Dr Uzzan, ancien responsable à la prison de Château-Thierry - Un psychiatre répond au Contrôleur général des lieux de privation de liberté

Dr Uzzan, ancien responsable à la prison de Château-ThierryUn psychiatre répond au Contrôleur général des lieux de privation de liberté

Coline Garré
| 07.09.2017
Le Dr Gilles Uzzan est psychiatre addictologue. Expert auprès de la cour d'appel d'Amiens, il partage aujourd'hui son temps entre son cabinet à Villers-Cotterêts et l'Unité de soins intensifs en psychiatrie (USIP) de l'Établissement public de santé mentale départemental (EPSMD) de l'Aisne, à Prémontré. Chef du pôle médicojudiciaire et d'addictologie de l'EPSMD jusqu'en 2015, il est à ce titre mis en cause dans le rapport du Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) sur le centre pénitentiaire de Château-Thierry. Regrettant de n'avoir pas été consulté lors de la visite des contrôleurs en 2015, il revient aujourd'hui sur l'exercice de la psychiatrie en prison.
  • prison
  • uzzan

    Un psychiatre répond au Contrôleur général des lieux de privation de liberté

LE QUOTIDIEN : Quel est le profil des personnes détenues à Chateau-Thierry ?

Dr GILLES UZZAN : Ces détenus n'ont pas été considérés comme irresponsables, pénalement. Mais ils présentent des troubles du comportement sous-tendus par des troubles de la personnalité, plus que par des maladies mentales. Ils arrivent à Château-Thierry sur ordre administratif, car leurs troubles sont difficilement gérables dans les autres établissements*. 

Le CGLPL...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A la une

add
salariat
Focus

Et si la vogue des centres de santé devait changer l'exercice... Abonné

Entre la floraison de centres de santé créés par les collectivités territoriales et le déploiement prochain dans les déserts médicaux des 400 généralistes salariés promis par le gouvernement dans le cadre du plan « Ma santé 2022 », la médecine salariée a le vent en poupe. À tel point qu’on peut se demander si le praticien libéral ne va pas devenir une espèce en voie de disparition. 9

Pas de cagnotte en ligne pour un chercheur anti-vaccins

La lutte contre les contre-vérités sur les vaccins vient de connaître un épisode inédit en Angleterre. La plate-forme de crowdfunding... Commenter

Souffrance au travail, intérim médical, horaires à rallonge : des médecins témoignent de la « situation explosive » des urgences

URGENCES

Excédés par la « tension » récurrente dans une grande partie des services d'urgences français, le Syndicat national des praticiens... 9

Avortement sélectif : 23 millions de femmes manquent à l'appel dans le monde

enfants chine

Il manquerait 23,1 millions de naissances féminines dans le monde entre 1970 et 2017. C'est la conclusion d'une étude parue dans les « PNAS... 3

« Ma santé 2022 est un plan pour laminer la médecine libérale ! », tonne le Dr Jean-Paul Hamon (FMF)

hamon

À quelques heures du dernier round des négociations conventionnelles sur les assistants médicaux et les communautés professionnelles territo... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter