3 600 pharmaciens sont prêts à vacciner contre la grippe depuis ce vendredi

3 600 pharmaciens sont prêts à vacciner contre la grippe depuis ce vendredi

Stéphane Long
| 06.10.2017
  • grippe pharmacie

Depuis ce vendredi 6 octobre, 30 % des pharmaciens installés dans les régions de Nouvelle-Aquitaine et d'Auvergne-Rhône-Alpes sont autorisés à vacciner contre la grippe, un acte jusqu'à présent réservé aux médecins et aux infirmiers (sous certaines conditions).

Cette expérimentation, prévue pour une durée de trois ans par la loi de financement de la Sécurité sociale 2017, vise à augmenter le taux de couverture vaccinale des personnes à risque. Les officinaux volontaires doivent préalablement avoir recueilli par écrit le consentement « exprès et éclairé » de la personne qu'ils jugent éligible. Sont exclues : « les femmes enceintes et des personnes qui n'ont jamais été vaccinées contre la grippe ».

Le pharmacien doit informer le médecin traitant de cette vaccination, et délivrer au patient une attestation de vaccination comportant le nom et le numéro de lot du vaccin.

Pour le moment, près de 3 600 pharmaciens sur 11 000 dans ces deux régions pilotes participent à cette expérimentation. Ce chiffre est en constante augmentation avec, rien qu'en Auvergne-Rhône-Alpes, 60 à 100 demandes de formation par jour, selon le conseil de l'Ordre des pharmaciens.

Pas de rendez-vous à prendre, simplicité des formalités… les pharmaciens entendent rendre un service – ils touchent 4,50 euros sur un vaccin vendu 6,10 euros – et contribuer à augmenter cette couverture à 75 % contre 48 % aujourd'hui pour les personnes à risque.

« La vaccination, c'est comme le Beaujolais nouveau ! »

Pour ce premier jour de vaccination, il n'y pas foule dans les officines, si ce n'est pour des demandes de vaccins et des questions. « La vaccination, c'est comme le Beaujolais nouveau, il y a une date précise mais tout le monde ne va pas se précipiter demain », plaisante un pharmacien girondin.

Il attend du monde durant la deuxième quinzaine d'octobre mais tout est déjà prêt pour ce premier jour de vaccination contre la grippe : la formation d'une journée a été suivie et une salle a été mise à disposition au sein de la pharmacie, des conditions difficiles à respecter pour les petites officines.

« Il n'y a qu'un titulaire ici et il y a un problème de place, nous ne pouvons pas avoir une pièce dédiée », souligne Isabelle Quincy dans une pharmacie du centre-ville de Bordeaux, estimant que « la procédure est un peu lourde ».

Certains pharmaciens réticents, les patients fidèles aux médecins

Les personnes vaccinées devront rester 30 minutes dans les locaux pour s'assurer que tout va bien, et surtout cette expérimentation est limitée aux personnes de plus de 65 ans, à celles aux pathologies particulières comme le diabète ou l'asthme, aux personnes obèses, au personnel navigant, aux individus qui ont des contacts directs avec des malades ou des nourrissons fragiles. Autre condition : être majeur et avoir déjà été vacciné contre la grippe.

« C'est un petit peu dommage dans la mesure où les gens qui pourraient être attirés par cette formule, ceux qui n'ont pas le temps d'aller chez le médecin par exemple, ne peuvent être vaccinés en pharmacie », regrette François, pharmacien dans la banlieue bordelaise, soulignant que les personnes âgées ou malades voient en revanche régulièrement leur médecin.

« Le plus, c'est surtout pour les gens en zone rurale où il y a peu ou pas d'infirmiers et de médecins », estime-t-il.

Un autre pharmacien en Charente pointe le risque de faire mal pendant la piqûre ou pire, le risque d'allergie, ce qui ferait « fuir la clientèle » et ternirait la réputation de l'officine.

À Bordeaux, Valérie n'entend pas faire de l'ombre aux infirmiers et médecins qui pratiquent cette acte : « Je n'apprécierais pas que les médecins vendent des vaccins ! » Olivier, infirmier libéral de Yenne, une commune savoyarde de 3 000 habitants, est de son avis et « aimerait pouvoir garder cette activité ».

Aucune crainte à avoir si l'on en croit les personnes interrogées, qui restent majoritairement fidèles à leur généraliste.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 56 Commentaires
 
EMILIE G Pharmacien 09.10.2017 à 15h17

Nous, on n'a rien demandé !! Nous faisons déjà le boulot de pas mal de monde (dont celui de la sécu). Les bonnes poires vont s'en occuper, pour 4,50 euros et en se faisant mépriser ! A part dans les Lire la suite

Répondre
 
véronique t Médecin ou Interne 09.10.2017 à 12h21

pfff quand je lis tous ces commentaires haineux et agressifs envers les pharmaciens, j'ai honte de ces médecins....quelle mesquinerie vraiment...

Répondre
 
LUC B Médecin ou Interne 10.10.2017 à 13h56

Je suis d'accord avec toi.
D'autant plus que vous êtes tous à vous plaindre que vous avez trop de travail, que vous avez des horaires pas possible....alors pourquoi vous vous plaignez ? On vous Lire la suite

Répondre
 
avatar Médecin ou Interne 09.10.2017 à 09h22

Depuis 15 ans chaque année j'ai mon stock renouvelé par le patient vacciné le jour même s'il adhère et a un trajet de moins de 10 min de la pharmacie au cabinet avec sachet isotherme. Les pharmaciens Lire la suite

Répondre
 
Globuline Médecin ou Interne 08.10.2017 à 11h02

Perte de temps et perte de chance pour le patient.
On perd énormément de temps à cette pseudo formation des pharmaciens. Aucune perte de temps de formation si les médecins délivrent le vaccin. CQFD.

Répondre
 
julien C Médecin ou Interne 08.10.2017 à 09h57

Et les médecins ??
certains n’attendent que ça d’avoir des vaccins dans leurs cabinets et protéger leurs patients et la population. Les médecins n’ont pas le droit de vendre ce qu’ils prescrivent, Lire la suite

Répondre
 
Globuline Médecin ou Interne 08.10.2017 à 10h04

C'est vrai , on n'a pas ce problème chez le véto : il vaccine votre chat ou chien et vous facture l'acte et le vaccin et au moins il a ausculté son petit patient !

Répondre
 
Marie B Médecin ou Interne 09.10.2017 à 14h34

Ben les patients pourraient aller chez le véto pour se faire vacciner

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 5

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 2

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter