La mort de Jack Ralite, ex-ministre communiste de la Santé qui a marqué les médecins

La mort de Jack Ralite, ex-ministre communiste de la Santé qui a marqué les médecins

Anne Bayle-Iniguez
| 13.11.2017
  • ralite

    La mort de Jack Ralite, ex-ministre communiste de la Santé qui a marqué les médecins

Jack Ralite, ministre de la Santé (1981-1983) de François Mitterrand, est décédé ce dimanche à 89 ans, a annoncé Meriem Derkaoui, la maire d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), ville dont Jack Ralite a été le maire emblématique de 1984 à 2003. L'Élysée a salué ce lundi « l'humaniste exigent » et le « militant inlassable ».

Jack Ralite fut l'un des quatre ministres communistes – il adhéra au PCF à 19 ans – du gouvernement de Pierre Mauroy de 1981 à 1984, en tant que ministre de la Santé jusqu'en mars 1983, puis en tant que ministre délégué chargé de l'Emploi. 

Si l'homme était réputé pour son charisme, son talent oratoire et son amour de la culture – il était en charge des affaires culturelles pour le PCF – son passage à Ségur, ministère technique, fut secoué de soubresauts, en ville mais surtout à l'hôpital. 

Dès 1982, la communauté médicale libérale s'agite, inquiète de l'avènement de centres de santé intégrés (CSI), une médecine publique où pourraient collaborer médecins et paramédicaux, payés à la fonction. Surtout, la menace de rigueur budgétaire rattrape le secteur (blocage des prix et des honoraires, nouvelles économies). Au printemps, « 50 000 personnes défilent dans Paris lors de la Journée nationale des professions libérales et des professions de santé », rappelle le Dr Michel Chassang dans « Qu'est-ce que la CSMF ».

En septembre 82, ce sont même « 100 000 médecins » qui défilent à Paris et répondent à l'appel de l'Union nationale des professions libérales (UNAPL) et du Centre national des professionnels de santé (CNPS) qui protestent contre les projets « enterrant la médecine libérale », se souvient le Dr Patrick Carlioz dans son ouvrage fleuve et érudit « Du syndicalisme à la convention ». 

Les étudiants et hospitaliers en colère

La situation se tend surtout dans les établissements. En mars 1982, la menace de suppression du secteur privé à l'hôpital (décidé dans la « Charte de la santé » du gouvernement) pousse les hospitaliers dans la rue. Près de « 2 000 blouses blanches » foulent le pavé parisien, raconte encore le Dr Carlioz. Dans le cortège, le Pr Bernard Debré, urologue devenu député LR, mène la contestation avec d'autres PU-PH. Si Jack Ralite devra édulcorer sa réforme hospitalière, il parviendra à mettre à exécution la suppression de l'activité libérale à l'hôpital… mesure que Jacques Chirac rétablira en 1987 (première cohabitation).

La réforme des études médicales, instaurée à la fin de l'année 1982 dans la « loi Ralite » provoque la colère des étudiants. Elle instaure quatre filières médicales (générale, spécialisée, santé publique et recherche) et programme la suppression des certificats d'études spécialisées (CES), ouvrant la voie du concours de l'internat pour l'accès aux spécialités.  Au printemps 1983, carabins et internes se mobilisent massivement dans plusieurs grandes villes de France contre la réforme des études.

Des libéraux bluffés

Face à ces mouvements divers et surtout au risque de paralysie de l'hôpital, Jack Ralite devra céder son poste au socialiste Edmond Hervé. Paradoxalement, « le monde hospitalier était bien plus opposé à Jack Ralite que les médecins de ville, se souvient le Dr Claude Pigement, ex-monsieur santé du PS. Son parti politique avait le respect de la médecine libérale, moins du secteur privé hospitalier ou de l'activité libérale à l'hôpital. D'hostiles, les libéraux sont devenus bluffés par le talent et le brio de leur ministre. »

Plusieurs médecins libéraux et hospitaliers ont rendu hommage à Jack Ralite sur Twitter.  

 

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 9 Commentaires
 
Jean-Paul B Médecin ou Interne 19.11.2017 à 17h11

''son talent oratoire'' !?! Mon souvenir est celui de discours grotesques sur l'organisation de l'hôpital!

Répondre
 
JEAN CLAUDE B Médecin ou Interne 18.11.2017 à 11h24

A mettre au crédit de Jack Ralite son incroyable histoire alors qu'il se rend aux chasses présidentielles à Rambouillet... et où il se perd seul en forêt. Et sa conclusion sur le système de santé !

Répondre
 
HS Médecin ou Interne 18.11.2017 à 10h03

grâce a RALITE nous avons eu une diminution drastique des médecins en formation : passés de 12000 à 4000 ,on voit le résultat maintenant puisque le seul à voir augmenté le nombre de médecin c'est Lire la suite

Répondre
 
C. Lassuit II Médecin ou Interne 14.11.2017 à 13h24

Article de récupération typographique as been.

Répondre
 
avatar Médecin ou Interne 14.11.2017 à 09h13

Nous avions deja compris à l'époque que l'"ECVO" (ECN) serait cette moulinette débile malgré les dénégations du ministère et des doyens satisfaits de couper des sources de diversité et de Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

À 89 775 euros, hausse timide du revenu moyen des médecins libéraux en 2016

revenus impots

Le cru 2016 des revenus nets des médecins libéraux (BNC, après charges et avant impôt) s'est révélé très moyen, détaille la Caisse autonome... 2

Interdiction de la cigarette au cinéma : Agnès Buzyn ne l’a « jamais envisagée »

tabac

Un début de polémique a eu lieu entre le cinéma français et Agnès Buzyn, vite déminée par cette dernière. Le mercredi 15 novembre, à... 2

Bientôt un numéro d'appel unique pour aider les médecins qui souffrent

ENTRAIDE

Repérer les médecins en souffrance, prévenir les suicides, les aider à se soigner voire à se reconvertir : tel est l'esprit de la... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter