Des centaines d'hospitaliers « en souffrance » dans la rue pour défendre le service public

Des centaines d'hospitaliers « en souffrance » dans la rue pour défendre le service public

Marie Foult
| 10.10.2017
  • manif

« Hôpital en état d'urgence », « le malade n'est pas une marchandise », ou encore « S comme service P comme public, le service public c'est pour les usagers pas pour les rentiers ». C'est avec ces slogans, scandés, affichés sur des banderoles ou sur leurs blouses blanches, que plusieurs centaines d'hospitaliers (infirmiers, médecins, aides-soignants) ont défilé dans les rues de la capitale et en région, au milieu d'autres agents de la fonction publique (État, collectivités). Selon la CGT, 45 000 personnes étaient présentes à Paris – 26 000 selon la police.

Tous manifestaient pour protester contre les « attaques » du gouvernement telles que le rétablissement du jour de carence dans la loi de finances 2018, la suppression de 120 000 postes d'ici à la fin du quinquennat ou le gel des rémunérations.

À Paris, les hospitaliers ont défilé à partir de 14 h 30 sous les bannières des différentes fédérations syndicales de la fonction publique, réunies cet après-midi (dont la CGT, FO, SUD – Solidaires et la CFDT pour la santé et le social) dans le cortège qui allait de la place de la République à celle de la Nation.

5 % de grévistes à l'AP – HP

Plusieurs syndicats de médecins hospitaliers avaient appelé la semaine dernière à rejoindre le mouvement de grève. Le SNPHAR-E, le syndicat des anesthésistes réanimateurs hospitaliers, avait déposé un préavis de grève « face à la baisse du pouvoir d’achat des praticiens hospitaliers », la suppression des cotisations IRCANTEC sur les jours de compte épargne-temps. Le SYNGOF avait invité les gynécologues obstétriciens hospitaliers à se joindre au mouvement.

Les deux centrales Avenir hospitalier et la Confédération des praticiens des hôpitaux (CPH), et les urgentistes de l'AMUF encourageaient aussi les hospitaliers à se porter grévistes, tandis que l'Intersyndicat national des internes (ISNI) soutenait le mouvement. A la mi-journée, l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP – HP) a fait état d'un taux de mobilisation de 4,8 % (absents et assignés inclus) et d'un taux de participation pour les grévistes absents de 2,7 %. En fin de journée, le ministère des comptes publics (Bercy) indiquait un taux de mobilisation de 10,4 % dans la fonction publique hospitalière (incluant les agents grévistes assignés dans les services).

Souffrance

Au-delà de la politique du gouvernement, plusieurs syndicats du cortège parisien ont fustigé les projets et le management de la direction de l'AP-HP. Le Dr Christophe Prudhomme (AMUF), présent derrière la banderole CGT, a dénoncé la fermeture des hôpitaux Bichat et Beaujon, et a demandé que cessent « les fermetures de lits » et le « non-remplacement de personnels ».

SUD-Solidaires Santé sociaux, qui a organisé une marche pendant 15 jours pour dénoncer les conditions de travail dans les hôpitaux, a rappelé que sept agents hospitaliers se sont suicidés depuis un an. « Nous sommes en sous-effectifs, la qualité et la sécurité des soins ne sont plus assurées et pourtant, nous continuons à travailler, en faisant des heures supplémentaires qui sont mises sur un compte épargne temps, qui ne sont ni payées ni récupérées, proteste un infirmier de l'hôpital Cochin. Nous sommes en souffrance, et le cœur de notre métier est attaqué. »

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 14 Commentaires
 
Frederic L Médecin ou Interne 14.10.2017 à 11h34

Des normes qui s'accroissent en permanence,de moins en moins de temps pour s'occuper des patients, c'est ce système qui nous mine. Concernant le jour de carence on croit rêver , les 90 jours des Lire la suite

Répondre
 
JEAN YVES D Médecin ou Interne 14.10.2017 à 08h27

De mon temps mon brave monsieur...., ce n’était plus Slaughter mais quand même.
Puis nous avons déliré en 68, la suite devient logique.
Je pense que la médecine suit la même voie que Lire la suite

Répondre
 
MARIE JO G Médecin ou Interne 11.10.2017 à 22h04

notre société toute entière a dérivé sur la consommation, les médecins aussi, à nous aussi de rester droit dans nos bottes, ne pas céder à ce système ,en acceptant de prendre des risques.
Le milieu Lire la suite

Répondre
 
jacques T Médecin ou Interne 13.10.2017 à 21h09

Je crois plutôt que c'est toute la filière santé qui souffre (médecins, infirmières, aide-soignantes, kinés, sage-femmes, etc), que cela soit en libéral ou à l'hôpital.
Pour ce qui est d'être en Lire la suite

Répondre
 
asphyxia Médecin ou Interne 11.10.2017 à 10h43

Et comment font les médecins libéraux avec nos 90 j de carence ? J'appelle cela marche ou crève ; ou on est au boulot ou on est crevé ; rappelez moi le nombre moyen des arrêts de maladie chez les Lire la suite

Répondre
 
Francis V Médecin ou Interne 11.10.2017 à 14h59

C'est le coût de la santé qui pose problème.
Et si l’hôpital coûte si cher, c'est bien parce qu'il accueille et soigne 24H/24, 356 jours/an.
Tirer sur l'ambulance ne sert à rien.
On peut tous s'y Lire la suite

Répondre
 
asphyxia Médecin ou Interne 13.10.2017 à 20h24

Bof je ne crois pas :) je suis encore libre (enfin peut être )

Répondre
 
MIREILLE C Médecin ou Interne 11.10.2017 à 09h27

Au niveau de l'hôpital c'est trop d'administratifs qui passent leur temps à gérer une paperasserie redondante et pas assez de soignants auprès des malades. Au niveau de l'administration centrale Lire la suite

Répondre
 
jacques T Médecin ou Interne 12.10.2017 à 14h52

Il faudrait fixer un numerus clausus très bas à l'ENA pour diminuer le nombre d'énarques...

Répondre
 
Yves F Médecin ou Interne 19.10.2017 à 22h00

Bonne idée...car quels que soient leurs résultats la fiche de paie progresse jusqu'à atteindre ses sommets la veille de la fin d'activité...et c'est cela qui sert de base à calculer l'indemnité de Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Une nouvelle approche permet de booster le vaccin contre la grippe

Grippe

Une équipe de chercheurs américains a identifié et éliminé les mécanismes de défense du virus de la grippe, créant un candidat vaccin à la... 2

La FMF veut mettre un terme au « libéral bashing »... et simplifier l'exercice

fmf

À l'occasion de ses vœux pour 2018 présentés ce jeudi, la Fédération des médecins de France (FMF) a souhaité la fin du « libéral bashing »,... 1

Du dentifrice contre le palu : la découverte d’une intelligence artificielle

Dentifrice Palu Robot Eve Intelligence artificielle

Des chercheurs anglais, avec l’aide d’Eve, un « robot scientifique », ont découvert que le triclosan, un antibactérien largement utilisé... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter