Déserts médicaux : un généraliste étrille les décideurs « arrogants » et les patrons de CHU « méprisants »

Déserts médicaux : un généraliste étrille les décideurs « arrogants » et les patrons de CHU « méprisants »

Sophie Martos
| 12.12.2017
  • désert médical

    Déserts médicaux : un généraliste étrille les décideurs « arrogants » et les patrons de CHU « méprisants »

Médecin à la retraite depuis deux ans, le Dr Jean-Paul Briand, ex-généraliste près d'Orléans, vient de pousser un coup de gueule dans le « Mag'centre » sur le « désastre sanitaire » de la désertification médicale. 

Les déserts médicaux sont, selon lui, le fruit d'une succession de mauvaises décisions et d'absence de vision à long terme de la part des décideurs politiques, qu'il accuse de tous les maux. « Ce désastre sanitaire est le résultat de l'incompétence de décideurs arrogants et dogmatiques, uniquement obnubilés par l'aspect financier des politiques de santé », jette-t-il.

Cette pénurie de médecins est le résultat d'une mauvaise « planification », selon le Dr Briand. Dans son billet, il explique que le numerus clausus instauré en 1971 n'a pas été optimisé au regard des besoins. « Aucune anticipation, aucune étude sur les modifications des comportements des patients, aucune estimation sur les besoins de soins de la population en rapport avec son accroissement, son vieillissement, l'augmentation des maladies chroniques et les nouvelles techniques d'investigations médicales seront faites », peut-on lire.

Salariat et féminisation coupables

D'autres facteurs contribuent également à « l'amplification » de la désertification médicale selon le médecin. Le Dr Briand cite en vrac la modification des pratiques professionnelles avec l'arrivée de « l'activité salariée annexe », « la féminisation de la profession et la bi-activité des couples, avec la nécessité de trouver une zone d'emplois adaptée à la profession du conjoint », le vieillissement des praticiens en activité avec des départs en retraite « massifs ». « En 2017, les médecins de plus de 60 ans représentent 47 % des effectifs », résume-t-il.

« Le statut libéral a non seulement été vidé, au fil des ans, de tous ses éléments attractifs mais il est voué en France à une hostilité constante de la part des administrations », analyse également le Dr Briand. Il existe aujourd'hui un « amoncellement de contraintes » qui rebute les jeunes : gardes, réquisitions et astreintes, horaires excessifs, paperasses administratives, contrôle des caisses, etc. 

Les CHU qui gouvernent la pensée médicale

« La médecine générale n'attire pas les jeunes générations d'étudiants », estime-t-il. Selon le Dr Briand, ce sont les CHU qui « déterminent et gouvernent la pensée médicale ». « Les grands patrons des CHU […] ignorent la médecine générale qu'ils n'ont jamais pratiquée, voire pour certains la méprisent », ajoute-t-il.

À titre d'exemple, il cite les nominations des premiers professeurs de médecine générale en faculté de médecine seulement possible depuis 2009. « Même si la médecine générale est officiellement reconnue, elle ne l'est guère à l'hôpital par les tutelles et le public. Cette imprégnation délétère des esprits, associée à l'apparition de techniques toujours plus poussées, performantes, attractives pour les patients, intellectuellement valorisantes et souvent très lucratives, éloignent les futur(e)s diplômé(e)s de la médecine générale », commente-t-il.

Même si ces dernières années, de nombreux acteurs ont pris des initiatives, le Dr Briand regrette le manque de concertation et l'élaboration d'une réelle stratégie. « Il serait bon de comprendre les parcours professionnels actuels des nouveaux omnipraticiens, d'écouter les doléances de ces jeunes médecins, futurs candidats à une éventuelle installation et de tenir compte de leurs légitimes aspirations afin d'augmenter l'attractivité du métier et simplifier les modalités d'installation et d'améliorer leur formation initiale et conditions d'exercice », souligne-t-il. 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Diabète de type 2 : les inhibiteurs de SGLT2 augmentent-ils le risque d'amputation ? Des résultats divergents

amputation

Dans le diabète de type 2, les inhibiteurs de SGLT2 double le risque d'amputation des membres inférieurs par rapport aux agonistes du... Commenter

Refus de soins : des « recos » pour combattre les pratiques discriminatoires

Refus de soins

La commission* d'évaluation des pratiques de refus de soins placée auprès de l'Ordre des médecins expose plusieurs propositions dans son... Commenter

Les professionnels de santé appelés à signaler les cas d’agénésie

agenesie

« Gynécologues, pédiatres, échographistes… doivent signaler les cas suspects d’agénésie des membres supérieurs, dans l’objectif de recenseme... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter