Une résurgence très énigmatique de la scarlatine en Angleterre

Une résurgence très énigmatique de la scarlatine en Angleterre

Dr Irène Drogou
| 28.11.2017
  • SCARLATINE

L'Angleterre est en train de vivre depuis 2014 une augmentation spectaculaire de l'incidence de scarlatine sans raison clairement identifiée, révèle une étude britannique publiée dans « The Lancet Infectious Diseases ».

Le nombre de nouveaux cas a été multiplié par un facteur 7 ces 5 dernières années (2011-2016) dans cette nation britannique. Près de 620 foyers épidémiques, avec plus de 19 000 cas, ont été rapportés en 2016, principalement dans des crèches et des écoles. Les épidémiologistes britanniques montrent qu'après avoir triplé en 1 an entre 2013 et 2014, l'incidence a progressé régulièrement jusqu'à atteindre 33,2 cas pour 100 000 en 2016.

Contre toute attente, absence de nouvelle souche

La raison de cette résurgence reste non identifiée. Les tests moléculaires réalisés par l'équipe coordonnée par le Dr Theresa Lamagni (Londres) n'ont rien donné. Il n'y a pas de nouvelle souche émergente à plus forte contagiosité. Les recherches se poursuivent pour mieux comprendre ce curieux phénomène et mettre en place des mesures préventives.

La scarlatine est due à la bactérie Streptococcus pyogenes ou au Streptococcus du groupe A. Les cas sont perannuels mais plus fréquents au printemps. La contagion se fait par contact étroit avec un individu malade ou par les objets ou surfaces contaminés.

Pour le Dr Theresa Lamagni, qui dirige le programme de surveillance du streptocoque à l'Institut de santé publique d'Angleterre : « Bien que les notifications de cas de 2017 suggèrent pour l'instant une légère diminution, nous continuons de suivre la situation avec attention ». Les recommandations pour la prise en charge des épidémies dans les collectivités d'enfants ont été mises à jour. Des campagnes d'information, insistant sur l'importance du traitement antibiotique, ont été lancées à destinée des professionnels de santé et du grand public.

Vague ressemblance avec l'épidémie de Hong Kong

Parmi les pistes de recherche explorées, à l'inverse de ce qui était attendu, il y a l'observation surprenante d'un éventail génétique varié composé de souches établies (emm), dont emm3 (43 % des isolats), emm12 (15 %), emm1 (11 %) et emm4 (1 %) Alors qu'il y a eu une hausse des cas dans plusieurs pays d'Asie du Sud-Est (Vietnam, Chine, Corée du Sud, Hong Kong). Mais les éléments génétiques détectés à Hong Kong ont été retrouvés dans seulement quelques isolats d'emm12.

Dans un éditorial, le Pr Mark Walker et Stephan Brouwer de l'université du Queensland en Australie évoquent quant à eux la possibilité de modifications de l'immunité dans les populations, de changements environnementaux ou, plus inquiétant, une co-infection encore inconnue favorisant la survenue de la maladie. « Une surveillance mondiale renforcée de la dissémination de la scarlatine est justifiée », concluent-ils.  

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 20 Commentaires
 
Anne O Médecin ou Interne 03.12.2017 à 15h20

Les Streptatest est-il utilisé en UK ? ( et en France, oserais-je demander ?)

Répondre
 
GERARD B Médecin ou Interne 02.12.2017 à 10h05

Le streptocoque est un grand hypersensible. De minimes doses d'antibiotiques le rendent inoffensif.
Avec tous les antibiotiques qu'on a avalé de façon discrète dans nos aliments il a été contraint Lire la suite

Répondre
 
Marie B Médecin ou Interne 29.11.2017 à 11h29

On peut bien prendre un jour si son enfant est malade... un jour de moins au soleil ou à disney. QUestion de priorités. Peut-être que la densité de population par habitat en angleterre est plus Lire la suite

Répondre
 
pierre louis P Médecin ou Interne 28.11.2017 à 19h38

sauf que le pediaaaaatre ne voit pas les complications des angine,apres sa magnifique prescription de paracetamol...nous,en MG si!

Répondre
 
MARC B Médecin ou Interne 28.11.2017 à 17h56

Outre les angines avec la nette diminution des antibiotiques les chirurgiens ont vu une augmentation des endocardites!!!!!!

Répondre
 
B.H. Médecin ou Interne 02.12.2017 à 08h36

Quels sont vos sources ? Avez vous établi le lien statistique avec une régression logistique ?

Répondre
 
pierre louis P Médecin ou Interne 02.12.2017 à 20h10

benstiquennonstique;je dois etre trop mou(stique)
Bon j"ai honte§

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Même pas besoin de tousser ou d’éternuer, la grippe pourrait se transmettre juste par la respiration

grippe

La transmission de la grippe serait encore plus facile qu’on le croit, selon une étude parue dans les « PNAS », puisque simplement respirer... 1

Le conflit se durcit entre les médecins régulateurs et l’ARS en Haute-Garonne

Début d’année compliqué pour les acteurs de la permanence des soins en Haute-Garonne. En grève illimitée depuis le 1er janvier, les... Commenter

Combiner l’ADN circulant et les marqueurs sériques pour détecter précocement huit cancers

cancer biopsie

Des chercheurs de l’école de médecine de l’université Johns Hopkins à Baltimore (Maryland) ont mis au point une nouvelle forme de biopsie... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter