Mortalité : le nombre de décès se stabilise en France, un quart survient à domicile

Mortalité : le nombre de décès se stabilise en France, un quart survient à domicile

Coline Garré
| 12.10.2017
  • Mortalité

    Mortalité : le nombre de décès se stabilise en France, un quart survient à domicile

En 2016, 594 000 personnes sont décédées en France, soit autant qu'en 2015 (qui avait vu le nombre de décès augmenté de 6 %), un chiffre « à un niveau élevé » à cause du vieillissement des baby-boomers, selon une étude publiée ce 12 octobre par l'INSEE. Depuis 2010, la tendance est à la hausse.

Médicalisation des derniers jours de vie

Six décès sur dix (59,2 %) ont eu lieu dans des hôpitaux ou cliniques, un quart (26 %) à domicile, 13,5 % en maison de retraite et 1,3 % sur la voie publique.
Ces proportions ont « évolué au cours du temps », note l'INSEE. Dans les années 1970, avec la « médicalisation des derniers jours de vie, de moins en moins de décès ont (eu) lieu au domicile et de plus en plus en établissement ». Depuis les années 1980, les décès en établissement se sont stabilisés, tandis que les décès à domicile ont continué de diminuer et les décès en maison de retraite ont crû. L'outre-mer fait figure d'exception, avec une part toujours importante de décès à domicile (44,2 %) et très peu de décès en maison de retraite (3,9 %).

Des particularités selon l'âge

L'INSEE souligne des particularités selon l'âge. Les décès des enfants jusqu'à 15 ans ont lieu à l'hôpital. Les décès sur la voie publique sont les plus fréquents entre 15 et 24 ans (ils représentent un tiers des disparitions). Chez les jeunes, la moitié des décès sont dus à des causes externes : accidents liés aux transports, accidents domestiques et suicides. Les décès à domicile sont les plus fréquents autour de 30 et 40 ans (37 %), puis chez les centenaires. Entre 65 et 59 ans, 70 % des décès ont lieu dans une structure de soins, puis les établissements de santé cèdent la place aux maisons de retraite. Après 100 ans, la plupart des décès ont lieu à domicile ou en maison de retraite (36 % pour ces deux lieux, vs 28 % dans un hôpital). 

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
mutilator Médecin ou Interne 12.10.2017 à 20h31

Enfin une bonne nouvelle, on meurt moins en France. Il n'y a plus qu' à déclarer la maladie illégale

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter