Lésés sur les choix de stages, une centaine d'internes en psychiatrie franciliens se rebiffent

Lésés sur les choix de stages, une centaine d'internes en psychiatrie franciliens se rebiffent

Sophie Martos
| 14.09.2017
  • internes

Coup de théâtre. Convoqués mercredi 13 septembre pour choisir leur stage d'internat du semestre d'hiver, 106 internes en psychiatrie en deuxième année d'internat ont boycotté la procédure de choix de postes organisé par l'Agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France.

Au cœur des justifications, l'entrée en vigueur de la réforme du troisième cycle des études médicales et sa répercussion sur la répartition des terrains et lieux de stages en Ile-de-France. Les internes parisiens estiment dans un communiqué relayé par l'association des internes en psychiatrie de Paris (PEPS) que les modalités d'attribution des stages ne leur ont pas « été transmises ni à temps, ni dans la transparence ». 

« 94 postes fléchés, évalués comme étant les plus formateurs (...) et en pédopsychiatrie, ont été alloués d'office à la nouvelle promotion des internes 2017 », soutiennent-ils. « Ces postes ont donc été retirés de notre liste de choix, sans compensation adéquate », dénoncent-ils.

Doublement du nombre de stages 

En conséquence, la participation au choix de stage a été soumise au vote à bulletins secrets et le refus a été soutenu par 94 % des votants. Le Pr Caroline Dubertret, coordonnatrice du Diplôme d'études spécialisées (DES) de psychiatrie en Ile-de-France et le Pr Benoît Schlemmer aux manettes de la nouvelle réforme n'ont pas « apporté de solutions au cours de la journée », rapportent deux étudiants ayant participé au boycott. Une nouvelle réunion est prévue ce jeudi à 17 heures pour désamorcer la situation. Cette fois-ci, le Pr Bruno Riou, président de la conférence des doyens d'Ile-de-France et la PEPS participeront aux discussions. Pour l'heure, aucune date de report n'a été précisée.

Aujourd'hui, les internes franciliens plaident pour le doublement de tous les stages qui ont été accrédités « phase socle » (première phase du troisième cycle des études médicales) pour trois ans et « ce quel que le taux d'inadéquation que cela entraîne ». À cela s'ajoute, « l'accès garanti aux deux stages de pédopsychiatrie pour valider notre maquette avant les deux derniers semestres de formation ». Afin d'améliorer l'organisation de la procédure de choix de stages, les internes en psychiatrie demandent aussi à connaître à l'avance les unités réservées aux internes entrant en première année.

Le Pr Schlemmer n'a pas pu être joint par « le Quotidien ». 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

« Sans soignant, point de soins et point de recette ! » : le cri d'alarme des médecins de l'hôpital de Chalon-sur-Saône

Plus de 130 médecins du centre hospitalier William-Morey de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) ont lancé fin septembre une lettre ouverte... 4

Lucie Garcin, nouvelle présidente des internes de l'ISNAR-IMG

Lucie Garcin

L'InterSyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale (ISNAR-IMG) change de tête. Lucie Garcin, 25 ans,... Commenter

8 000 euros brut par mois pour 35 heures, le super salaire d'une commune de la Sarthe à son futur médecin

Marolles les Braults

Au cœur de la Sarthe, Marolles-les-Braults, une petite commune de 2 300 habitants, met le paquet pour trouver deux médecins généralistes.... 15

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter