Un an après le démantèlement de la « Jungle » de Calais, l'inquiétude sur le sort de mineurs isolés

Un an après le démantèlement de la « Jungle » de Calais, l'inquiétude sur le sort de mineurs isolés

Coline Garré
| 24.10.2017
  • Calais

Un an après le démantèlement de la « Jungle » de Calais, l'UNICEF alerte sur la situation « catastrophique » des mineurs non accompagnés (MNA), dans le Pas-de-Calais. Une centaine d'entre eux, parmi un millier de personnes exilées, est en situation d'errance dans le Calaisis, déplore l'UNICEF. Sans abri sûr, sans accès à l'eau, soumis à l'exploitation, leurs conditions de vie ont empiré, assure l'organisation, s'appuyant sur le rapport de la commission des droits de l'Homme des Nations unies. Le 16 octobre dernier, les experts onusiens s'inquiétaient de ce que 700 migrants à Calais devaient se contenter de 10 toilettes mobiles, et 10 robinets. Ou compter sur les initiatives individuelles ou d'ONG pour leur ouvrir les portes de leurs propres commodités.  

Le système de protection de l'enfance est saturé dans le Nord, rappelle l'UNICEF : au 15 octobre, France Terre d'Asile avait déjà accueilli 1 887 MNA depuis le début de l'année, contre 1 422 sur toute l'année 2016. Ces MNA  pourraient être 25 000 d'ici à la fin de l'année. 

Attention aux discriminations

L'UNICEF fait part de son inquiétude à l'égard des réponses qu'Edouard Philippe a ébauchées, le 20 octobre dernier, devant les élus départementaux. Il s'est engagé à ce que l'État « assume l'évaluation de l'âge et l'hébergement d'urgence » de ces MNA « jusqu'à ce que leur minorité soit confirmée ». Le Premier ministre a précisé qu'une mission d'expertise rendra d'ici à la fin de l'année des propositions en termes de financement et d'organisation. Et que 123 millions d'euros supplémentaires dans le budget 2018 seront consacrés à leur prise en charge, chiffrée, selon les départements, à un milliard d'euros. 

« L'UNICEF France rappelle que ce sont avant tout des enfants en danger, et que ce transfert de compétences ne doit pas entraîner de discriminations entre enfants français et enfants étrangers », lit-on. L'organisation craint une mise à « l'abri au rabais », pour les étrangers, alors qu'en théorie, le dispositif de protection de l'enfance ne pose aucune exigence de nationalité.  

« Si la mise en place des 70 Centres d'accueil et d'orientations dédiés aux mineurs (CAOMI) a permis de mettre à l’abri de nombreux enfants, certains centres n’avaient aucun éducateur ni traducteur, et sur les 2 000 enfants pris en charge, plus de 700 ont fugué. Si les moyens, notamment financiers, ne sont pas suffisants et si les modalités de mise en œuvre ne garantissent pas la stricte non-discrimination entre enfants français et enfants étrangers, cette décision peut créer une situation encore plus difficile pour les MNA », prévient Sébastien Lyon, directeur de l'UNICEF France.

L'organisation demande des places pérennes dans le système de protection de l'enfance, le développement des équipes mobiles dans les camps informels pour identifier les MNA, et l'augmentation du nombre d'administrateurs pour les accompagner dans leurs procédures d'asile et de réunification familiale, ainsi qu'une meilleure coordination entre la France et le Royaume-Uni. 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
téléconsultation

Téléconsultation en officine : MG France redoute un conflit d'intérêts du pharmacien

À peine signé, déjà critiqué ! L'avenant 15 sur la téléconsultation en officine paraphé le 6 décembre par l'Assurance-maladie et deux syndicats de pharmaciens (FSPF et USPO), dans le cadre de la convention pharmaceutique, n'est pa... Commenter

Ces polémiques qui ont marqué la santé en 2018 : dernier jour pour donner votre avis !

Ces polémiques qui ont marqué la santé en 2018 : dernier jour pour donner votre avis !-0

L’année qui s’achève a été riche en polémiques de toutes sortes touchant le système de soins. « Le Quotidien du Médecin » a retenu les 18... 4

Cardiologue redevenue médecin généraliste, elle s'installe à 67 ans dans son Béarn natal

Dr Serra

« Vous voyez, je fais tout à l’envers ! » À l’âge où la plupart des médecins songent à raccrocher leur stéthoscope, le Dr Régine Serra Castr... Commenter

On meurt toujours du tétanos en France, selon Santé publique France

tetanos

Après une chute importante entre 1960 et 2000, le nombre annuel de cas déclarés de tétanos s'est stabilisé en France autour de moins de 10... Commenter

VIH : les multiples facettes du co-récepteur CCR5

Le scandale des bébés génétiquement modifiés, en Chine, a porté à la lumière un acteur clé de l'infection par le VIH : la protéine CCR5. «... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter