Rugby : face à l'explosion des blessures, coup d'envoi du Grenelle de la santé des joueurs professionnels

Rugby : face à l'explosion des blessures, coup d'envoi du Grenelle de la santé des joueurs professionnels

Damien Coulomb
| 06.09.2017
  • RUGBY

    Rugby : face à l'explosion des blessures, coup d'envoi du Grenelle de la santé des joueurs professionnels

La première réunion du Grenelle pour la santé des joueurs professionnels de rugby s'est tenue ce mardi matin au siège de la Ligue nationale de rugby (LNR), à Paris. Les participants y ont commencé les travaux visant à formuler des propositions pour enrayer l'épidémie de blessures, de plus en plus graves, qui touchent les joueurs professionnels français.

Pour le Dr Bernard Dusfour, directeur médical de la LNR, l'organisation de ce Grenelle s'est imposée comme une évidence lors des dernières phases finales du Top 14. « Nous avons connu 5 matchs avec une violence très importante, se souvient-il. Les langues se sont alors déliées dans la presse spécialisée : les joueurs, les médecins, les entraîneurs, et même un président de club se sont plaints du nombre grandissant de blessures et de commotions cérébrales. C'est la raison pour laquelle j'ai souhaité réunir tout le monde autour d'une table. »

Augmentation de 40 % des sorties sur blessure

La courbe la plus parlante est celle des sorties définitives sur blessure au cours des matchs du Top 14 : 189 sorties lors de la saison 2012-2013, 235 en 2013-2014 et 265 en 2014-2015, soit une augmentation de 40 %. Le nombre total de blessures est quant à lui passé de 603 à 981 en deux ans.

Selon les données de l'observatoire médical de la fédération française de rugby (FFR) et de la LNR, la nature des blessures a aussi changé en 10 ans. Il y a désormais davantage de blessures aux genoux (+104 % depuis 2012), à la cheville (+88 %), et de blessures du haut du corps (+72 % des traumatismes de l'épaule). Les commotions cérébrales (+25 %), les saignements (+34 %) et les traumatismes de la face (+39 %) sont également très préoccupants. Les mêmes données indiquent que les postes les plus exposés sont les joueurs de première ligne, les demis de mêlée et d'ouverture.

L'évolution de la morphologie des joueurs est pointée du doigt : « Les joueurs ont pris 10 kg de muscle et 30 % de vitesse en plus en moyenne au cours des 10 dernières années, précise le Dr Dusfour. Les phases dynamiques (ruck, plaquage…) ont pris l'avantage sur les phases statiques. Les impacts sont devenus tellement forts que l'on n'a plus besoin de donner un coup de poing ou de pied pour faire mal. »

Des propositions concrètes pour Noël

Lors de la réunion, plusieurs axes d'amélioration ont été évoqués. Les participants proposent de perfectionner les statistiques et le suivi médical du joueur. Le diagnostic des commotions cérébrales sur le terrain est également à l'ordre du jour des futures discussions. On estime en effet que 30 % des joueurs souffrant de commotion restent à jouer sur le terrain alors qu'ils devraient être évacués.

À la demande du syndicat des joueurs, la lutte contre les addictions et le dopage seront également évoqués. « Le dopage augmente le risque de blessure en diminuant le temps de récupération du joueur qui croit qu'il n'est pas blessé, explique le Dr Dusfour. En ce qui concerne les addictions, il faut préciser que les sportifs de haut niveau sont des sujets à risque. » Une nouvelle réunion se tiendra début octobre, et des propositions finalisées seront exposées un peu avant Noël 2017.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Bilan du DPC : davantage d'inscrits, budget tenu et grand ménage dans les formations

Lenoir-Salfati

Après deux ans de fonctionnement, l'Agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC), créée en 2016, a rendu public son... Commenter

Grandes manœuvres dans les cliniques : Ramsay Générale de santé lance une OPA sur le suédois Capio

Le groupe Ramsay Générale de santé (RGDS), leader de l'hospitalisation privée en France, a annoncé ce vendredi une offre publique d'achat... Commenter

Vaccination obligatoire : l’ANSM réfléchit à mieux informer professionnels et grand public sur la sécurité

vaccin

La ministre de la Santé s’y était engagée, l’Agence de sécurité du médicament (ANSM) en organise les modalités. Les données de sécurité sur... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter