« Pourquoi je ne m’installerai pas » : la lettre ouverte d’un jeune généraliste à Agnès Buzyn

« Pourquoi je ne m’installerai pas » : la lettre ouverte d’un jeune généraliste à Agnès Buzyn

Stéphane Long
| 15.07.2017
  • installation

    « Pourquoi je ne m’installerai pas » : la lettre ouverte d’un jeune généraliste à Agnès Buzyn

Le Dr A. ne réalisera pas son rêve. Pendant ses études de médecine, ce généraliste trentenaire n’envisageait pas d’exercer son métier autrement qu’en s’installant. Mais après deux ans de remplacement à travers toute la France, en zones rurales et en ville, il y a renoncé, rebuté par les conditions d’exercice libéral qu’il a découvertes depuis ses stages d’internat.

Le jeune médecin s’en explique dans un long courrier qu’il adresse à la ministre de la Santé, le Pr Agnès Buzyn (voir ci-dessous). Dans ce texte, qu’il a fait parvenir au « Quotidien », il détaille les raisons profondes de son renoncement (au contraire de certains jeunes confrères qui ont franchi le pas de l’installation ici ou ici).

« J’ai le sentiment que les gens qui nous gouvernent ne nous entendent pas. Dans cette lettre, j’ai souhaité leur expliquer ce que ressent la base, et une grande majorité des confrères que je côtoie sur le terrain », raconte le Dr A. qui a choisi de conserver l’anonymat.

« Le C à 25 euros ? C'est une blague »

Rémunération inférieure à celle des confrères européens, « matraquage fiscal », « harcèlement administratif », « doc-bashing »… Le Dr A. égrène dans sa lettre ouverte les principales raisons qui selon lui conduisent les jeunes médecins à déserter l’exercice libéral, trop peu gratifiant.

Les instances professionnelles ne portent pas suffisamment ses revendications, estime-t-il. « Les syndicats crient victoire quand le C passe à 25 euros. Mais c’est une blague ! La moyenne européenne est à 45 euros », s’agace-t-il. Le médecin s’irrite également du discours convenu sur l’augmentation du numerus clausus et sur les maisons de santé pluridisciplinaire que le gouvernement promet de multiplier. « Elles resteront vides tant que les conditions d’exercice ne seront pas améliorées, répond le généraliste. Ce n’est pas ça qui va faire revenir les jeunes vers l’installation. »

Avec le tiers payant, « on en remet un coup sur la tête des confrères »

L’arrivée d’un nouveau gouvernement avait pourtant ravivé la flamme de l’espoir. « Mais je vois que rien ne change, regrette le Dr A. J’espérais que la nouvelle ministre plierait rapidement la question du tiers payant généralisé. Je ne suis pas contre cette mesure fondamentalement. Mais c’est impossible de la mettre en œuvre actuellement sans alourdir le travail administratif des médecins ! » Le généraliste a une fois encore le sentiment de ne pas être écouté sur ce dossier et qu’on « en remet un coup sur la tête des confrères ».

Comment envisage-t-il son avenir ? « Je vais continuer à faire des remplacements mais je pense très sérieusement à m’expatrier », répond le jeune homme certes désabusé, mais qui n’a pas perdu tout espoir d’inverser la tendance. « Cette lettre ouverte, c’est ma manière d’apporter ma pierre à l’édifice, de contribuer à réveiller les consciences », conclut-il.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 72 Commentaires
 
Michel M Médecin ou Interne 18.07.2017 à 11h04

Quelle belle analyse!! Que peut on dire de plus? Bravo à ce jeune médecin qui ose dire ce que tout le monde pense tout bas! Tout à fait d'accord avec lui.

Répondre
 
JULIE V Médecin ou Interne 17.07.2017 à 13h45

Dr A dit qu'il est tenu en laisse avec la ROSP... mais en tant que remplaçant il n'a même pas de ROSP!!

Répondre
 
EDOUARD M Médecin ou Interne 17.07.2017 à 12h11

Tout est dit... pour la xième fois, sans changement...

Répondre
 
medecin salarié Médecin ou Interne 17.07.2017 à 10h26

cher confrère
votre lettre traduit bien le malaise, mais les médecins salariés font bien plus que 35h, surtout dans les zones sous médicalisées. Le sous effectif et le souci de bien soigner ne Lire la suite

Répondre
 
JEAN C Médecin ou Interne 17.07.2017 à 09h35

Bravo à notre jeune confrère ! Nous sommes de milliers à partager son analyse, hélas les flèches sur les organigrammes sont inversées depuis trop longtemps, c'est du terrain que doit partir Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'interdiction des soins funéraires aux personnes séropositives et atteintes d'hépatite officiellement levée

soins funeraires

Les personnes séropositives et/ou atteintes d'hépatite décédées pourront, à partir du 1er janvier 2018, recevoir des soins funéraires, en... Commenter

Effectifs en hausse, féminisation, exercice en groupe, attrait du secteur IIPortrait-robot du médecin spécialiste

Abonné
spe

Une enquête de la DREES* (ministère) examine la médecine spécialisée sous toutes ses coutures. Le nombre de spécialistes a progressé... Commenter

Tiers payant généralisé : « pas besoin d'en passer par une loi » si les médecins adhèrent naturellement, selon Agnès Buzyn

Agnès Buzyn tiers payant généralisé

Auditionnée mardi par la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale sur sa feuille de route, la ministre de la Santé Agnès... 30

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter