibérément porté des mentions inexactes sur le carnet de l'enfant et lui a fait courir un risque injustifié », précise pour sa part la chambre disciplinaire nationale. Le généraliste s’était pourvu en cassation contre cette décision, devant le Conseil d’État.

« Caractère délibéré des actes et gravité des fautes »

Ce dernier a rendu sa décision le 22 décembre, indiquant « qu’eu égard au caractère délibéré de ces actes et à la gravité des fautes commises, la sanction de radiation du tableau de l’Ordre des médecins infligée à l’intéressé est justifiée ».

 

 

Indemnisation suite au développement d’une myofasciite à macrophages après vaccination contre l’hépatite B

L’État a été condamné le 22 décembre 2017 par la cour administrative d’appel (CAA) de Nantes à indemniser une secrétaire médicale, Maryvonne L., vaccinée contre l’hépatite B et ayant développé une myofasciite à macrophages. La secrétaire médicale avait été soumise à une vaccination obligatoire contre l’hépatite B en mai 1994, avec trois rappels. Elle avait, à partir du mois de juillet 1994, développé « des troubles physiques caractérisés notamment par des douleurs musculaires et une fatigue généralisée », indique le jugement de la CAA de Nantes.

Diverses procédures ont eu lieu avant ce jugement. « Un rapport d’expertise établi par le docteur M. le 21 décembre 2006 pour le compte de l’ONIAM, a reconnu l’imputabilité des troubles subis par Mme L. à la vaccination obligatoire que celle-ci a reçue », puis, « les 26 septembre 2013 et 27 juin 2014, de deux rapports d’expertise écartant la reconnaissance scientifique d’un lien de causalité entre la vaccination contre l’hépatite B et la survenance de l’ensemble de troubles caractérisés sous la dénomination de myofasciite à macrophages ».

Le tribunal, après renvoi à la Cour par le Conseil d’État, a imposé « la somme mise définitivement à la charge de l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales (ONIAM) au profit de Mme L. (...) fixée à 190 751,19 euros ». L'ONIAM devra verser également 1 500 euros de frais de justice.

 

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 29 Commentaires
 
JEAN HUGUES G Médecin ou Interne 07.01.2018 à 15h14

Pourquoi suivre une secte?

Répondre
 
Richard B Médecin ou Interne 07.01.2018 à 13h31

La radiation définitive me semble une sanction trop lourde pour un seul cas

Répondre
 
JO Médecin ou Interne 06.01.2018 à 18h14

La myofasciite à macrophages existe t elle? Des experts dont la compétence semble discutable...

Répondre
 
gonz Médecin ou Interne 06.01.2018 à 17h30

Radiation? Quelle sauvagerie administrative. Est-ce « pour l’exemple » afin de passer en force sur ce sujet polémique? Bientôt la même puniton pour un faux certificat, un AT contestable. Lire la suite

Répondre
 
Anne-Claire M Médecin ou Interne 08.01.2018 à 14h02

Etablir sciemment un faux certificat est une faute grave, il me semble.

Répondre
 
veronique B Médecin ou Interne 09.01.2018 à 15h23

Je confirme , c'est dans mon éthique professionnelle une faute très grave ; quelle type de pression avait subi le médecin pour en arriver là, c'est la question que je me pose.

Répondre
 
Bardamu Médecin ou Interne 06.01.2018 à 15h51

Radié ... à vie???
Autre problème, les vaccins notés à la va vite sur le carnet de santé non tamponé avec un nom illisible. Que doit faire le médecin qui doit certifier que le patient est vacciné Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Une nouvelle approche permet de booster le vaccin contre la grippe

Grippe

Une équipe de chercheurs américains a identifié et éliminé les mécanismes de défense du virus de la grippe, créant un candidat vaccin à la... 2

La FMF veut mettre un terme au « libéral bashing »... et simplifier l'exercice

fmf

À l'occasion de ses vœux pour 2018 présentés ce jeudi, la Fédération des médecins de France (FMF) a souhaité la fin du « libéral bashing »,... 1

Du dentifrice contre le palu : la découverte d’une intelligence artificielle

Dentifrice Palu Robot Eve Intelligence artificielle

Des chercheurs anglais, avec l’aide d’Eve, un « robot scientifique », ont découvert que le triclosan, un antibactérien largement utilisé... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter