La nécroptose expliquerait la mort neuronale dans la maladie d’Alzheimer

La nécroptose expliquerait la mort neuronale dans la maladie d’Alzheimer

Fabienne Rigal
| 25.07.2017
  • alzheimer

    La nécroptose expliquerait la mort neuronale dans la maladie d’Alzheimer

Le mécanisme par lequel les neurones meurent lors de la maladie d’Alzheimer demeure inconnu. Des chercheurs américains exposent dans « Nature Neuroscience » leur découverte : c’est la nécroptose (une forme programmée de nécrose) qui est en cause. Une piste pour de nouveaux traitements.

La nécroptose serait liée à la sévérité de la maladie, à la perte de tissu et de masse cérébrale, ainsi qu’au déclin cognitif. Son rôle central avait déjà été montré dans la sclérose en plaques et dans la sclérose latérale amyotrophique. Il l’est maintenant dans la maladie d’Alzheimer (MA).

Elle est déclenchée par un trio de protéines : RIPK (receptor-interactive protein kinase) 1, RIPK3 et MLKL (mixed lineage kinase domain-like). Quand RIPK1 et RIPK3 s’assemblent pour former une structure filamenteuse connue comme le nécrosome, elles peuvent activer MLKL, ce qui affecte les mitochondries et mène finalement à la mort neuronale.

L’équipe américaine a mesuré (sur des échantillons prélevés post-mortem) les niveaux des trois protéines dans le gyrus temporal, une région cérébrale particulièrement affectée par la perte neuronale pendant l’avancée de la MA. Ils ont constaté que les niveaux de ces protéines augmentaient pendant la nécroptose. Ils ont aussi observé des niveaux élevés de RIPK1 et de MLKL dans les tissus cérébraux de patients atteints de MA, par rapport à des tissus prélevés chez des individus sains.

Une santé cognitive affectée par les niveaux élevés de protéines de la nécroptose

A posteriori, les chercheurs ont aussi repris les scores cognitifs des patients chez lesquels le tissu cérébral avait été prélevé post-mortem : ils ont constaté une association significative entre niveaux élevés de RPLK1 et de MLKL, et scores cognitifs bas. Ils ont ensuite cherché à valider leur théorie sur un modèle murin. En inhibant la nécroptose chez des souris, ils ont constaté que la perte cellulaire était limitée et que cela améliorait aussi les tâches liées à la mémoire spatiale. Ce qui offre l’espoir de nouvelles thérapeutiques.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
urgences

Fermetures estivales des urgences : les médecins de l'AMUF lancent un cri d'alarme

L'Association des médecins urgentistes de France (AMUF) a dénoncé ce lundi les fermetures récurrentes, estivales ou permanentes, de plusieurs services mobiles d'urgence et réanimation (SMUR) en raison « de la conjonction des... 9

Brigitte Macron sera « à l'écoute » avec les acteurs de la santé et du handicap

Brigitte Macron

Brigitte Macron, l'épouse du président de la République, aura un rôle « d'écoute et des relations avec les acteurs de la société civile... 3

« 120 battements par minute », il était aujourd'hui l'épidémie du sida

120 Battements par minute

Années 1990, un grand congrès scientifique. Sauf que la caméra est du côté de militants qui se préparent en coulisses à casser l’ordre et... 1

Quand le ministre de l’Intérieur veut « collaborer » avec les psychiatres pour repérer les terroristes

Barcelone Fleurs Bougies

Suite à l’attentat survenu à Barcelone jeudi 17 août, Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, a annoncé au micro de RTL qu’il explorait la... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter