Pilule de troisième génération : le parquet classe l’enquête

Pilule de troisième génération : le parquet classe l’enquête

Fabienne Rigal
| 19.09.2017
  • PILULE

    Pilule de troisième génération : le parquet classe l’enquête

Est-ce la fin d’une polémique longue et stérile sur les pilules de troisième génération ? Sans doute pas. Le parquet de Paris a classé l’enquête ouverte fin 2012 sur les pilules de 3génération à la suite de la plainte d’une jeune femme âgée de 25 ans et handicapée à 65 % après un accident vasculaire cérébral qu’elle attribuait à la pilule Méliane (Bayer), puis à 130 autres plaintes centralisées au pôle de santé publique. Selon l’AFP, l’enquête ne permet pas au parquet « d’établir avec certitude l’existence d’un lien de causalité entre la prise du contraceptif et les pathologies présentées par les plaignantes ». « S’il est scientifiquement établi depuis de nombreuses années qu’il existe, à l’échelle collective, un risque global de développer une pathologie thromboembolique, il n’est pas possible de prouver "avec certitude" à l’échelle individuelle que l’accident médical était dû à la prise de ces pilules », concluent les magistrats.

Le CNGOF soulagé, mais de nouvelles plaintes à venir

Contacté par « le Quotidien », le Pr Israël Nisand, président du CNGOF (Collège national des gynécologues et obstétriciens français), salue cette décision, « celle que nous attendions, qui signifie que le doute scientifique, qui étreint la communauté médicale, a également touché les magistrats, qui n’ont pas exclu ces pilules, utiles à de nombreuses femmes subissant des effets secondaires de type acné, prise de poids, etc. Il est très utile, s’il n’y a pas de risque thromboembolique, de pouvoir prescrire des pilules de troisième génération, et si le jugement avait été dans l’autre sens, on aurait vu disparaître ces pilules, ce qui aurait privé les femmes d’une contraception », souligne-t-il.

L’avocat de certaines des femmes ayant déjà porté plainte pour « atteinte involontaire à l’intégrité de la personne » a cependant précisé à l’AFP que trois de ses clientes déposeront une plainte avec constitution de partie civile visant des laboratoires et l’ANSM. Ce qui devrait provoquer la désignation d’un juge d’instruction pour poursuivre l’enquête.

Déremboursement, et positions opposées de l’ANSM et de l’EMA

Après la première plainte, fin 2012, le déremboursement des pilules de 3e génération, prévu pour décembre 2013, avait été avancé à mars 2013, pour service médical rendu « insuffisant ». Par ailleurs, la prescription de contraceptif oral combiné de 2génération en première intention avait été recommandée par l’ANSM. Il avait même été question un temps de réserver sa prescription aux seuls spécialistes, une idée par la suite abandonnée« Nous avions été surpris par un déremboursement aussi rapide, rappelle le Pr Nisand. Si c’était dangereux, il fallait retirer du marché ces pilules, pas faire porter leur coût sur les femmes. »

De son côté, l’EMA (agence européenne du médicament) soulignait  qu’il « n’existe actuellement aucune preuve susceptible de modifier le profil de tolérance d’un quelconque contraceptif combiné commercialisé aujourd’hui ». L’agence indiquait aussi « n’avoir reçu aucune donnée nouvelle de la part des États membres concernant des cas d’accidents thromboemboliques veineux en relation avec des prises de contraceptifs combinés ». Elle s’était ensuite déclarée favorable aux pilules de 3e et 4e générations dont les bénéfices restent supérieurs aux risques, selon elle, malgré un taux plus élevé d’accidents par thromboses veineuses. Un avis qu’elle avait confirmé par la suite.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
HELENE J Médecin ou Interne 20.09.2017 à 19h00

Et l'association pilule tabac ? On en fait quoi ? Et même l'association pilule tabac migraine.?

Répondre
 
Christian L Médecin ou Interne 20.09.2017 à 10h19

Un "scandale" pour rien ?

Répondre
 
mutilator Médecin ou Interne 19.09.2017 à 21h22

"Circulez y a rien à voir!" La pilule ( qu'elle que soit sa génération) jouit d'une suspecte immunité vu les nombreux "effets collatéraux" qu'on peut lui imputer sans bien sûr être certain du lien for Lire la suite

Répondre
 
Médecin de 62ans en activité Médecin ou Interne 19.09.2017 à 22h03

diaboliser la pilule n'est pas digne d'un médecin ,
. la pilule est un médicament efficace, tous les médicaments efficaces ont des effets secondaires et des contre indications qu'il faut respecter Lire la suite

Répondre
 
mutilator Médecin ou Interne 20.09.2017 à 03h36

Vous prendriez, cher confrère, des hormones pour votre contraception ? Non, bien sûr, pourtant elle existe pour les hommes mais ça fait baisser la libido entre autre, pour les femmes c'est pas grave Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

La « mort » du tiers payant généralisé : les médecins crient victoire et saluent le pragmatisme de Buzyn

tiers payant

Après l'annonce d'Agnès Buzyn de l'impossibilité technique de généraliser le tiers payant à tous les patients dès décembre, un droit... 18

La généralisation du tiers payant « irréaliste » fin novembre, explique l'IGAS

tiers payant

Très attendu, le rapport de l'IGAS sur l'évaluation de la généralisation du tiers payant a été mis en ligne ce lundi matin. La mission a... 6

Valproate et grossesse : un bilan de l'ANSM révèle un respect des règles de prescription et de délivrance « très insuffisant »

ANSM

Conformément à l'objectif fixé de faire baisser l’exposition des femmes aux médicaments pendant la grossesse, l'Agence nationale de... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter