Un médecin en activité sur neuf a été diplômé à l'étranger, toujours plus de Roumains

Un médecin en activité sur neuf a été diplômé à l'étranger, toujours plus de Roumains

Christophe Gattuso
| 12.10.2017
  • plaques professionnelles médecins

Le nombre de praticiens formés à l'étranger et qui exercent en France a presque doublé ces dix dernières années, selon les chiffres de l'Atlas de la démographie médicale présentés ce jeudi par le Conseil national de l'Ordre des médecins. De 14 089 en 2007, ils sont désormais 26 805 en 2017. Selon des projections, leur nombre devrait même dépasser 30 000 en 2020.

Sur ces effectifs, 22 619 médecins diplômés à l'étranger et inscrits au tableau ont une activitée régulière, soit 11 % des praticiens en exercice régulier.

Une majorité de ces praticiens (56 %) ont été formés hors de l'Union européenne (dont 4 775 en Algérie) mais le nombre de diplômés européens a fortement augmenté ces dernières années. « L'harmonisation du marché du travail à l'échelle européenne a facilité la venue des travailleurs qualifiés », observe l'Ordre.

Le profil de ces médecins à diplôme étranger présente un curieux paradoxe. Alors que les femmes sont majoritaires (55 %) chez les praticiens titrés en Europe (46 ans de moyenne d'âge), elles représentent moins de 30 % des extra-européens. Ces blouses blanches qui ont appris leur métier hors de France ont une préférence pour l'activité salariée (62 %), seulement 25 % pratiquant en libéral et 13 % en exercice mixte.

7,5 fois plus de diplômés roumains qu'en 2007

L'Ordre a réalisé un focus sur les médecins diplômés en Roumanie, qui sont les plus représentés parmi les praticiens formés en UE devant les Belges, les Italiens, les Allemands et les Espagnols.

Les docteurs qui ont suivi leur cursus en Roumanie sont aujourd'hui 4 254, soit 7,5 fois plus nombreux qu'en 2007 (3 900 sont de nationalité roumaine), dans deux tiers des cas des femmes, âgées de 46 ans en moyenne. Près d'un millier exercent la médecine générale. « Le cas de la Roumanie permet de constater que l'importance majeure de ces flux n'est pas sans conséquence sur l'offre de soin du pays d'origine et peut provoquer une grave crise démographique », analyse l'Ordre. Selon le CNOM, la situation doit amener les pays d'accueil à réévaluer leur « mode de régulation de la filière et leur sélection à l'entrée ».

Si le recours à des médecins étrangers peut apparaître comme une solution quantitative et temporaire aux défis de la démographie médicale, les praticiens recrutés ne vont pas forcément exercer là où leur présence est ardemment souhaitée. « Les médecins roumains font les mêmes choix d’installation que les médecins français. Ils ne servent pas à combler le déficit en offre de soins dans les zones déficitaires », observe le Dr François Arnault, membre du bureau national (Poitou Charentes), délégué général des relations internes.

L'Ordre souhaite qu'une réflexion éthique soit menée pour accompagner les médecins diplômés à l'étranger. « Ils doivent bénéficier, au même titre que leurs confrères, de la confraternité, de l'entraide et ne doivent pas être considérés comme des envahisseurs. »

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
Edouard P Médecin ou Interne 15.10.2017 à 22h16

N'est-il pas abusif d'écrire que TOUS les médecins formés en Roumanie (ou qui y ont fait leurs premières années d'études) sont de nationalité roumaine?
Edouard Pâris

Répondre
 
Salters75 Médecin ou Interne 13.10.2017 à 10h46

ODM : des inutiles qui enfoncent des portes ouvertes... et les médecins en cas de plainte :)
Quand est-ce qu'on le supprime pour le remplacer par une association des médecins (je ne parle pas de Lire la suite

Répondre
 
marc c Médecin ou Interne 13.10.2017 à 08h12

Mais les shadoks pompaient...
Quand va-t-on augmenter le numerus clausus ??? Qu'est ce qu'on attend ?

Répondre
 
frederique j Médecin ou Interne 12.10.2017 à 23h18

Comme d'habitude tout le monde voit les installations des Roumains se multiplier sauf l ordre qui découvre la réalité ! ,

Répondre
 
jean-jacques l Médecin ou Interne 13.10.2017 à 08h22

"sauf l'ordre qui découvre la réalité" : et les autorité de tutelle !!
Conclusion : ouvrir le "numerus clausus"
C'est la loi des marchés : la loi de l'offre et demande ; pas assez de production de m Lire la suite

Répondre
 
mutilator Médecin ou Interne 12.10.2017 à 20h29

Les envahisseurs ; David Vincent les a vus mais pas le CNOM. "Bijour Missié Vincent!"

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Revenus 2016 : êtes-vous mieux loti que vos confrères ? Faites le test

Revenus 2016 : êtes-vous mieux loti que vos confrères ? Faites le test-0

Anesthésistes, généralistes, cardiologues, pédiatres… « Le Quotidien » a compilé les revenus imposables 2016 des principales spécialités... Commenter

Buzyn (et l'IGAS) enterrent de fait le tiers payant généralisé obligatoire au 30 novembre

Buzyn Grand Jury

Cela ressemble à un enterrement sans fleurs ni couronnes. Le tiers payant « fonctionne » certes pour les patients remboursés à 100 % par... 28

La généralisation du tiers payant « irréaliste » fin novembre, explique l'IGAS

tiers payant

Très attendu, le rapport de l'IGAS sur l'évaluation de la généralisation du tiers payant a été mis en ligne ce lundi matin. La mission a... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter